Les cerisiers du Japon

Par le 18 March 2011
dans Ma vie en sashimi

La vie qui renait

Depuis quelques jours, quand je sors de chez moi le matin, je peux apercevoir, sur une colline toute proche, un magnifique cerisier en fleur.

Je m’arrête, je l’observe et j’apprécie la beauté des ses petites fleurs au blanc éclatant ourlé de rose.

Je regarde autour de moi.

Tout est calme, le soleil brille, le ciel est d’un bleu pur, un “aozora” comme je les aime ici en hiver.

Et pendant une seconde, j’oublie.

La vie est belle. L’air est pur. Je frissonne un peu car il ne fait pas chaud.

Je fais face au nord.

Là-bas, à environ 300 km, une poignée d’hommes courageux lutte pour contenir les conséquences de la bêtise humaine. Encore plus au nord, une population secouée, ruinée, détruite, tente de retrouver une certaine dignité et essaie de redonner un sens à la vie.

Et moi, je suis là, tranquille en ce matin de mars, regardant ce cerisier en fleurs qu’on appelle sakura.

Takako me rejoint et nous allons ensemble prendre l’un des rares trains en service. Nous préférons quitter la maison chaque jour, à cause des coupures de courant. Hier soir, nous avons échappé à un black out total de Tokyo.

Le soir, nous dormons tout habillés, sacs et chaussures prêts à coté du futon, juste au cas où…

L’être humain s’adapte.

Et ici, la capacité des Japonais à garder leur calme est remarquable. Chacun s’accommode. Chacun fait avec. Chacun essaie de rejoindre son travail. Chacun suit les consignes de sécurité.

C’est pour ça que Tokyo a un air de “normalité”. Hier, nous sommes allés dans le quartier des ministères et chacun y vaquait à ses occupations. Peut-être que les sourires étaient un peu plus crispés mais l’impeccable politesse nippone était toujours de rigueur. L’efficacité avec laquelle on s’est occupé de nous dans les bureaux est restée la même.

Mais alors, qu’est-ce que nous faisions hier dans les bureaux du ministère des Affaires étrangères ?

C’était juste au cas où.

Au cas où nous devrions partir. Un cas auquel je ne veux pas penser pour l’instant mais auquel nous devons nous préparer. D’où la mise à jour de nos papiers. D’où nos sacs, prêts pour un départ sur les chapeaux de roues.

Lors de mon dernier article, Stupeur et tremblements au Japon, je n’avais pas une seconde pensé à cette possibilité. Je pensais plus à aider les autres au nord, ceux qui n’ont plus rien. D’ailleurs, je vous remercie tous et toutes pour vos messages généreux, parfois simples, parfois très pros, parfois enflammés, mais qui me montrent qu’une communauté de blogueurs peut se dresser rapidement pour aider ceux qui en ont besoin.

Sur le moment, sous cet élan spontané, j’avoue ne pas avoir pensé aux détails de cette opération de dons et, suite à vos conseils avisés, je ne vais donc pas l’organiser de cette façon. Je ne peux plus aussi m’engager devant vous pour garantir que je suivrai le cheminement de ces dons puisque nous ne savons pas nous-même si nous resterons ici.

Ceci dit, les 100 euro dont je parlais dans mon précédent article vont rejoindre les efforts de la Croix-Rouge nippone. Si vous voulez aider les Japonais maintenant, c’est cette adresse que je vous recommande. Mais je ne ne renonce pas. Je suis en contact avec quelques uns parmi vous pour préparer une collecte de façon plus professionnelle car les besoins dans le nord du Japon ne s’arrêteront pas dès demain.

Je n’ai pas encore vraiment décidé ce que j’allais faire dans les jours qui viennent. C’est difficile de se concentrer sur son blog, ses ebooks et ses histoires quand on vit au jour le jour. Pourtant, je sais que c’est par là que passe un retour à la normale.

