La madeleine et l’éponge

Par le 28 January 2010
dans Vous êtes bloqués?

La madeleine et l'éponge, ou une initiation à la méditation

Cet article constitue ma participation à cette rencontre amicale, “À la croisée des blogs” qui est un événement inter-blog dédié au développement personnel. Il est publié mensuellement et chaque nouvelle édition traite d’un nouveau thème. Ce mois-ci c’est Guillaume, du blog S’améliorer, qui en est l’organisateur et qui nous a proposé de plancher sur Comment vivre l’instant présent.

Il fait nuit. La pièce est illuminée par le seul rayonnement de la lune qui semble avoir pris ses quartiers d’été dans la cuisine. Mais moi, j’ai soif. Je prends un verre et le remplis doucement, écoutant le doux chuintement du robinet qui délivre son breuvage transparent. Je porte la boisson à mes lèvres et lentement, je bois. Les yeux mi-clos. Presque en extase.

Ne mentez pas. La pensée qui vient de vous traverser l’esprit, c’est de vous dire qu’à ce blogueur, il lui manque une case. Et une grosse. Pourtant, je persiste. Dans certaines conditions, lorsque, par exemple, je bois un simple verre d’eau, j’oublie tout. Je suis au paradis. (Encore une case de perdue…)

Avec madeleines

Ne me dites pas que cela ne vous ai jamais arrivé. Vous effectuez une tâche extrêmement banale et soudain vous en tirez une joie intense. Pourquoi ? D’où cela vient-il ?

Essayez de vous rappeler. Il y a de grandes chances pour que surgissent dans votre esprit des instants de votre passé, lointains, un peu brumeux. Souvent ces souvenirs sont liés à des moments de votre enfance. C’est un petit peu comme la madeleine de Proust.

Mais madeleine ou eau plate, ces simples ingrédients sont-ils alors des supports qui nous ramènent à ces moments d’insouciance heureuse de notre enfance ? Des moments dont on voudrait bien retrouver les sensations ? Sûrement. Et moi, pour tout vous avouer, je n’utilise pas seulement l’eau plate mais aussi le chocolat, le pain de seigle, le pão de queijo et les biscuits au sésame. :)

Et vous, vous faites dans quoi ?

Cela fonctionne aussi parce que ces moments sont liés au goût, et sont profondément ancrés dans notre mémoire. Peut-être qu’ils sont aussi liés à un événement particulier. Je suis certain que les spécialistes en PNL pourraient nous expliquer ça techniquement. Comme pour Marcel Proust, Le simple fait de mordre dans notre “madeleine” nous remet instantanément dans les mêmes conditions agréables d’une jouissance que nous pouvons répéter à l’infini. Et voilà donc comment j’arrive à oublier le passé et le futur. A être là, tout simplement.

Sauf qu’on ne peut pas toujours avoir sa boite de madeleine sous la main. Dans ce cas, comment faire pour vivre l’instant présent ?

Sans madeleines

A ce moment là de l’article, je devrais vous offrir mes 7 règles pour vivre l’instant présent. Hé bien non. Pourquoi ? Parce que pour être honnête avec vous, je n’en ai pas. Je ne sais pas comment consciemment vivre l’instant présent. Il faudra que vous lisiez les articles de ceux de mes camarades d’À la croisée des blogs qui ont plus d’expérience que moi. :)

Par contre, j’ai juste un truc pour vivre cet instant présent. J’ai noté que je peux vraiment l’être quand je fais quelque chose qui m’intéresse. Quand j’effectue une tâche qui me passionne, là oui, j’oublie tout ce qui est autour de moi. Je ne fais plus qu’un avec elle. Je suis vraiment dans l’instant présent. Ce n’est pas une grande révélation que je suis en train de vous faire et je pense que vous connaissez ça, vous aussi. 😉

La logique voudrait donc que nous recherchions uniquement ces moments de passion, ces instants où nous nous perdons dans le plaisir de faire quelque chose qui retient toute notre attention. Notre vie serait un éternel nirvana, entre passions et boites de madeleines, non ?

Malheureusement et malgré ma quête pour vivre de cette façon, ce n’est pas toujours possible. Il y a toujours des tâches ingrates ou peu réjouissantes qui surgissent et qu’on ne peut pas déléguer. Faut-il alors, par exemple, tenter de laver la vaisselle tout en mordant dans une madeleine ?

