La seule clef dont vous avez besoin pour avancer dans la vie

Vers la gauche ou vers la droite ?


Nous avons tous des rêves.

Mais combien parmi nous les poursuivent ?

Vous vous êtes vraiment demandé pourquoi ?

Au XXIe siècle, je l’ai dit et redit, il n’y a aucune raison de ne pas suivre une voie qui nous intéresse réellement. Au contraire, il semble que beaucoup de personnes ce soit de plus en plus difficile.

Pourtant, il n’y a qu’une seule chose dont nous avons besoin.

Une seule.

Et une fois que vous l’avez comprise, rien ne peut vous arrêter.

Je ne sais pas

Je reçois régulièrement de mails de lecteurs qui me demandent des conseils dans toutes sortes de domaines.

J’apprécie beaucoup la confiance qu’ils me font et que je ne crois pas mériter, les questions posées concernant des domaines très différents, mais tournant toujours autour de la même problématique.

En gros, ils ont des idées, ils ont envie d’aller dans une direction mais ils hésitent parce qu’ils ne savent pas comment avancer.

Et c’est à moi – entre autres – de leur répondre. Moi qui n’est sûrement pas plus de connaissances dans leur domaine d’intérêt qu’eux-mêmes.

Je considère cette situation un peu comme celle d’un enfant qui se retrouve devant sa chambre à ranger. Si son père ou sa mère lui dit d’y mettre de l’ordre, il va en général commencer à se plaindre en disant qu’il ne sait pas comment arranger tout ce désordre.

Un adulte qui veut avancer dans un domaine précis et qui ne le fait pas, prétextant le manque d’information ou de conseils pour agir, est dans exactement le même cas que cet enfant qui fait un caprice.

Ainsi, certains d’entre nous passent leur vie à hésiter et n’accomplissent rien, ne réalisent rien, ne produisent rien qui les rendent fiers d’eux-mêmes.

Pourtant, la solution est toute simple et elle consiste en un mot.

A partir du moment où je vous aurai “révélé” ce mot “magique”, vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas avancer et aller vers la vie dont vous rêvez.

Alors quel est ce mot ?

Choisir.

Je sais

Lorsque vous faites un choix, vous devenez le “patron” de votre vie.

Lorsque vous faites un choix, vous avancez d’un pas dans la direction où vous voulez aller.

Lorsque vous faites un choix, vous sortez de l’angoisse et de la souffrance, pour agir.

Pas convaincu ?

Soit vous êtes de mauvaise foi et je vous conseille d’arrêter la lecture immédiatement en retournant à vos jérémiades soit vous sentez que c’est la bonne réponse mais que ce n’est pas encore parfaitement clair dans votre tête.

Alors, laissez-moi vous éclairer. :)

Dire que vous ne savez pas comment faire, c’est réagir comme un enfant.

Dire que vous ne savez pas quoi faire pour avancer, c’est encore réagir comme un enfant.

Ne pas choisir, ne pas faire de choix, c’est refuser de prendre ses responsabilités et fermer les yeux. Évidemment, en adoptant cette attitude, vous n’irez pas loin. En plus, d’autres feront des choix pour vous, des choix que vous n’apprécierez peut-être pas.

Mais, vous pourriez me dire que vous ne savez vraiment pas quoi faire pour avancer dans un domaine qui vous passionne.

Je dis : mensonges ! (Eh oui, c’est dur de lire un blog parfois…)

D’abord, il y a l’internet. Aujourd’hui, à notre époque, il est impossible de ne pas trouver l’information qui vous intéresse sur le web. Impossible.

Si c’est d’un contact spécifique dont vous avez besoin, c’est la même chose. Un petit tour sur internet et puis quelques emails ou coups de téléphones vous permettront de trouver la ou les personnes qui vous sont nécessaires pour vous conseiller.

Vous voyez, c’est juste une question de choix.

Je peux choisir de ne pas faire une recherche sur le web ou je peux choisir de le faire.

Je peux choisir de ne pas trouver des contacts clefs qui vont m’aider à avancer dans mes projets ou, je peux choisir de le faire.

Vous ne me croyez toujours pas ?

Alors voici le test ultime. (Les plus anciens lecteurs/lectrices du blog et de mes livres le connaissent bien.)

Je vous donne une heure pour faire un choix. Votre choix. Si dans 60 minutes vous n’avez rien décidé, vous serez éliminé par un tueur à gage. (Ah oui, on est vraiment dur sur ce blog.)