Écrire de nouveaux récits, de nouveaux articles, de nouveaux ebooks. Partager cette expérience aussi d’une manière ou d’une autre, pour montrer et expliquer, encore une fois, combien la vie est précieuse. :)

Par précaution, nous avons proposé à mes beaux-parents, à mon beau-frère et à ma belle-sœur (la maman du petit Kodai) de venir se protéger chez nous. Ils habitent à peine à 150 km des réacteurs nucléaires de Fukushima. Ils nous ont, pour l’instant, profusément remercié mais poliment refusé.

Hier et avant-hier, on ne trouvait plus de lait. Aujourd’hui, il est revenu. Un retour à un peu plus de normalité ?

Les choses changent. Rien est permanent.

En regardant, les cerisiers en fleurs ce matin, je me rappelle soudain pourquoi ils sont si respectés par le peuple nippon qui organise un festival annuel, les Hanami, juste pour eux.

Ils représentent le retour de la vie.

La beauté et l’impermanence des choses.

En japonais on dit “Mono no aware”, ce qui veut dire, la sensibilité pour l’éphémère.

Alors oui, ce matin est beau.

Beau comme une fleur de cerisier. :)

(Photo : Yoichi_)

Commentaires

42 commentaires pour “Les cerisiers du Japon”
  1. Nadia says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    Je suis contente d’avoir de tes nouvelles, le “au cas où” fait froid dans le dos,

    Je suis de tout coeur avec vous.

  2. Bonjour Jean-Philippe,

    Comme tous les blogueurs de la communauté dév. perso, j’ai tout de suite pensé à toi lorsque j’ai appris les évènements. Je suis rassurée que tu sois sain et sauf.
    Les informations que nous suivons en France sont inquiétantes. Dans l’est de la France, à plus de 1000 km de Tchernobyl, une association a été créée pour dénoncer des cancers de la thyroïde suite au fameux nuage. Ne penses-tu pas qu’il serait plus prudent de quitter le Japon dès que possible pour ta santé et celle de ta compagne ?

  3. Très sage de vous préparer tous les deux à toutes éventualités.

    Effectivemenet, une levée de fonds peut difficilement être la responsabilité d’un seul individu, même quand on ne vit pas dans un contexte aussi fragilisé, parce que nous sommes tous abonnés à l’impermanence que nous le voulions ou non.

    La croix-rouge nipponne est un excellent choix.

    Merci pour ce parfum de cerisier qui vient tout juste d’atteindre le Québec ce matin grâce à toi.

    Le meileur des courages,

    MarieBo

  4. Bonjour Jean-Philippe,

    Cela fait certes longtemps que je ne vous lis plus aussi régulièrement qu’à une époque (les informations m’arrivent essentiellement via votre page Facebook), mais là, avec les événements qui se passent au Japon, j’ai une pensée toute particulière pour vous et votre entourage.
    Il est vrai que la dignité des Japonais impressionne, elle a de quoi rendre humble tout un chacun, et forcer le respect : en pareilles circonstances en Europe, je ne pense pas que ce comportement très humaniste soit spontané, car non ancré dans nos mœurs !
    Il est difficile d’exprimer ce qu’on ressent en pareilles circonstances… les mots semblent bien dérisoires, cela donne l’impression que quoiqu’on puisse dire, c’est ridicule, ça ne sert pas à grand-chose… Cependant, je ne peux m’empêcher de vous souhaiter bon courage !

    A. Dufour

    P.S. : En Europe aussi, les cerisiers, sauvages ou non, sont magnifiques lorsqu’ils fleurissent ! Personnellement, j’aime également beaucoup les admirer sur fond de ciel bleu, comme l’espoir suscité par le printemps, le retour de la Vie, de l’Espoir… J’ai d’ailleurs publié un article sur mon blog, avec une pensée pour le Japon (http://bear-to-bear.net/photos/photos-nature/fleurs-de-cerisier-lespoir-de-jours-meilleurs/).

