Où en sont vos résolutions ?

Vous êtes concentré sur votre but, là, devant vous... ou pas?

Voilà déjà un mois que la nouvelle année a débuté et la majorité d’entre nous a décidé, le premier janvier de se lancer dans de nouveaux buts. Alors, un mois après, qu’en est-il de ces nouvelles résolutions ? Les premières étapes ont-elles été franchies ? Ou alors, un sentiment de pessimisme vous a-t-il envahi face au train-train de la vie quotidienne qui a repris le dessus ?

Il est tout à fait normal d’avoir des doutes, de n’être pas sûr de soi. Nous passons tous et toutes par ces phases. Même ceux ou celles qui sont vos modèles et qui rencontrent un grand succès (quelque soit votre définition de ce mot) vivent des étapes où ils se posent des questions sur la validité de leurs bonnes résolutions. Mais la différence, c’est que eux possèdent une arme secrète que vous n’avez peut-être pas. Une arme extrêmement efficace, qui leur permet de franchir les étapes difficiles sans trop de problème.

Le désert

En effet, comment faire pour que, lorsque notre raison faiblit, lorsque notre motivation flanche, comment faire pour continuer ? Comment faire pour repousser les tentatives pessimistes qui s’infiltrent dans notre esprit ? Comment surmonter cet état de fait ?

Lorsque je parle avec des amis et qu’ils n’arrivent pas à poursuivre leurs buts, alors même qu’ils savent exactement où ils veulent aller, j’ai noté qu’ils avaient tous un point en commun.

Ils étaient isolés.

Ce que je veux dire c’est qu’ils avaient écrit toutes les étapes à négocier pour atteindre leurs objectifs donc logiquement il ne leur restait plus qu’à franchir chaque étape. Mais non, au bout d’un moment, ils se retrouvaient bloqués et bien sûr débutait dans leur tête tout un scénario auto destructif concernant leur manque de volonté. Mais cette dernière n’a rien à voir la-dedans. Dans la majorité des cas, la réponse est à chercher ailleurs, autour d’eux.

L’isolement est une tueuse de rêves

Il est normal pour tous et toutes d’avoir des moments difficiles. Nous sommes humains après tout ! Autrement nous ne serions que des machines et chaque but jamais formulé aurait été réussi. La vie sur notre planète serait bien triste et artificielle… Non, ce qui fait le charme de notre existence c’est que nous ne savons jamais, à 100%, si nous atteindrons nos buts. En plus, ces objectifs sont rectifiés avec le temps qui passe, donc ils évoluent. Ajoutez à cela tous les imprévus de notre existence que nous ne pouvons contrôler et voilà réunis tous les ingrédients qui lui donnent du sel.

D’un autre côté, ce doute peut nous bloquer et, livré à lui même, devient très puissant. Alors il faut, non pas tenter de le maîtriser, chose dangereuse, mais le contrôler en ne lui laissant que peu d’espace pour bouger. C’est un peu comme un petit animal sauvage qu’on veut attraper. On fait des battues et on le ramène là où on a préparé un goulot d’étranglement pour le parquer dans un enclos qui l’empêchera de nuire.

Il faut faire la même chose avec ses doutes. Il ne faut pas les supprimer complètement – ils sont utiles – mais bien les parquer dans un coin de notre tête afin qu’ils ne deviennent pas les maîtres de nos pensées, donc de notre manque d’action.

Et pour faire une battue, il faut être plusieurs.

Choisir son équipe

Avez-vous parlé à quelqu’un de vos bonnes résolutions ? Quand je parle de quelqu’un, je ne parle pas de la voisine de palier, qui n’en n’a pas grand chose à faire et face à qui vous ne vous sentez pas redevable. Sérieusement, en avez-vous parlé à quelqu’un que vous respectez vraiment et que vous ne voulez pas décevoir ? Si c’est non, il y a de grandes chances pour que vous connaissiez maintenant la raison majeure de votre blocage.

C’est trop facile de clamer, haut et fort, ses buts si on sait que l’on n’est pas vraiment redevable. A la suite de cet article sur mes buts pour l’année nouvelle, je vous avais demandé, si vous aviez écrit les vôtres. Dans ma newsletter du mois dernier, je vous avais proposé, si vous le désiriez, de me les envoyer. Je m’étais engagé à vous demander régulièrement où vous en étiez. Certains d’entre vous on joué le jeu et, aux dernières nouvelles, sont presque tous et toutes sur le bon chemin. 😉

C’est normal. Ce n’est pas moi qui est un pouvoir spécial mais bien eux qui sont formidables. Pourquoi ? Parce que l’être humain est ainsi fait qu’il lui est difficile de ne pas accomplir ce qu’il a promis de faire. C’est naturel chez nous. Essayez et vous verrez ! Je ne parle pas de choses banales comme “promis, je descends la poubelle” mais bien d’engagements plus sérieux.

