Des coutumes bizarres

La chance dépend de soi, d'un dieu ou du chaos ?
Qu’est-ce qui est bien et qu’est-ce qui n’est pas bien ? Qui sommes-nous pour pouvoir juger ? Ces questions peut-être que vous vous les posez. Ou peut-être pas.

Le fait de voyager beaucoup, dit-on, ouvre l’esprit. Il est vrai que de découvrir d’autres cultures et traditions, d’essayer de les comprendre peut nous rendre plus sage et moins expéditif dans nos jugements. Je me suis encore une fois récemment posé la question avec une petite expérience qui m’est arrivée au début du mois de février.

Le monde des kamis

Le Japon est un pays fertile en traditions de toutes sortes. Il est rare que la moindre ville ou le moindre village n’ait pas une petite cérémonie ou festival en relation avec la religion shintoïste (appelée également shinto). Tout au long de l’année, on peut ainsi découvrir des coutumes aussi étonnantes les unes que les autres, que les Japonais pratiquent avec tout le sérieux qu’on leur connaît. Mais, quand je dis sérieux, je parle de méticulosité car ces traditions sont en général assez joyeuses.

Le shintoïsme est la plus ancienne religion pratiquée au Japon, bien avant l’arrivée du bouddhisme. Elle est polythéiste et possède un profond respect pour la nature ce qui fait que le moindre arbuste, rocher ou cours d’eau est considéré comme une divinité. Cela crée donc de nombreuses opportunités pour saluer et honorer les dieux – appelés kamis – puisqu’ils sont partout ! Même des notions plus abstraites comme l’énergie ou les traits de caractère sont aussi considérés comme des divinités.

Ainsi, toute l’année est rythmée par des cérémonies nationales – souvent retransmises à la télé – , régionales ou locales. Certaines de ces-dernières, pour des raisons diverses ont gagné en popularité et sont maintenant pratiquées un peu partout en terre nippone.

Comment être chanceux

L’une d’entre elles, setsubun, se déroule chaque 3 février, qui est considéré comme le début du printemps selon le calendrier lunaire chinois. Elle consiste, très simplement, à lancer des haricots de soja grillés pour chasser les démons, appelés onis, et ennemis de nos kamis, les divinités-qui-sont-partout. (Prenez des notes car il y aura une interro à la fin)

Tout récemment, il y a une nouvelle coutume locale, liée à setsubun, qui a pris une dimension nationale. Originaire du sud du Japon, elle a pour pièce centrale, l’ehomaki, un long rouleau de riz fourré avec 7 ingrédients qui vous apporte bonne fortune si vous le mangez en respectant des règles strictes.

Donc pour être chanceux pendant la nouvelle année, il faut d’abord ne pas couper le rouleau en tranches avant de le manger. Ensuite, tout en le dégustant, il faut faire face à une direction précise qui change tous les ans selon le calendrier zodiacal chinois. Et c’est très précis ! Par exemple, il fallait faire face au sud-sud-est, “la” direction de la chance pour 2010. Enfin, il faut aussi manger tout son ehomaki en silence. Pendant qu’on avale le rouleau, on fait ses voeux sans dire mot et le succès sera avec nous.

Comment être chanceux partout

Allez, soyez franc ! Est-ce que vous avez souri pendant que je vous expliquais tous les détails techniques concernant la consommation de l’ehomaki ? Moi aussi. Lorsqu’on m’en a parlé pour la première fois, je me suis dit, “Ah ces Japonais, toujours dans les coutumes bizarres !” Et puis, en y songeant, j’ai pensé que cette tradition n’était pas plus ridicule qu’une autre.

En effet, si vous y réfléchissez bien, dans d’autres pays et pour d’autres traditions, la direction est également extrêmement importante. Mais, dans ce cas là, au lieu de manger un ehomaki, on déroule un petit tapis sur lequel on s’agenouille en récitant des textes précis pour avoir cette même chance. Et on doit le faire 5 fois par jour.

Dans encore d’autres cultures, on ne mange pas un ehomaki mais plutôt un tout petit pain ayant la forme d’un jeton de casino, qui représente la divinité locale et qui nous apportera la providence. On le fait avec tout une gestuelle et en prononçant des mots précis pour être certain que cela fonctionne. Dans ce cas là, une fois par semaine suffit.