  5. Jean-Philippe says:

    @Nadia Ça me fait très plaisir d’avoir de tes nouvelles ! Merci pour tes petits mots.

    @Monalisa Merci et je comprends ton inquiétude. J’habitais d’ailleurs dans l’est de la France au moment de Tchernobyl. Mais ici, la situation des réacteurs est complètement différente. Dangereuse certes mais, pour l’instant, il n’y a pas de risques. Et puis, nous sommes en 2011, avec internet, on peut mieux savoir ce qu’il se passe.
    Par exemple, il y a de nombreux compteurs Geiger qui contrôle le taux de radiation un peu partout. Évidemment, si ça monte, on le saura tout de suite.

    @MarieBo Merci pour ton incroyable soutien ! Ton énergie québécoise m’aide beaucoup à passer à travers ces moments spéciaux.

    @Aurélie C’est très gentil de ta part et merci beaucoup d’avoir eu ce mot spécial sur ton propre blog. Cela m’a touché.

  6. Milène says:

    Merci pour ces nouvelles Jean-Philippe. Que dire ?… Les mots me manquent… Je pense beaucoup à vous et bientôt encore plus, quand le cerisier de mon jardin aura fleuri. Je vous embrasse.

  7. J’ai presque une larme à l’oeil devant la beauté et la sérénité du cerisier japonais, devant ton calme à toi aussi, en contradiction totale avec les nouvelles alarmistes que nous entendons via la presse ici. T’entendre dire que tu ne risque rien pour l’instant alors que certains en France sont déjà à se demander quand est-ce que le “nuage radioactif” les atteindra, c’est une belle remise en ordre des choses. Bonne chance pour tout de ma part et de celle de Keziah!

  8. Je me sens personnellement heureux du fait que vous soyez ainsi solidaire des japonais, et respectueux de la terre qui vous accueille, sans être obsédé par l’idée de partir en suivant le vent de panique.
    Je comprends bien sûr ceux qui fuient, mais quelque part, c’est abandonner les japonais à leur triste sort et, oserais-je dire, faire preuve d’une certaine forme d’ingratitude et (sans vouloir généraliser bien sûr, mais je pense que ça s’adaptera à certains européens venus y habiter en « touristes ») de manque de solidarité et d’honneur (dans un sens humaniste oriental, pas dans le sens orgueilleux plus communément utilisé en occident)
    Je trouve votre comportement très empreint d’honneur et d’humanité :)

    RJ

  9. Joel says:

    C’est le pouvoir du réseau, dès le moment où chacun a le désire de s’adapter et de continuer comme avant (mais certainement pas comme si de rien n’était). Le réseau Internet, comme tout réseau humain, fait qu’il est toujours possible de trouver une solution. Si on ne trouve plus de lait, on change de fournisseur ou on attend que notre fournisseur change de fournisseur ou que le fournisseur du fournisseur change de producteur. Et puis, au pire, on peut se passer de lait quelques jours ou trouver une alternative. Et lorsque tout le monde a le même problème, ce problème disparait sous la normalité et les gens s’accomodent d’un quotidien qu’ils pensaient inmpossible à vivre.

  10. Jean-Philippe says:

    @Milène Nous sentons tes bises jusqu’ici, volant de France et nous réchauffant les joues. :)

    @Julien Je crois que les média abusent sur l’aspect négatif du drame mais je te promets qu’ici, il y a des histoires humaines de dévouement très belles. Salut à Keziah !

    @Raphaël Merci beaucoup pour vos mots qui me touchent même si je comprends très bien ceux qui sont partis.

    @Joel C’est exactement ça : on s’adapte aux situations et les Japonais me donnent une belle leçon.

  11. Amibe_R Nard says:

    Je suis content que tout aille bien pour vous.

    Très joli ce que tu dis, et encore une fois, tu as raison, les japonais nous donnent une leçon à méditer.