Alors ? Est-ce que vous allez le faire ce choix ? Bien sûr ! D’ailleurs, vous remarquerez ensuite que ce n’était pas si difficile. Que de doute façon, il n’y a pas de choix parfait et que chaque option nous pousse en avant…

A agir. A se sentir fort. A vivre. :)

Je choisis

La clef est maintenant entre vos mains.

Tout seul ou toute seule vous pouvez maintenant avancer dans la direction de votre choix.

Explorer une passion.
Changer une habitude.
Commencer une nouvelle vie.
Vivre un rêve.
Démarrer un business.
Redresser et réorganiser ses finances.
Partir dans un voyage au long cours.

C’est à vous de décider et de faire ce pas en avant qu’est “un choix”. Ne vous sous-estimez pas.

Et puis moi, je connais une communauté qui fait ça régulièrement, une communauté qui fait des choix et qui se lance des défis, une communauté composée de personnes motivées qui découvre à chaque fois son potentiel fantastique.

Au sein de Cloudbraining, la communauté que j’anime avec beaucoup de plaisir, vous pouvez faire des choix et vous lancer, avançant pas à pas dans la direction que vous voulez. De plus, vous pouvez profiter de la sagesse collective qui vous donnera des conseils utiles avant que vous – seul ou seule – fassiez votre choix.

Le prochain challenge sur 30 jours débute bientôt. Comme d’habitude, les places sont limitées, donc inscrivez-vous tout de suite sur cette page.

Mais que vous avanciez seul(e) ou avec le groupe Cloudbraining, rappelez-vous, c’est vous qui avez la clef ultime de votre succès et de votre bonheur entre vos mains.

Alors avancez, riez, dancez, vers la gauche ou vers la droite mais…

Faites un choix ! :)

(Photo : Kharied)

Commentaires

35 commentaires pour “La seule clef dont vous avez besoin pour avancer dans la vie”
  1. Cédric says:

    Bonjour,

    Génial cet article !

    Nous sommes effectivement responsable de notre vie et il en est mieux ainsi !

    Avant je choisissais d’être triste
    je choisissais d’être mal entourré,
    je choisissais d’échouer,
    je choisissais de ne pas choisir
    Je choisissais de me plaindre

    Aujourd’hui je choisis d’être heureux,
    je choisis de transformer ma vie,
    je choisis de poster des commentaires sur des blogs interessants comme celui-là,
    Je choisis mon entourrage,
    je choisis…

    Merci Beaucoup

    Cédric (seconnaitre)

  2. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Cédric pour ton commentaire !

    Et bravo pour ton “poème”… on y gagnerait à le mémoriser. 😉

  3. Bonjour,

    Hé oui, c’est avant tout à nous de faire des choix pour avancer dans la vie. L’aide des autres peut s’avérer utile mais attention à ne pas se laisser influencer. L’influence des autres conduit à réaliser leurs rêves au lieu des notres.

    Prendre des décisions, bonnes ou mauvaises, feront avancer les choses. A nous de rectifier le tir quand ce n’est pas bon mais savoir prendre des décisions fermes, sans revenir sur son choix toutes les 5 minutes, apportera une vraie plue value dans notre vie.

    Bon WE !
    Dorian

  4. Jean-Philippe says:

    Merci Dorian pour ton commentaire ! Je vois que tu as tout compris et tu as raison, il faut bien faire attention à l’influence des autres qui peut être très néfaste. Mais je pense que de ton côté ça ne devrait pas poser de problème. 😉

  5. Anael says:

    Wow, 1 heure pour faire un choix, c’est généreux!
    Un choix fait en 2 minutes est aussi efficace qu’un choix fait 30x plus lentement, et au moins, on économise 58 minutes de tergiversations. 😀
    En tous cas, super billet, comme d’habitude!
    Et comme les commentaires ont commencé avec de la poésie, ce sujet me fait penser au célèbre poème de Robert Frost, the “Road Less Taken”.
    “[…]
    Two roads diverged in a wood, and I –
    I took the one less traveled by
    And that has made all the difference.

    N’oubliez pas que l’important, une fois que vous avez choisi ce que vous voulez, c’est de choisir d’agir.