La recette du succès

Alors n’hésitez plus. Si vous vous sentez bloqués sur vos bonnes résolutions, trouvez autour de vous, une personne que vous respectez et que vous ne voulez absolument pas décevoir. Allez la voir et dites-lui ce que vous allez accomplir. Je vous garantis que votre challenge prendra une toute autre dimension. Peut-être que vous n’atteindrez pas exactement votre but premier mais au moins vous aurez accompli du chemin, et c’est ça le plus important.

Encore mieux, c’est de faire partie d’un groupe où chacun possède des buts et où tout le monde se soutient. C’est d’autant plus fort que, non seulement l’énergie du groupe se démultiplie mais qu’en plus, on a accès à une “banque” de cerveaux dans laquelle on peut piocher de nouvelles idées, si on est bloqué. Avec un groupe d’amis, nous appelons ça faire du “cloud braining“.

Je fais partie de ce groupe informel depuis pas mal d’années et je peux vous promettre que c’est extrêmement efficace. Tellement, qu’avant la fin de cette année, je voudrais créer un petit groupe de 10-20 personnes et les accompagner pour leur montrer que c’est tout à fait possible d’atteindre les buts que l’on s’est fixé, si on est régulièrement  soutenu. Ce groupe aura un espace privé où il pourra communiquer sur un forum, échanger, avancer, se recharger et une fois par semaine, il y aurait une conférence en audio ou vidéo pour vraiment suivre les progressions de chacun.

C’est une idée qui m’est venue en écrivant cet article donc je ne peux vous en dire plus pour l’instant – bien que je sois en train de prendre plein de notes avec les idées qui me viennent ! -. Mais je pense qu’elle pourrait aider ceux et celles d’entre vous qui ont vraiment envie de bouger, de changer une habitude ou tout simplement d’avancer dans la vie. :)

Je vais mettre tout ça à plat, l’organiser et si vous voulez que je vous tienne au courant, vous pouvez vous inscrire sur cette liste qui sera réservée à ce projet. Ceci est, bien sûr, sans engagement de votre part.

De toute façon, vous avez maintenant compris le principe, alors allez-y, vous pouvez créer vous-même votre système de soutien et, enfin avancer vers vos buts. :)

(Photo : Team Traveller)

Commentaires

33 commentaires pour “Où en sont vos résolutions ?”
  1. Nathalie says:

    J’aimerais bien mais je ne sais pas pourquoi je n’ose pas :((
    Voilà au moins j’ai réussi à écrire ça !

  2. Jean-Philippe says:

    @Nathalie Bravo c’est déjà un premier pas que de l’exprimer ! Mais en fait, je pense qu’il n’est pas important de connaître le “pourquoi”. Vraiment, le passé est le passé. :)

    Avant je réagissais comme ça et je trouvais toujours des excuses. “C’est la faute à X” ou “C’est à cause de cet événement”. Trouver le pourquoi conduit sur le divan pour 10 ans (Je simplifie. Que tous les psy ne m’en veulent pas !) Par contre, quand on comprend qu’on est exactement comme les autres, on agit, on se lance… La vie est trop courte pour trop réfléchir sur les “pourquoi” de la vie. Et là je ne m’adresse pas à Nathalie personnellement mais à nous tous qui hésitons trop souvent avant de franchir le pas. Nos rêves ne sont pas si loin… 😉

  3. Rémy says:

    je me suis inscrit avec grand plaisir, j’ai envie de partager cette révolution ^^

  4. Jean-Philippe says:

    @Rémy Merci pour ta confiance. Surveille ta boite ! 😉

  5. David says:

    Une difficulté rencontrée est parfois le manque de soutien de ses proches dans l’accomplissement de certains projets (entrepreneuriat par exemple). Je regrette particulièrement un environnement familial qui tend à étouffer toute initiative un peu “risquée”, par peur de sortir d’une zone de confort trop contraignante.
    Ta proposition est très intéressante. Je signe donc, sans engagement, au moins pour suivre l’initiative.

    PS : Je suis jaloux de la qualité de tes écrits 😉 mais je me permets de dire que l’utilisation du terme “isolation” me gène. C’est un terme qui convient dans le domaine de la construction ou de la psychanalyse. Dans le contexte de ton article je le remplacerais par “isolement”. Idem dans la page d’inscription. Peut être un anglicisme ?

