Être un Ninja de la vie, c’est cool et efficace

by on March 22, 2013
in Solutions simples

C'est du sérieux !

Merci à toutes celles et à tous ceux qui se sont inscrits pour participer au mini-CB (mini Cloudbraining) “Ninja de la vie” ! Si vous lisez cet article avec un peu de retard, ce n’est pas grave, poussez le cri-qui-tue dans les commentaires (“OUI, je participe !) et je vous ajouterai à la liste des nobles et courageux Ninjas participant(e)s en bas de cette page. Si vous ne comprenez rien, lisez d’abord cette page. :)

Allez, c’est parti !

Être un Ninja de la vie, cela inclut des responsabilités de deux types.

D’abord chercher et définir ce que l’on veut faire de sa vie. C’est primordial pour avoir une existence où il y a plus de hauts que de bas, plus d’optimisme que de résignation, plus de grains de folie que de monotonie et c’est ce que nous faisons pendant chaque challenge Cloudbraining.

Mais, l’autre devoir du ou de la Ninja de la vie, c’est de balayer devant sa porte. C’est bien beau d’avoir les yeux fixés sur l’horizon de sa future vie formidable-heureuse-épanouie-efficace-riche mais avant ça, il s’agit d’écarter les petits obstacles qui empêchent d’avancer, car ils nous font trébucher et nous empêchent d’atteindre ou d’aller vers nos plus grands buts.

Ça peut paraitre futile mais ça ne l’est pas.

Prenez l’exemple de quelqu’un qui veuille atteindre un but, quel qu’il soit mais qui chez lui possède une armoire complètement désorganisée, mal rangée, où on ne retrouve rien (quand on en a besoin). Vous me direz quel rapport avec la réussite de son grand but ?

Aucun ! Sauf que, tous les jours, tous les soirs, tous les matins, cette personne passe et repasse devant cette armoire où les vêtements s’entassent pêle-mêle. La conséquence ? Nous vivons avec quelque chose de très puissant en nous, quelque chose qui a bien plus de pouvoir que nous ne le pensons.
Read more..

Comment faire un nouveau départ dans la vie ? (Suite et fin)

(Merci de lire la première partie de cet article ici.)

Lorsque je parlais, dans l’article précédent, de “naturel qui revient au galop”, je pesais vraiment mes mots.

Dans la vie, il y a les choses que l’on fait consciemment, par exemple, placer le dossier “finances” à un endroit spécifique dans le bureau, histoire de le retrouver à la fin du mois pour faire la mise à jour.

Et puis, il y a ce que l’on fait inconsciemment. Respirer. Fermer la porte de chez soi et marcher dans la rue. Conduire sa voiture.

Ou même, faire des additions simples (pdf). Si, si. 😉

Le chiffre intéressant, à ce moment-là, est de savoir, quel est le pourcentage d’actions conscientes que nous effectuons dans une journée, par rapport à celles, inconscientes, qui n’ont pas besoin de notre pleine attention.

Vous avez une idée ?
Read more..