Vous me voyez venir ? Pour un Asiatique, les autres traditions sont tout aussi bizarres que pour moi la coutume du ehomaki. En fait, ce qui parait normal, c’est simplement le contexte dans lequel on a été élevé, les histoires et les gestuelles que l’on a côtoyées quotidiennement depuis notre naissance.

Devenu adulte, il est très difficile de se questionner sur ce qui paraît “normal” pour soi. Non seulement, on n’y pense même pas mais de plus, il faut vraiment faire un effort pour sortir du contexte confortable dans lequel on “a baigné” depuis son enfance. Enfin, il y a aussi cette peur primordiale de l’inconnu.

Chacun chez soi

Il en va de même, quelque soit les traits que vous voulez modifier, changer ou améliorer chez vous. Au-delà des traditions et coutumes, nous possédons exactement le même système de fonctionnement envers nous-mêmes.

Nous vivons dans notre confort habituel et même si cela ne nous plaît plus, même si cela nous est préjudiciable, nous restons parce que c’est la seule chose que nous connaissions. Même si on nous dit qu’à côté c’est bien mieux, que l’herbe y est plus verte, il nous sera difficile de nous décider car l’inconnu reste dans notre cerveau bien plus dangereux que le familier… Un vestige du système de pensée de nos ancêtres de la préhistoire. 😉

Alors, sommes-nous condamnés à végéter ? Certains disent que oui mais je préfère prendre une voie plus optimiste. Disons que, au minimum, condamné pour condamné, autant tenter quelque chose, cela ne risque pas d’être pire. Et ce quelque chose, c’est d’aller voir à côté pour savoir si c’est si bien que ça. Pour comparer les deux.

Que ce soit pour changer une petite habitude ou pour faire de grandes modifications dans votre existence, il me parait intéressant de faire cet effort, de vaincre cette peur dont on comprend très rapidement qu’elle est juste dans notre tête et pas du tout réelle.

[ C’est amusant car au moment où j’écris ces lignes, je suis seul dans un café de Yokohama, il est 7h00 du matin et “Hey Jude” des Beatles emplit avec douceur la petite salle où je suis installé. C’est à la fois magique et irréel… J’ai presque envie de me positionner au sud-sud-est pour boire, en silence, mon thé au lait. 😉 ]

Comment changer ?

Je vous propose 3 solutions pour avancer.

La première, c’est de vous lancer de vous-même, tout seul ou toute seule et d’apprécier toute la volupté qu’il existe à évoluer.

La deuxième, c’est de joindre un groupe qui possède les mêmes ambitions que vous et de mutuellement vous supporter dans une ambiance de collaboration et d’optimisme. C’est ce que je vais vous proposer dans un futur projet.

Enfin la troisième, la plus sûre. Pour bien mettre toutes les chances de votre côté, pour assurer le coup, que peut-on bien faire ?

Vous pouvez toujours avaler, en même temps, un ehomaki et un pain en forme de jeton, pendant que vous êtes agenouillé sur un petit tapis, le tout en vous positionnant au sud-sud-est… et bien entendu, on n’oubliera pas, mais ça vous l’aviez déjà compris, de fredonner “Hey Jude” dans sa tête. 😉

Quand vous serez devenu riche, ne m’oubliez pas, d’accord ?

Mise à jour : La recette de l’ehomaki est très simple. Il y a très longtemps, 7 ingrédients spéciaux étaient utilisés, incluant entre autres, des shiitakés, de l’anguille, de la courge marinée (kampyo), de la poudre de poisson (denbu) et de l’omelette. De nos jours, chacun utilise ce qu’il désire mais mon favori reste l’ensemble carottes-omelette-concombre-gingembre-mitsuba-saumon cru-graines de sésame ! Expérimentez selon vos goûts avec de la mayonnaise, de la moutarde wasabi ou encore des avocats.