  6. Jean-Philippe says:

    @David Merci pour les compliments et la correction. Tu as parfaitement raison, je vais corriger ça ! C’est un anglicisme qui est du au fait que je ne parle pratiquement qu’en anglais depuis longtemps. Mon français est rouillé, mais, à travers ce blog, je le redécouvre avec un plaisir tout neuf.

    N’hésite pas à me signaler d’autres erreurs. 😉

  7. docG says:

    Bravo pour cette initiative!
    @ nathalie : ton commentaire me fait de nouveau penser à cette petite phrase “c’est pas parce que nous avons peur que nous n’osons pas, mais c’est parce que nous n’osons que nous avons peur”
    petite question de coach : tu y perdrais quoi?…
    allez dis-nous…
    😉

  8. docG says:

    j’ai tapé trop vite : ““ce n’est pas parce que nous avons peur que nous n’osons pas, mais c’est parce que nous n’osons pas que nous avons peur”
    a+

  9. Jean-Philippe says:

    @docG Merci pour ta participation ! J’espère que tout ça va aider Nathalie y voir plus clair. 😉

  10. Patricia says:

    Bonjour,

    Je me suis inscrite en me disant “Et si c’était vrai” avec un grand soupire…

    A bientôt !

  11. Jean-Philippe says:

    Merci Patricia ! mais attention, ce que je vais proposer c’est du concret. Je ne suis pas Marc Levy… 😉

  12. Mama Zen says:

    Inscrite :-) Très bons propos, en effet si je réfléchis même pas si loin souvent lorsque j’ai échoué c’est parce que je me sentais isolée.

    En ce moment ce n’est pas le cas, quoique la morosité de janvier m’a considérablement déprimée… c’est plus dur de garder le cap dans ce temps là!

    Je suis bien curieuse de ce projet en tout cas :-)

  13. Jean-Philippe says:

    …Alors à très bientôt Mama Zen. :)

  14. Nathalie says:

    Merci et je me suis inscrite :)

  15. Nathalie says:

    @docG : en fait j’ai peur de ne pas réussir et j’ai peur de perdre confiance en moi.

  16. docG says:

    @nathalie : bravo pour ta franchise. Tu as peur de ne pas réussir ou autrement formulé tu as peur de l’échec.
    Une petite phrase inspirante pour toi à recopier et à te coller sur la glace de ta salle de bains: “L’échec fait partie de la réussite”.
    Il n’existe aucune exception à cette règle. Tous ceux qui ont réussi, quelque soit le domaine, sont passés par des échecs.
    ensuite je prêche pour ma paroisse : as-tu déjà essayé la méditation?
    il s’agit d’un très bon moyen pour se reconnecter à son corps et regagner la confiance perdue -car si tu as peur de perdre ta confiance, c’est que tu ne l’a spas vraiment trouvé! 😉
    Tu peux me contacter via mon site http://www.coach-meditation.com (rubrique contact) si tu le souhaites
    DocG

    PS encore bravo pour ton inscription!!

  17. Jean-Philippe says:

    @Nathalie Tu es lucide et tu as le courage d’exprimer tes sentiments. Et comme l’a si bien dit docG, l’échec est important. On devrait apprendre dès l’enfance à accepter l’échec comme une simple étape (souvent nécessaire) vers la réussite. Autre que la méditation, qui n’est pas mon fort, souvent si j’ai peur, cela veut dire que je pense que l’objectif est trop gros ou difficile pour moi, donc en utilisant le timeboxing j’arrive à avancer et, petit à petit, à me rendre compte que ces peurs n’étaient que dans mon esprit. :)

    @docG Merci beaucoup de prendre le temps de partager ton expérience ici. Cela aide Nathalie, mais aussi tout ceux et celles qui lisent ces lignes et qui font face à la même situation. 😉

  18. Chris says:

    Ce que tu proposes est tres interessant.
    Mon cote optimiste en devine les potentiels, mon cote pessimiste en imagine les travers.