    Dans le prunier blanc
    la nuit désormais
    se change en aube
    Yosa Buson

    Vivement l’aube d’un nouveau jour.
    Bon courage à tous ceux au Japon.

    Bien Amicalement
    l’Amibe_R Nard

  12. Claire M. says:

    Les mots me manquent pour exprimer ce qu’évoque pour moi ton article, une vive émotion, c’est certain.

    Je suis contente d’avoir de tes nouvelles également et de savoir que vous êtes prêts à agir au cas où…

    Force et courage, comme on dit chez nous.

  13. bgn9000 says:

    C’est une fleur magnifique. On peut aussi en profiter à côté de Paris : rue Danton Kremlin-Bicêtre (mon ancienne adresse) et Place des reflets, Esplanade de la Défense. Je pensais d’ailleurs au Japon depuis leur éclosion cette semaine.

  14. AMie says:

    Merci beaucoup, Jean-Philippe, pour ce billet très émouvant !

  15. Merci de nous donner de tes nouvelles Jean-Philippe, avec un si magnifique article !
    Mes pensées se tournent vers toi.

  16. Virg. says:

    Je t’ai écrit il y a quelques jours de cela via facebook, mais je ne peux m’empêcher ce soir de te laisser quelques mots ici.
    Demain, nous partons visiter Washington DC. Nombreux sont ceux qui nous ont encouragés de le faire à cette période de l’année, pour pouvoir découvrir justement la beauté des cerisiers du Japon en fleurs.
    Merci pour ce très bel article, bon courage à toi et tes proches.

  17. ChrisToonet says:

    Il semble que la situation pourrait se stabiliser et vous éviter un choix cornélien que l’on peut comprendre, même de si loin ! Et encore plus lorsque l’on peut encore trouver sur place ce genre de, j’allais dire consolation, mais je pense plutôt motivation, avec une telle vision matinale !
    Peut-être faut-il n’envisager que de vous installer provisoirement dans le Sud, un peu plus loin, sans quitter le pays !
    En tous cas courage à tous les deux, mais on n’en manque pas dans ce pays !

  18. Pascal Ferro says:

    Ou comment la plume d’orfèvre de Jean-Philippe prend tout son sens dans un moment aussi tragique.
    Tes deux derniers articles sont probablement les plus poignants que j’ai lus sur ton blog, et c’est facile à comprendre. Quelque part, on s’en serait bien passé.

    Ma pensée s’ajoute aux autres en direction du Japon.

  19. Jean-Philippe says:

    @Amibe Merci pour le poème. :)

    @Claire Force et courage oui, c’est ça ! Mais tu es d’où alors ?

    @bgn9000 Merci pour ces adresses, les parisiens feront peut-être le détour. :)

    @AMie De rien ! C’est le cœur qui a parlé.

    @Olivier Merci à toi pour ton aide pour le projet Aidons le Japon qui avance. 😉

    @Virg. Merci beaucoup pour ton soutien sans faille !

    @ChrisToonet Oui la situation s’améliore de jour en jour et c’est tant mieux. :)

    @Pascal Merci pour tes mots qui me touchent beaucoup en ces temps d’exception.

  20. Au mitant de ce que vous vivez ta compagne et et toi, il y a tellement de choses qui ne peuvent être dites ou exprimées, parce que les mots manquent, le quotidien est bouleversé et le tremblement de l’Être dépasse tout ce que la planète peut vous faire endurer.

    Ce questionnement majeur devient un gouffre où on anticipe qu’il faudra peut-être bientôt plonger, un sac de voyage à ses pieds, une bouteille d’eau à la portée de la main et des questions plein le coeur.

    Mes pensées vous accompagnent.

    MarieBo

  21. Ye Lili says:

    Merci pour ce beau témoignage, qui reste optimiste malgré tout…
    Je vous signale un lien http://tsunami.cfsl.net/ d’un chouette projet: une vente aux enchères d’oeuvres d’art au bénéfice des sinistrés.
    Bon courage surtout !