  6. Anael says:

    Pardon, le titre du poème est “The Road Not Taken” (texte intégral ici: http://www.bartleby.com/119/1.html)

  7. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Anael pour tes compliments ! Ah, si nous n’avions pas Robert Frost que ferions-nous ?… On prendrait quand même “the road less traveled” pour aller au bout de nos rêves mais, c’est quand même plus joli avec son poème pour nous inspirer. 😀

  8. Stratège says:

    Billet de qualité :) ça m’a motivé rien qu’à sa lecture, et j’ai même passé un bon moment devant la page d’inscription au cloudbraining (mais bon, pas cette fois ^^ mais le concept est très intéressant, pour moi qui vient de le découvrir).

    Et pour ce qui est du choix, j’ai fais celui de commenter ce blog pour la première fois 😉 et pas la dernière sans doute !

  9. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Stratège pour ce premier commentaire ! Cloudbraining revient régulièrement, donc tu auras encore l’occasion de le tester. Si tout va bien, en juillet, Cloudbraining 7 sera consacré à l’écriture (volet technique pour publier sur le kindle). 😉

  10. marie says:

    bonjour,

    super l’article, j’aime bien le passage de l’enfant qui se plaint pour ranger sa chambre et l’adulte qui en fait de meme finalement, en fait je me suis reconnue bou !!!c’est vrai qu’il faut choisir et c’est vrai aussi que des fois on est pas encore tout à fait au clair avec son projet dans sa tete, pour ma part je dirais que c’est la peur qui bloque mon choix pourquoi??? peut etre aussi que ce n’est pas encore le moment, nonono c’est maintenant!!!je choisie de le faire, d’agir et maintenant que je l’écris je me rends compte que j’ai déjà commencer c’est dingue !!,

  11. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Marie de partager tes sentiments ! Sur Cloudbraining, nous avons une devise “Et pas de pleurnichages !”. C’est clair et net, non ? Mais je vois que tu te reprends très bien et que tu avances… bravo ! :)

  12. Amibe_R Nard says:

    Si son père ou sa mère lui dit d’y mettre de l’ordre, il va en général commencer à se plaindre en disant qu’il ne sait pas comment arranger tout ce désordre.

    Si seulement c’était réservé aux enfants.

    Mais est-ce bien le cas ? 😉

    Trop de choix, c’est du désordre.
    Trop de projets, c’est du désordre.
    Trop de choses à faire, c’est du désordre.

    Je ne sais pas si le mot choisir est efficace devant un tel désordre.

    Surtout si l’enfant ne sait pas “où” ranger les objets dont il dispose.
    Ou comment les organiser.

    Doit-il ranger le bras du robot dans le tiroir à chaussettes, et la tête dans sa table de nuit ?
    Et le reste du corps sous le lit ?

    Adulte. Je veux lancer un projet. Dois-je commencer à calculer combien ça va me coûter, à savoir si j’en ai les capacités, si je dois prendre un congé sabbatique.

    On est dans le désordre.

    Alors “Choisir” ?

    L’enfant va tout mettre pêle-mêle dans son placard. En espérant que la porte ne se rouvre pas. :-)

    Et l’adulte ??? ;o)

    A noter que tout mettre hors des yeux est une technique de rangement.
    Pas la meilleure, mais c’en est une. 😉

    A l’identique, rêver, procrastiner est une solution de rangement.
    Pas la meilleure, mais c’en est une.

    Tu proposes “agir” en second mot.
    C’est vrai que pousser/cacher les morceaux du robot ici et là, c’est agir… et ranger.

    C’est aussi une solution de rangement.
    Papa et maman ne vont pas être d’accord, bien sûr, pourtant c’est bel et bien une solution de rangement.
    La meilleure – dans leur esprit – aurait été de reconstituer le robot, puis de le ranger.

    Une encore meilleure aurait été de reconstituer le robot, puis de le ranger définitivement = de ne jamais plus le sortir du placard. Dans une espèce de renoncement terminal… Sauf que le robot est là, avec son lot de regrets et de jeux non joués.

    Choisir, agir, c’est aussi savoir renoncer à nos vieux jouets.
    A ceux qui nous ont servi, mais qui ne serviront plus.

    Facile à expliquer à un enfant. Mais va dire ça à un adulte, au sujet de ses idées, de ses projets.
    Ou même de ses possessions physiques.
    Combien entassent encore et encore, jusqu’à remplir leur maison.