Pour faire le rouleau de riz, comme vous ne devez sûrement pas avoir de makisu à la maison, je vous recommande la méthode de Cléa qui vous explique comment préparer le riz au goût particulier et comment rouler le tout dans la feuille de nori. Encore une fois, je vous rappelle de ne pas m’oublier lorsque vous décrocherez le gros lot…

(Photo : kaibara87)

Commentaires

28 commentaires pour “Des coutumes bizarres”
  1. Nathalie says:

    Je vais essayer de remplir une grille du loto en même temps :) et cela va de soit !! tu seras récompensé pour ces tuyaux !! 😉
    Buona giornata :)

  2. Jean-Philippe says:

    Nathalie, n’oublies pas de remplir ta grille en faisant face au sud-sud-est… et j’attends mes gains. 😉

  3. Olivier says:

    Moi, j’ai une chance inouie : celle de lire ce magnifique article. Il s’inscrit dans la lignée d’un métro pour Omotesando, l’un de mes préférés… mais il y en a tant d’autres…

    Et, bien sûr, le fait de ne pouvoir trouver à côté de chez moi un ehomaki me donne une furieuse envie d’y goûter !

    Olivier.

  4. Jean-Philippe says:

    Merci pour ces beaux compliments Olivier. Ça me touche beaucoup. :)

  5. AMie says:

    Bon! Et l’ehomaki ? Est-ce que c’est bon au moins ? parce que moi, j’en ai jamais mangé (enfin, je crois) et que ce n’est pas une coutume de chez moi de cuisiner, ni de manger de l’ehomachin. Et puis, est-ce que c’est fait avec des produits bien de chez nous ? et ça rend pas malade au moins ? et après, on n’est pas dépendant ? 😉
    PS- on peut avoir la recette de l’ehomaki ? pour commencer à changer nos habitudes de steack-frites… 😉

  6. Jean-Philippe says:

    @AMie Tu m’as bien fait rire avec ton “ehomachin” !

    Des produits bien des chez nous ?… euh, ça dépend où tu vis. Mais promis, surveille les commentaires, je vais rajouter la recette qui est très simple. D’ailleurs tu noteras qu’il y a 7 ingrédients dans le rouleau de riz, pas 5 ou 8, car le 7 est le nombre de la chance. 😉

  7. Acid says:

    “La deuxième, c’est de joindre un groupe qui possède les mêmes ambitions que vous et de mutuellement vous supporter dans une ambiance de collaboration et d’optimisme”.Je crois que je vais philosopher encore un peu avant vous y rejoindre. (A vos risques et périls) :-)
    Mais l’idée est terriblement séduisante.
    Merci pour ce billet!
    ++

  8. Jean-Philippe says:

    Merci Acid ! et bonne chance pour votre blog introspectif. 😉

  9. Mama Zen says:

    Quelle lecture ce matin! Merci Jean-Philippe.

    Question… les ingrédients du ehomaki, quels sont-ils? J’aime bien cuisiner, alors cuisiner la chance, why not? 😉

  10. santodji says:

    Bonjour

    Ces “certains pays ou l’on déroule un petit tapis…..la chance” .Si vous croyez vraiment que c’est une tradition ,alors votre “culture” est douteuse sinon à refaire .Car si vous étiez un adepte de cette “tradition” ,vous seriez obligé de ne jamais croire à la chance ,mais en Dieu seulement et sans intermédiaire(s) s’il vous plait .Ensuite ce que vous récitez sont des versets révélé par Dieu et non un galimatias de formules alambiquées comme vous semblez le suggérer !
    Chapeau bas pour votre coup de désinformation sur une religion qui dans votre vision minimaliste ,au ton léger,devient une secte arriérée à reléguer au rayon des objets insolites .
    Une question : Etes vous sincèrement OBJECTIF ? Vous etes libre d’écrire ce que vous voulez ,mais s’il vous plait ayez une éthique du respect des autres .Merci .

  11. Jean-Philippe says:

    @Mama Zen Promis comme à @AMie, je vous donne les ingrédients. 😉

    @Santodji Merci pour votre commentaire que j’apprécie pour sa sincérité. Comme moi, vous dites ce que vous pensez. :)

    • scapa says:

      C’est marrant, chaque fois que je tombe sur un article intéressant, il y en a un qui rapporte tout à ses croyances…
      Heureusement que la majorité des lecteurs est adulte !
      Bravo JP San. Je ne connaissais pas cette coutume, mais j’ai déjà tous les ustensiles, la nappe en bambou, la kikoman sucrée, le suno mono galé, etc…
      Comme on est le trois, je vais peut être en faire, pour que je puisse débuter ma partie de GO de tous les mardis, en aillant le ventre plein… avec le Saké qui va avec.
      Arigato gozaïmas !

  12. @santodji : C’est justement ce qu’il dit dans la suite don son billet.