  22. Jean-Philippe says:

    @MarieBo Merci beaucoup pour tes mots plein de poésie, qui nous réchauffent le cœur. :)

    @Ye Lili Très bon lien et très beau projet des dessinateurs français. Je vais aussi relayer ça. Merci !

  23. Claire M. says:

    Je suis une Guadeloupéenne, qui est née et a grandi en région parisienne.

  24. Jean-Philippe says:

    D’accord Claire ! En Guyane on dit “Tchembé raid, pa moli” et je pense que cela correspond bien aussi à ce qu’il nous faut ici. :)

  25. Marie says:

    magnifiques, ces fleurs aux belles couleurs.
    Bon courage à vous.

  26. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Marie ! Ta dernière photo sur ton blog est très belle aussi. :) Ce n’est pas un cerisier que je vois au milieu ?

  27. Sophie Royer says:

    À l’autre bout de votre monde, ici au Québec, nous sommes tous très touchés par ce qui arrive. Nos petites misères prennent maintenant le rang qu’elles méritent dans la hiérarchie des malheurs. C’est ainsi une bonne leçon d’humilité!
    Je vous envoi mes pensées sincères à ta compagne et toi.
    Tu répand tellement de bonheur dans la vie des gens, laisse les gens maintenant, t’écrire à leurs tour des paroles qui sauront peut-être apporter un petit vent de fraîcheur et de douceur.

    Amicalement,
    Sophie Royer,
    Québec, canada

  28. Magaly says:

    Bonsoir Jean-Philippe,

    Quel calme et quel optimisme, vraiment bravo ! Quand on voit ici en France la panique de certaines personnes, des médias et autres politiciens … et quand je te lis, il y a comme un fossé ! Les choses changent, l’homme s’adapte … c’est tellement vrai !

    Alors je pense à toi et ta compagne, je pense au peuple japonnais et tous ces hommes et femmes courageux de part le monde qui se relèvent après un drame !

    Je suis une petite poussière dans l’univers, une belle petite poussière positive, et quand les pensées de tout plein de petites poussières se rejoignent c’est l’Ame du monde qui va mieux !

    Alors je t’envoie de belles pensées positives !
    Magaly

  29. ChrisToonet says:

    Personne ne s’est inquiété en son temps de nos essais nucléaires en “plein air” !
    Aujourd’hui nous nourrissons des craintes, même dans nos terres si éloignées des évènements !
    Pour équilibrer un peu les choses je “rêve” souvent de faire confiance à la capacité d’adaptation de l’espèce, à l’exemple des oiseaux-mouches, tellement bien adaptés à la nécessité de puiser leur vie dans le nectar des fleurs !
    Lire à ce propos sur Wikipédia la page “Trochilidae” leurs caractéristiques, c’est édifiant !

  30. Bonjour Jean-Philippe,

    Très belle image pour illustrer votre propos qui contraste grandement avec la situation actuelle au Japon ! Un peu d’espoir et de joie dans ce monde de brutes :)… En japonais, il est souvent dit que la vie est éphémère : 儚い人生だ。

    François

  31. Hend says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    je suis d’abord vraiment desolée pour mon commentaire qui est un peu en retard , mais vraiment ce qui s’est passé vraiment au japon m’a fait vraiment mal , vu que j’en suis chine je me sens plus proche du japon et des japonais , heureusement pour vous et votre femme que vous etes à tokyo, moins grave que Sendai,juste une question y a t-il une autre maniere d’aider que le site du croix rouge ?
    Vraiment bravo pour cet article et ce qui le précède , c donne bcp d’énergie, vous vivez dans le risque de séisme chaque jour et vous ne pensez qu’a comment aider les japonais qui vous entourent et comment avancer chaque jour, un esprit positif qui influence les autres avant de vous influencer!!!
    Si tt le monde apprend à traiter ses problèmes de votre façon , la vie aura un autre sens!
    Je vous souhaite et à ts les japonais des jours plus favorable sans séismes et un avenir bien plus florissant !!!! (alligato ありがとう)

  32. Bonsoir
    merci pour ce doux billet ; un sourire dans cette tourmente. je ne sais la beauté sauvera notre monde. Je me permets de voler cette jolie image de cerisier en fleur en guise de photo id sur FB. pour quelques jours….puisse le temps s’arrêter quelques peu….