    Du désordre, toujours du désordre.
    Sauf que les adultes ont plus de place physique ;o)

    Mais quelle solution pour commencer à ranger ?

    Tiens, oui, dans ce billet (ou un autre) j’aurais bien aimé découvrir quelques techniques de rangement, à enseigner aux enfants.

    J’ai imaginé l’idée de commencer par ranger une poignée d’objets (trois, quatre, pas plus), ou alors ranger pendant 1/4 d’heure, ou alors ranger un ou deux mètres carrés de la chambre.

    Reste que le plus dur, ce n’est pas de ranger… la chambre, mais de la garder propre.

    Agir, pour garder les choses propres dans sa chambre (ou dans sa tête :-) ), c’est une discipline de tous les jours.

    Avoir moins de choix, c’est aussi choisir.
    Choisir mieux ?

    Hé, hé, je crois qu’il y a beaucoup de choses à dénicher sous cette idée de rangement.

    Bien Amicalement
    L’Amibe_R Nard

  13. Jean-Philippe says:

    Wow ! L’Amibe, comme d’habitude tu nous pousses encore plus loin à la réflexion… et avec brio. :)

    Choisir, agir, c’est aussi savoir renoncer à nos vieux jouets.
    A ceux qui nous ont servi, mais qui ne serviront plus.

    Facile à expliquer à un enfant. Mais va dire ça à un adulte, au sujet de ses idées, de ses projets.
    Ou même de ses possessions physiques.
    Combien entassent encore et encore, jusqu’à remplir leur maison.

    Ce passage là, je l’adore ! Il y a de quoi écrire un tas d’articles dessus. Et puis, je n’oublie pas ta suggestion pour apprendre à ranger aux enfants (et aux adultes). Merci. 😀

  14. Coucou Jean-Phillippe,
    Super article comme d’habitude j’ai envie de dire :)
    Je voulais savoir si les inscriptions au CloudBraining sont toujours ouvertes ou pas ?
    Merci

  15. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Habib ! Pour Cloudbraining, désolé c’est complet mais essaie quand même car il y a une liste d’attente à cause des désistements. 😉

  16. Florine says:

    Le destin ce sont les choix que la vie nous propose :)

  17. valérie says:

    Wow, j’adore ton site! Il est un vrai exemple à suivre. PArfois on se pose beaucoup de question, par exemple, comment être heureux ou est-ce bien de sentir heureux dans sa vie. Je suis très intéressé par la facon d emieux vivre ses problème et d’accepter ses émotions. Alors, tes articles sont super! Continue!

  18. Jean-Philippe says:

    @Florine Merci pour ton commentaire ! Bien vu. 😉

    @valérie Merci pour les compliments !… et bonne lecture. :)

  19. Philippe says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    je suis assez d’accord avec L’Amibe sur le renoncement.

    Même si d’un côté ça en ouvre, d’un autre côté:
    – Choisir c’est déjà se fermer des portes.
    – Agir c’est aussi se fermer des portes.

    Tant qu’on reste dans la tête on a tous les choix possibles. Et pour certain(e)s c’est beaucoup :)
    A partir du moment où on choisit et on agit, on renonce. Et ça, ça peut être difficile.

    Maintenant, à vouloir toujours garder tous les choix, on fini par ne rien faire.

    Et en effet, si on a trop de choix d’un coup, on ne sait pas forcément par où commencer.

    Peut-être qu’en y mettant des critères ça peut aider à faire un premier tri: plus important/moins important; vital/pas vital; sympa/moins sympa; conséquences sur les autres/pas de conséquences sur les autres; etc…

    Je sais que pour moi, quand j’ai une décision important à faire, c’est l’aspect conséquences sur les autres qui pèse beaucoup. Parfois trop, parce-qu’il y a aussi les conséquences que je m’imagine, mais qui ne sont pas réelles. Et ça ça bloque aussi. :)

    Donc, choisir et agir pour avancer: superbe idée. Complètement d’accord.
    Maintenant, même si je sais que je dois choisir et agir, il faut encore le faire… 😉

  20. Excellent article comme à chaque fois. Merci pour tes conseils avisés, faire un tour sur ton blog est toujours très utile. Bon je me dépêche de faire un choix sinon le méchant tueur à gages va débarquer!