Avec éponge

Le Japon, est le pays du zen, cette forme de bouddhisme qui met en avant la méditation et, lorsque je visite les nombreux temples disséminés un peu partout en terre nippone, j’ai beaucoup de respect pour ces moines qui se dédient à la recherche constante de cet instant présent, de cette “illumination intérieure”. Je les aperçois parfois en train de méditer en position assise et cela m’impressionne beaucoup. Pour eux, le passé et le futur ne semblent pas exister. Le monde de la méditation est un territoire que je connais peu même si cet article de DocG a beaucoup fait pour effacer certains de mes préjugés.

Ceci dit, lors d’une conversation avec un Japonais, celui-ci m’a révélé que la méditation, ça pouvait se pratiquer partout et à tout moment. Il n’y avait pas besoin pour cela de se raser la tête et de s’asseoir en position du lotus. Face à mon étonnement, il m’a aussi expliqué que les moines zen, pour atteindre la pleine conscience faisaient plus confiance aux tâches courantes qu’à la position assise sur un coussin.

“C’est à dire ?” lui ai-je demandé.
“C’est à dire que tous les gestes de leur vie quotidienne, qui est surtout consacrée aux travaux manuels, sont d’une importance extrême. L’attention qu’ils attachent à balayer, nettoyer, couper du bois, planter des légumes ou même laver leurs bols, est primordiale. Ils tentent de rester dans l’instant présent, de se concentrer complètement sur ce qu’ils font. C’est une forme suprême de méditation. Moi-même,” conclut-il, “je médite en faisant la vaisselle. C’est un des mes petits plaisirs quotidiens et une tâche à laquelle je m’abandonne complètement.”

Je dois vous avouer qu’après cette conversation, en rentrant chez moi ce soir là, je n’avais qu’une envie c’était d’en finir rapidement avec le dîner et d’emporter la vaisselle dans l’évier, afin de tester cette nouvelle forme de méditation.

Maintenant, après des dizaines et des dizaines de bols, d’assiettes et de couverts soigneusement récurés – au grand plaisir de ma compagne – je dois avouer que je suis loin de vivre l’instant présent, l’éponge à la main. C’est incroyablement difficile ! Je vous encourage à essayer et à fixer votre attention sur le couvert que vous êtes en train de nettoyer. Peut-être que pour vous aussi, très vite, mille pensées viendront vous assaillir. Parfois, j’ai presque envie de les chasser à coups de fourchette. Mais là, je m’égare…

Donc je reste fidèle à mes “madeleines” et à l’écriture de ce blog qui me maintiennent dans l’instant présent. Ceci dit, je n’abandonne pas. Lorsque je verse un peu de liquide vaisselle sur l’éponge, je respire un grand coup, car je sais que la bataille n’est pas gagnée. Le mot “bataille” n’est pas juste d’ailleurs car en fait c’est plus une lutte intérieure. Dans les rares moments où j’arrive à ne faire qu’un avec une soucoupe pleine de mousse, j’en suis tellement content qu’évidemment, des pensées joyeuses me traversent aussitôt l’esprit, me faisant perdre mon élan méditatif.

Alors, je brise rageusement repose en douceur ladite soucoupe dans l’évier et je me dis que, vivre l’instant présent est vraiment un travail de longue haleine.

C’est exactement comme pour la vaisselle : il faut recommencer tous les jours.

(Photo : ~Prescott)

Commentaires

28 commentaires pour “La madeleine et l’éponge”
  1. Nathalie says:

    J’ai pas bien compris :S
    Faut se forcer à penser qu’ à l’activité du moment ? par exemple quand tu nettoies tes fenêtres, tu dois t’interdire à penser la merveilleuse soirée qui t’attends ou que lorsque tu as terminé tu pourras te faire couler un bon café??

  2. Jean-Philippe says:

    @Nathalie C’est juste une différence de culture. :)

    Si le timeboxing fonctionne bien avec la récompense après le labeur, en Asie, ils considèrent que toute tâche manuelle requiert 100% de son attention. Par exemple, un moine zen nettoyerait tes fenêtres avec une attention complète (et de l’Ajax !) pour aller ensuite boire cette tasse de café (ou plutôt de thé vert) avec 100% de concentration. :)

  3. merci jean-philippe pour cette petite dose de sagesse japonaise venant illuminer ma journée d’occidental ; )

  4. Rémy says:

    très bon article encore une fois JP, merci. Il m’arrive d’avoir ce genre de moments de bonheur, mais c’est trop rare, il faut parfois les provoquer !

  5. Jean-Philippe says:

    @Boris Que toutes les assiettes et les fourchettes du monde te soutiennent dans tes projets. 😉

    @Rémy Merci Rémy ! Et c’est bien là toute la difficulté : les provoquer !

  6. docG says:

    Ha ha ha
    vraiment j’ai beaucoup ri!

    définitivement l’humour et le rire est à pratiquer le plus souvent possible!