  13. Jean-Philippe says:

    @Blog Technologie Merci et bonne chance pour votre nouveau blog. 😉

    @AMie @Mama Zen J’ai rajouté à la fin de l’article un petit guide de l’ehomaki. Amusez-vous bien et bon appétit. :)

  14. qqcvd says:

    merci Santodji d’illustrer par votre réaction le post de JP : votre incapacité a prendre du recul et comprendre qu’un oeil exterieur peut voir vos us et coutume avec interrogation et circonspection.
    Ajoutons que JP n’emet pas de jugement de valeur mais vous devez aimer vous poser régulierement en “victime”.
    Ajoutons que vous meme n’appliquez pas aux autres (que vous appelez les adeptes de “sectes arriérées”) ce que vous exigez pour vous : le “respect”.

  15. santodji says:

    Vos extrapolations et jugements de valeurs ne font que descendre en flammes votre post! Je vous met au défi de prouver un seul mot de ce que vous avancez .Alors ,cher QQcvd ne jouez pas au Don Quichotte ,défenseur d’un flou artistique que vous ne maitrisez pas ,en passant .J’en suis marri pour vous !Allez faire vos travaux pratiques de “Comment décrédibiliser quelqu’un sans le connaitre” ailleurs ,peut être y trouverez vous vos projections ,naturellement lunatiques ,avec vos mots clefs qui transpirent de certaines officines dont vous semblez être un adepte avéré jusqu’a preuve du contraire .
    Mr JP a eu l’obligeance de me répondre avec tact et intelligence .Seriez vous jaloux pour répondre à sa place ?
    Vous jouez de l’exhibitionnisme avec le regard des ethnoloues arriérés ,d’un autre siècle ,qu’auraient désavoués les Levi Strauss ,Malinowsky et j’en passe ,pour ce qui est des -us et coutumes – du bon sauvage ! Jouer à la victime n’est pas ma tasse de thé mais celle des adeptes de la Shoah ,que je respecte plus que vous (je vois votre antisémitisme poindre le nez),ne vous en déplaise !Quant au respect ,je laisse nos amis surfeurs le soin de juger .
    Un conseil : Les posts provocateurs n’apportent rien que de la m… Alors laissez tomber et argumentez sereinement au lieu d’ergoter car pour paraphraser Léo Ferré ; Ceux qui pensent en rond ,ont les idées courbes . Arrêtez de grâce de vous plier l’échine quand on vous demande d’être un homme libre de ses préjugés .
    Je ne vous salue pas .

  16. Jean-Philippe says:

    @santodji @qqcvd

    Alors voilà, je m’absente un peu et tous les deux vous en venez aux mains (virtuelles) ? :)

    Non, ici c’est un blog sur le développement personnel et je pense que tous les deux vous êtes assez brillants pour montrer une meilleure facette de votre personnalité… ou alors je me trompe ?… Dans ce cas, vous n’avez rien à faire ici.

    Montrez-nous toute l’étendue de votre talent, car vous en avez, cela se sent à travers le phrasé de vos commentaires. Je vous propose à chacun, de poster un nouveau commentaire sur ce fil, faisant l’apologie d’un trait de caractère de l’autre (humour et finesse fortement conseillés !). Que pourriez-vous dire de l’autre ? Je suis curieux de lire vos réponses. :)

    Par contre, si vous vous contentez de répondre, comme des coqs de basse-cour, j’effacerai ces commentaires indigne de vous. D’accord ?

    PS : Je n’ai rien contre les coqs, ce sont des animaux charmants, à la voix haut perchée, au plumage coloré mais leur place est, les pattes bien plantées dans le compost fait maison, pas sur ce blog. 😉

  17. qqcvd says:

    Ni “brillants”, ni “talent”, ni même “Don quichotte”,
    Je suis bien de ces mâles si chers à ces cocottes…
    Car il est si facil’, se prom’nant sur le net,
    De caqueter au vent, tout comme les poulettes…
    Je connais mes travers et des fois je m’égare
    A poster des anneries sans vraiment réfléchir,
    Mais la “Révolution” n’est pas un défouloir,
    Plutôt un but ultime, comm’ voir Naples et Morire (*)

    (*) au pied du Vesuve.

    … mais je me soigne, c’est pour cela que je lis ce blog.