  21. julien says:

    Hello Jean-Philippe!
    Je suis ravi de voir que CloudBraining continue à prospérer après plus de 18 mois. En lisant cet article je me suis souvenu de la première fois ou nous en avons parlé autour d’un repas traditionnel japonais! Je pense en effet qu’il n’y a rien de plus vrai que l’action, et ce quel que soit le domaine!

  22. Jean-Philippe says:

    Merci Julien pour ce rappel ! C’est vrai que c’est autour de la cuisine de Kyoto, que nous avions dégustée en plein centre de Tokyo (Shibuya) que je t’avais parlé de Cloudbraining… et que tu avais accepté de m’aider. (Ça fait beaucoup de “que” !)

    Donc encore merci et je suis heureux que toi aussi tu lances ton programme 30 jours pour financer vos rêves que, bien évidemment, je recommande à tous. 😉

  23. Patricia says:

    Bonjour Jean-Philippe

    Génial cet article sur le douloureux problème du choix !

    Quand on sait que même un non-choix est un choix, ça devient intéressant de voir que, même si nous croyons ne pas choisir, nous choisissons quand même.
    Etre un enfant est un choix parfois inconscient qui permet de sortir justement de cet état en se confrontant à l’adulte qui lui, permet de grandir en questionnant différemment.
    Il n’y a donc pas de mal à côtoyer cet état du moment où l’on ne s’y complait pas.
    Bonne journée à tous !

  24. Philippe says:

    Très juste Patricia.
    On ne peut pas ne pas choisir: quoi qu’on fasse (décider ou pas) c’est en effet un choix.
    :)

  25. Jean-Philippe says:

    @Patricia Merci beaucoup Patricia pour ton commentaire et merci pour cette précision judicieuse ! Bravo aussi pour le travail d’accompagnement que tu effectues sur ton blog. 😉

    @Philippe Merci pour ton commentaire et cet article. :)

  26. Philippe says:

    Merci Jean-Philippe pour le lien vers l’article. 😉

  27. NERAL says:

    Choisir n’est que la 1ère étape.
    Il faut agir ; et là c’est une autre paire de manches…..

    • Merci Neral pour ton commentaire !

      Oui mais sans choix, il n’y a pas d’action, et c’est malheureusement ce qui bloque beaucoup de personnes. 😉

  28. Ellen says:

    Merci beaucoup pour cet article !
    Il me remonte vraiment le morale dans cette froide journee d’hiver !
    Moi je choisit d’oublier quelqu’un que j’aime fort… parce que c’est mieux ainsi ! Je choisit aussi de penser de maniere constructive !
    Souhaitez moi bonne chance !

  29. elamina says:

    Bonsoir a tous ; mais je me demande si vous etes encore la ??!!
    Car il me semble avoir vu que le dernier message datait de 2013??!!! (Jespere que ce nest pas le tueur a gages qui a “descendu rout le monde??!!! 😉 :)
    Quoi quil en soit je vous fellicite pour le blocs et toutes les reponses que jai trouvees tres intetessantes!
    Moi je sui un cas special toujours terrorisee de prendre fes choix car jai toujours peur de me tromper dans mes choix jai peur de regreter mes choix car peut etre je me dis jarai du prende une aure direction. Au fait jai peur de me perdre dans les consequences de mes mauvais choix!! Je sais que e jai jai surement tort mais jy peux pas grand choz pour le moment je vous ai dit je suis un cas special, mais je peux dire quand meme ke jai quand meme pris le chois de vous lite et mme je suis allee loin … je vous ai repondu je veux dire par la que jai fais le choix fe laisser un commentaire . Chose que je ne fais pratiquement jamais … comme va au moins j’aurai echapper au grand mechant TG(tueur a gages):)

  30. Bon article, simple, efficace. La capacité de prendre une décision est une clé essentielle.

    Dans mon métier de chasseur d’appartement je rencontre des personnes pour qui la prise de décision est simple, y compris lorsqu’il s’agit de réaliser un investissement aussi important que l’achat d’un appartement et d’autres pour qui cela est plus complexe. Ceux-ci ont besoin de conseils, de se faire seconder, ils avancent prudemment, parfois trop prudemment au point d’être incapable d’agir.

    Cette incapacité peut effectivement les handicaper, mais comment peuvent-ils changer ? Tout d’abord, en prenant conscience de leur impossibilité à se décider. Et c’est pour cela que votre article est intéressant. Il pourra, je l’espère donner envie de faire le premier pas vers la liberté.

Commentez ce billet