    Jean-Philippe, ce que te dit ce japonais est simplement la pure vérité.
    IL y a une grande différence entre laver la vaisselle et laver la vaisselle en pleine conscience.
    la différence?
    Dans le premier cas, ton corps lave la vaisselle, mais ton esprit est ailleurs le plus souvent dans le passé, dans le futur, dans tes préoccupations, tes souvenirs, tes peurs, tes questions,…
    Dans le second cas, ton corps et ton esprit sont ensemble, réconciliés, unis dans cette tâche ménagère. Juste présent.
    Dans le premier cas, tu es en pilote automatique.
    Dans le second cas, tu vis l’instant présent.
    C’est ce qu’on appelle la méditation informelle, la plus puissante car elle se vit dans la vie de tous les jours, dans les tâches quotidiennes.
    Ainsi, tu vis avec intensité les moments de ton existence.
    Et ça change tout.
    A découvrir…
    …Et bonne dégustation de madeleines.
    Tu peux peut-être commencer par un exercice simple.
    Imagines que tu es un martien et que tu découvres pour la première fois une madeleine (en général l’exercice est fait avec un raisin sec, mais tu peux le faire avec n’importe quel objet qui se mange)
    Tu vas essayer juste de le décrire par la vue sans le juger : décrire sa forme, sa couleur, sa régularité,…
    Puis le décrire par le toucher : rapeux, lisse, granuleux, friable, ….
    Puis le décrire par l’ouïe : le cri de la madeleine n’est pas si intense que ça!!, mais tu epux peut-être la faire rouler entre deux doigts et entendre si cela fait un son. Si oui, quel est-il?
    Ensuite, tu peux le sentir : décris ce que tu sens en essayant d’éviter les interprétations : “ça sent comme…”
    Et pour finir, fais passer ta madeleine sur tes lèvres et décris tes impressions, puis mets-la en bouche sans la mâcher, juste sois à l’écoute de tes sensations, et enfin tu auras droit à la croquer…mais délicatement!
    L’ensemble peut durer 10 minutes…

    Ensuite donne-moi tes impressions….

    PS si ta femme ou ta compagne te traite de fou, donnes-lui son mets favori à déguster de la même manière!…
    😉

    DocG

  7. Aloïs says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    Merci pour votre blog, dans lequel vous abordez certains thèmes du développement personnel avec une grande fraîcheur. J’ai créé un site internet qui traite du développement personnel par le prisme de la séduction. Nous publions du contenu, et j’apprécierai vraiment de publier certains de vos articles, avec une référence à votre blog, si vous êtes d’accord.

    Je n’ai pas trouvé d’adresse courriel sur laquelle vous contacter, merci donc de me répondre par mail.

    Bien cordialement,
    Aloïs, coach

  8. Jean-Philippe says:

    @DocG Merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous donner tous ces détails supplémentaires! Cela est bien utile pour mieux comprendre cette méditation informelle. :)

    L’exercice que tu me proposes avec une madeleine, là, est surprenant. Mais promis, je vais essayer ! Ceci dit, je pense qu’il va falloir que je m’y reprenne à plusieurs fois pour y arriver… je vais donc de ce pas acheter plusieurs boites de madeleines. 😉

  9. Valérie says:

    «J’ai tellement à faire aujourd’hui, je vais avoir à méditer deux fois plus longtemps.»
    Gandhi

  10. remy66 says:

    Je trouve que tu as du talent pour écrire.
    J’ai vu dans un film coréen une jeune femme qui épluche une pomme avec un couteau (pas un économe) et qui fait tourner la pomme sur elle meme tout en épluchant cette pomme, le but étant bien sur de ne pas casser la peau et que cette découpe soit la plus réglulière possible.
    Ca énerve rapidement ma femme de me voir faire, pourtant elle est du genre patiente.
    Et moi je vois tout ce que je fais, je touche, je sens, j’écoute je goute et j’essaie de ne pas penser à la peau si imparfaitement taillée, mais de continuer et essayer de faire mieux

  11. Jean-Philippe says:

    @Valérie Merci pour cette belle citation. 😉

    @Rémyzen66 Alors chapeau ! Tu es bien plus avancé que moi… :)

  12. Germain says:

    Bravo Jean-Philippe, je t’encourage dans cette voie. Et pourtant, ce ne sont que des mots; comme disait un grand maitre Zen, “dans le Zen, il ne faut surtout pas comprendre”.