  33. Shuvani says:

    Bonjour Jean-Philippe, cette catastrophe me désole. Elle me touche beaucoup… J’aimerais vraiment aider.
    Je cherche comment peut on aider sur place en tant que benevole. As tu entendu parlé de quelque chose toi qui est sur place ?

  34. Milène. says:

    Que refleurissent les cerisiers !… http://hubertdelartigue.blogspot.com/

  35. virginie says:

    Merci Jean Philippe.
    Pour vos nouvelles, pour cette franchise, cet exemple de vie qui nous rapproche de vous. Je suis dévastée par ce qui arrive au peuple japonais et par leur magnifique courage et toutes les valeurs qu’ils nous communiquent encore et encore…
    Triste printemps me suis-je dit.
    Je préfère votre cerisier au mien…
    Je vous souhaite ainsi qu’à ceux que vous aimez de partager encore de nombreux et heureux Hanami…

  36. Jean-Philippe says:

    @Sophie Merci beaucoup pour ton mot touchant. :)

    @Magaly Oui, je crois que l’on cède plus facilement à la panique dans certaines régions du monde. Culture ? Média ? Un peu des deux sans doute.

    @ChrisToonet Merci à toi de m’avoir fait découvrir le monde fascinant des colibris ! Effectivement leur adaptation est phénoménale, la partie sur leur métabolisme étant pour moi la plus impressionnante. :)

    @François Merci beaucoup pour ce nouveau mot dans mon vocabulaire (儚い) car, même si j’ai l’air de manipuler les mots japonais avec aisance, en fait je le parle très très mal, et surement pas couramment comme toi. :)

    @Hend Merci pour vos compliments mais je ne fais que suivre l’exemple des Japonais eux-mêmes. :) Bien entendu, pas besoin de passer par la Croix-Rouge, n’importe quelle organisme qui œuvre ici mérite notre soutien. :)

    @delphine nguyen Oui, on aimerait bien parfois que le temps suspende son vol… ou même revienne un peu en arrière. :)

    @Shuvani Tu n’es pas la première à me demander sur les possibilités de volontariat mais pour l’instant, ce n’est pas nécessaire. Ils doivent d’abord bien quantifier l’étendue des dégâts avant de savoir où envoyer de l’aide. Si j’ai plus d’infos, j’en reparlerai ici. :)

    @Milène Merci pour cette belle fleur !

    @virginie Merci beaucoup pour vos bon vœux. :)

  37. C’est marrant, j’y suis allé le mois dernier, c’est un chemin obligatoire des gens comme nous 😉
    A+ JP

    Jordane de MonBonPote.com

  38. Quel bel article à la fois plein de sensibilité et et de profondeur, sur cet archipel si souvent bousculé par les éléments..
    Et cet hommage aux japonnais si courageusement discrets! bravo.
    Comme vous j’aime le mois d’avril au Japon, le mois des cerisiers en fleurs..
    Je vous remercie pour ce morceau de poésie, je connaissais certains de vos livres, en voilà un autre aspect
    Bien cordialement
    Lou-Ann

    • Aurais-je affaire à une lectrice fidèle ? Du coup, Lou-Ann, c’est moi qui doit vous remercier ! (Un peu comme un Japonais s’inclinerait en signe de respect.) Oui, l’arrivée des fleurs dans les cerisiers nippons est toujours un moment particulier, à vivre au moins une fois dans sa vie. 😉

Commentez ce billet