  18. Jean-Philippe says:

    @qqcvd Bravo, en voilà du talent ! Merci beaucoup pour ce poème très personnel. Je vous découvre là bien mieux que dans tous vos autres commentaires. Continuez ! :)

  19. Yuca965 says:

    Euh… Jean-Philippe, tu ne les encouragerais pas à se “combattre”, plutôt que d’argumenter sur ce que dit Santodji ? Tu aurais pu répondre que tu n’avais aucune arrière-pensée pour désinformer qui que ce soit et que ce n’était qu’une petite histoire raconter d’un point de vue extérieur à cette “tradition”, il fallait donc être tolérant.

    Moi je n’ai vu nul agressivité dans son texte, et c’est pour ça que je ne comprends pas la réaction de Santodji. Plutôt que de le sermonner sur ces méconnaissances à propos de cette “tradition”, il serait préférable pour nous tous que tu nous apprennes ce que tu en sais : ) .

    Bon, maintenant ma propre réaction du texte ^^ :

    “Allez, soyez franc ! Est-ce que vous avez souri pendant que je vous expliquais tous les détails techniques concernant la consommation de l’ehomaki ? Moi aussi.”

    Pas moi !

    Faire un vœux en mangeant n’est pas si idiot que cela, peut-être que vous vous attendez à ce que je vous dise que rêver un moment est bon pour la santé… Mais non ^^, je vais parler un peu occultisme : D’après Franz Bardon, on peut imprégnez la nourriture d’un désir qui peut, selon la nature du désir et la force que vous mettez dans ce désir, se réaliser. Je n’en dirais pas plus, car si vous voulez en savoir plus, le mieux est de lire son livre ; ). Et ne me mordez pas parce que je vous parle occultisme xD !

    PS : n’espérez pas gagnez au loto, le désir n’est pas très noble donc ce sera difficile à réaliser, sa relève plutôt de l’avidité :/ , mais j’ai bien vu que ce n’était que de l’humour ! 😀

  20. Jean-Philippe says:

    Merci Yuca965 pour votre long commentaire ! J’apprécie toutes les informations que vous apportez et, merci aussi pour vos conseils. 😉

  21. scapa says:

    Oh, bordel…. Je lis les posts jusqu’au bout, et ça tourne en vrille.
    Heureusement que je suis shintoïste et que je sais que je mourrais bouddhiste…. 😉
    Continu, JP SAMA !

    Kempaï…
    (PS je commence avec les blancs ce soir…)

    • Je ne savais pas que tu jouais des parties de Go. Tu as beaucoup d’expérience ?… :)

      • scapa says:

        Expérience ?
        J’ai commencé il y a environ 40 ans, une partie ou deux le soir chaque semaine, avec un beau-frère, prof de math… pendant un an, puis continué avec un ami qui bossait avec moi, tous les mercredi soir alternativement. C’est lui (au passage) qui m’a initié à la cuisine japonaise… Il est parti travailler en Suisse, mais j’ai la chance d’avoir une co-autrice interressée, je m’y suis remis il y a quelques mois.
        Avec une particularité : tous les 20 pierres posées, on change de camp : on passe des noirs aux blancs ! Et on continue.
        Mais je ne peux pas dire que” j’ai beaucoup d’expérience”… Je ne connais pas “mon niveau” faute de ne pas avoir disputé des parties avec des adversaires “classé”…

        • C’est une super histoire ça !

          Cela me fait penser à un manga qui fut très populaire sur le jeu do Go : Hikaru no go. Cela peut être intéressant… si tu aimes ce genre de lecture. 😉

          • Scapa says:

            Curieux, les aléas du temps ! Je voulais vérifier certaines informations sur moi (modeste).. Et je suis retombé sur nos discussions d’il y a un an environ.
            J’ai arrêté le Go avec ma partenaire, elle ne semblait pas attiré par cet aspect omnipotent. Et puis changer de côté toutes les 20 pierres, elle avait du mal. (Je l’ai fait aux échecs avec mes garçons), et cela leur a appris à être capable de s’adapter, anticiper le changement de fortune et se préparer, justement à changer de camp donc ne pas se mettre trop en position de vainqueur ! Mais garder des bottes secrètes !
            Cela me fait penser ( en ce 27 mai 2016) à ces conflits qui désorganisent la France, entre le gouvernement élu et les syndicats (non élus et subventionnés par nos impôts). Portes toi bien. Kempei ! S.

Commentez ce billet