  13. Jean-Philippe says:

    @Germain Merci ! Donc je ne cherche pas à comprendre : je lave et je rince. 😉

  14. Haha! Ton article m’a fait sourire. Merci. :-)

    C’est drôle que tu mentionnes la vaisselle, car justement, je médite toujours quand je fais la vaisselle. Et quand je nettoie la salle-de-bains, quand je marche, et toute autre activité manuelle ou physique. C’est ce qui les rend aussi agréable ! Les gens me demandent “Quoi, tu aimes faire la vaisselle ??”, eh oui j’adore. Je ne voudrais pas d’un lave-vaisselle !

    C’est tellement facile, en s’occupant de ces tâches, de laisser son esprit vagabonder, de penser au futur, au passé, à ses projets… Mais en faisant ça, on se perd, et on perd son pouvoir.

    Au fond, méditer et être présent, c’est la même chose. Quand on est vraiment présent, on médite tout le temps, quoi que l’on fasse.

    Je te souhaite une journée… présente. 😉

    Rosine.

  15. Jean-Philippe says:

    Présentement, je suis en train de taper sur mon clavier ma réponse à Rosine… Je ne pense qu’à la remercier et à lui dire que son idée de “méditer et être présent, c’est la même chose” est géniale… ah? quand on pense au futur, on perd son pouvoir ?… tiens ça j’ai plus de mal à comprendre… il faut que je lui demande des détails… je tape la question dans l’instant présent, oui, là, j’y suis… et j’appuye sur “Valider Commentaire”…

    [Ceci était un commentaire écrit au présent.] 😉

  16. Jean-Philippe says:

    Pour les experts en méditation, que pensez-vous de ce livre : The One-Minute Meditator ? C’est possible ou c’est de la poudre aux yeux ? Merci ! 😉

  17. docG says:

    Cher Jean-Philippe : je ne connais pas.
    Il s’agit a priori des techniques de méditation informelle ou de relaxation cad à appliquer dans la vie de tous les jours. De toute façon, la méditation est une affaire de long terme et surtout de la pratique, de la pratique, de la pratique.
    Toutes les approches rapides qui pourraient séduire bon nombre de mes congénères sont en réalité de la poudre aux yeux. De même attention aux kits de méditation 3G qui promettent monts et merveilles…

  18. Jean-Philippe says:

    Merci docG, sans être expert, l’idée de la pratique-pratique-pratique est très juste dans n’importe quel domaine, donc évidemment également pour la méditation. :)

  19. Yuca965 says:

    Pour vivre à fond l’instant présent, imaginez que c’est le dernier, et que l’action même du moment est la plus importante qui existe, imaginez que c’est tout ce qui compte au monde.
    Ma technique personnelle est d’imaginer que le monde est un jeuvidéo, un jeuvidéo infiniment détaillé qui est infiniment meilleurs que tout ce que je connais sur mon PC, il n’y a pas de bug, pas d’action sans conséquence :N’EST-CE PAS GENIAL, de pouvoir jouer à un tel jeu ?!
    Les autres jeuxvidéos ne sont RIEN comparable au nôtre ! :)
    Imaginez que vous êtes, un personnage que vous contrôlez d’autre part, et appréciez.
    Voilà une technique qui touchera plus les amateurs de JeuxVidéos :).

    Sinon, Jean-Philippe, je viens de t’envoyer quelque chose qui pourra assurément t’aider à progresser côté méditation.

  20. Jean-Philippe says:

    Merci Yuka965 pour ton commentaire ! L’idée du jeu vidéo dans lequel nous sommes est très bonne. Je crois qu’elle a d’ailleurs été reprise dans certains films, non ? Mais c’est une bonne technique pour rester concentrer sur ce que l’on fait. :)

    PS : Merci pour l’envoi.

  21. Ordjoun says:

    Salut Jean-Philippe ,

    “Mes soeurs, vous trouverez Dieu dans les casseroles de la cuisine.”
    Sainte Thérèse d’Avila
    @micalement
    @+
    Ordjoun

  22. Jonathan says:

    Génial cet article que je ne connaisais pas, tu vois maintenant où est le secret de Léo Babauta: dans le moment présent, lentement et en douceur 😉
    C’est génial pour comme on peut apprendre aussi cela petit à petit 😉

    A demain pour le petit exercice, juste 5 minutes pour commencer 😉

  23. Jean-Pierre says:

    ta conclusion est géniale !

    Ceci étant, deux ans ont passé. Peux-tu maintenant nous dire à nous Martiens ce qu’est une Madeleine ?

    • Merci Jean-Pierre !

      Au bout du compte, je ne sais pas : la madeleine et l’éponge se ressemblent toutes les deux dans leur travail de succion… 😀

Commentez ce billet