  19. Jean-Philippe says:

    @Chris Merci pour ta franchise ! Voici alors une question : sur quel côté tu préfères te concentrer ? 😉

  20. Nicolas says:

    Pour ma part, j’évite de faire part aux autres de mes buts, que cela soit sur du court ou du long terme. Je pense que cela équivaut à disperser l’énergie qui m’animera jusqu’à leur réalisation. Je ne réalise pas mes buts pour les autres, mais pour moi-même. A la rigueur, je peux en parler à une personne si je pense que nous sommes susceptibles d’avoir le même but.
    Si les gens se découragent, c’est à mon avis parce qu’ils n’étalent pas suffisamment leur action dans le temps, et veulent en faire trop tout de suite ce qui aboutit forcément au découragement.
    Ou alors, ils se fixent sur un tel nombre du buts en même temps que l’effort à fournir est trop important et là, c’est pareil: perte de motivation.
    Je fait référence ici à ton article sur le fait de réaliser une action par jour. Ni plus ni moins.
    Il faut avant tout être patient pour chaque but que l’on se fixe.

  21. Jean-Philippe says:

    @Nicolas Je sens que tu es quelqu’un qui peut se fixer des objectifs et les atteindre, quoiqu’il arrive. C’est un gros atout. 😉

    Ce que tu expliques si bien est exactement ce que je pense proposer. Choisir un seul but et chaque jour faire un pas (même tout petit) vers lui. Mon rôle ? Ce sera de montrer aux participants qu’ils peuvent le faire, que ce n’est pas si difficile. Je ne peux pas décider à leur place mais je peux créer un environnement favorable à l’avancée optimiste. :)

  22. Nicolas says:

    Merci à toi et bravo pour ton initiative.
    L’avancée optimiste est en marche et rien ne peut l’arrêter, c’est certain.

    Ce qu’il est très important de préciser, c’est qu’une petite action régulièrement maintenue engendre un effet boule de neige extrêmement puissant. Lorsque l’on avance, même par petits pas, une force très puissante commence à se manifester pour accompagner nos projets.

    Mais il faut avant tout faire taire le bruit ambiant et être à l’écoute de soi-même pour (re)trouver sa véritable voie et (re)commencer à agir.

    Je détaille cette conception dans mon blog qui avance au rythme d’un article hebdomadaire pour l’instant.

    A bientôt ! 😉

  23. Jean-Philippe says:

    Merci Nicolas ! Oui, toute petite action régulière engendre une poussée massive à long terme. Tu es en train de le prouver toi-même puisque, en continuant à ce rythme, tu auras écrit 52 articles de valeur en un an ! Une belle performance. :)

  24. Yuca965 says:

    Je vais m’inscrire moi aussi ^^, l’initiative me plaît,je suis curieux et je sens que je pourrais être utile, autant que ca me sera utile : ).
    J’aime bien les idées qui rayonnent de ce site.

    Je m’inscris sans engagement, moi aussi ^^.

  25. Jean-Philippe says:

    Merci Yuca965, bientôt tu en sauras plus. 😉

  26. Imad says:

    Excellent article Jean-Philippe, car mon inspiration pour de nouveaux texte est en cale sèche et voilà maintenant que tu me donnes envie de me réorganiser à nouveau. cette semaine donc je t’envoie mes objectifs et si possible un chrono-programme pour leurs réalisations. alors bonne chance à nous tous 😉

  27. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Imad pour tes compliments ! Je suis certain que tu vas retrouver l’inspiration nécessaire en te réorganisant, sans oublier l’aide d’un Cohiba ? 😉

  28. Hélène says:

    Je découvre cet article un peu tard dans l’année…et je m’inscris…
    Les articles sont de qualité et j’aime ton e-book ta référence à l’humour…c’est mon “remède” preferré! 😉

  29. Jean-Philippe says:

    Merci Hélène pour ton commentaire ! Je suis entièrement d’accord avec toi, l’humour est un excellent remède, avec peut-être une goutte de tendresse. :)

  30. Hélène says:

    Jean-Philippe..tu fais référence à ton article d’aujourd’hui,je suppose..Oui ,la tendresse,la douceur..et c’est bien que cela soit un homme qui le dise..le propose

  31. Jean-Philippe says:

    Exactement Hélène ! Par rapport à cet article. 😉

  32. marie says:

    j’adore votre site ça fait deux semaines que je l’ai decouvert et vraiment il m’accroche!! il me reveille et m’interroge!!! juste est ce que vous avez un article sur la confiance en soi? autour de moi on me dit souvent que je n’ai pas confiance en moi et que je me rabaisse, je ne m’en rends pas compte que c’est à ce point !! et ça m’aiderai d’avoir quelque chose l’a dessus! j’aime lire mais j’ai pas trouvée le livre qui m’aide! en tous les cas votre site est génial!!

  33. Jean-Philippe says:

    Merci pour vos compliments Marie ! Peut-être que vous devriez lire mon ebook gratuit Êtes-vous une sardine ?, cela vous donnera, j’espère quelques pistes. :)

Commentez ce billet