Comment atteindre ses objectifs et bonnes résolutions

Par le 18 December 2009
dans Changer les règles

Gravir les pentes du Mont Fuji, c'est comme atteindre un but. Et c'est très important pour les Japonais.

(Cet article est un peu plus long que d’habitude. Prévoyez sandwiches, boissons, allumettes, bougies et cordes de rappel. C’est le 3ème volet d’une série sur les bonnes résolutions du nouvel an. Voyez aussi la première et la deuxième partie.)

Si vous comptez sur votre seul désir et bonne volonté pour avancer, vous courez à l’échec. C’est une autre erreur de ces bonnes résolutions faites au premier de l’an, entre deux verres de champagne. Tout parait facile à ce moment-là. Tout le monde est souriant, joyeux, détendu. Dans le froid des premières semaines de janvier, tout cela s’écroule comme un château de cartes. Il faut être très fort mentalement pour résister aux pressions de la société qui nous encourage à retourner dans le “droit” chemin, à coups de programmes télés pessimistes et de factures à payer.

Pour s’en sortir, il faut mettre en place un système qui vous pousse, qui vous oblige à accomplir certaines tâches afin qu’elles deviennent habituelles. J’ai expliqué dans le 2ème volet de cette série comment mettre en place et réaliser des objectifs courts. Qu’en est-il des buts à long terme ?

Avoir une vision de ses bonnes résolutions… ou pas ?

Nous avons tous et toutes besoin de savoir où nous allons, dans quelle direction. Si comme moi, cela vous est déjà arrivé de ne pas avoir d’objectif précis, la vie prend un goût différent, un peu fade, voire amer. Ne pas avoir de visées dans le futur, c’est tout simplement donner la conduite de son existence à d’autres personnes ou à des événements extérieurs. Si vous êtes chanceux, un bon mentor ou des gens qui vous veulent du bien vous mettront sur le droit chemin mais, dans la plupart des cas, vous finirez dans des situations ou des carrières qui ne vous correspondent pas.

Il est donc très important, à certains moments de sa vie, de définir des objectifs. Mais sachez bien que rien n’est taillé dans le roc. Personne ne peut vous empêcher de changer de but, sauf vous. Vous n’avez pas à continuer dans une voie qui ne vous convient plus.

Maintenant, on n’a pas toujours une vision sur 3 à 5 ans. Parfois, nous n’avons pas d’idées précises, juste de vague possibilités – influence de notre famille ou de nos amis – mais, il n’y a pas à se presser. A moins d’avoir une vocation, cela prend du temps pour savoir exactement ce que l’on veut faire. En plus, tous et toutes, nous changeons, nous évoluons. On voit la vie d’un oeil différent à 20 ans et à 40 ans. Les expériences acquises modifient notre perception.

Cette année, dans votre liste, il n’y a peut-être pas de buts à long terme. Ce n’est pas grave. Concentrez-vous sur vos objectifs courts. Ils vont vous modeler, vous améliorer, vous transformer et ainsi ils vont vous permettre de voir la vie sous un angle nouveau. A ce moment là, de nouvelles idées surgiront, concepts que vous voudrez sans doute développer sur plusieurs années.

Finalement, n’ayez pas peur de vous engager si vous savez ce qui vous plaît. Vous ne pouvez pas faire d’erreur. Même si plus tard, vous changez de direction, toutes les leçons apprises vous auront enrichi.

Écrire sa vision

Si vous reprenez votre liste avec tous vos buts que je vous avais recommandé d’établir dans le premier volet de cette série, vous les avez divisé en deux groupes: ceux qui nécessitent moins d’un an et ceux à plus long terme. Ces-derniers font partie de votre vision, de la direction générale que vous voulez donner à votre vie. Ne les jugez pas. Si vous avez fait l’exercice avec sincérité, ils vous correspondent, ils reflètent vos envies en ce moment.

Mon expérience m’a montré qu’agir sur mes objectifs à long terme était bien plus compliqué pour moi, que de mettre en pratique mes petits buts. Peut-être que pour vous c’est différent mais moi j’ai toujours eu du mal à garder cette vision intacte devant mes yeux. Alors il a fallu que je trouve des astuces.

Quand j’ai débuté ce blog, j’ai inscrit ici (en bas de page), quels étaient mes buts à long terme. Pour l’année qui va commencer, bien sûr, ils ne changeront pas. C’est normal, puisqu’il me faudra du temps pour les atteindre. Mais en les ayant inscrit sur mon blog, je les ai toujours sous la main. Je peux les relire régulièrement. Cela m’aide beaucoup, en plus du fait que, parce qu’ils sont publics, ma responsabilité s’en trouve augmentée. :)

Je vous suggère de faire la même chose. Écrivez vos buts à long terme en une phrase simple qui vous définisse. Essayez d’y mettre un peu de poésie. Après tout, c’est de votre vie avec un grand “V” dont nous parlons, pas d’une liste de commissions. Si vous êtes artiste, Laissez votre muse s’exprimer. Placez le résultat dans un endroit où vous êtes certain de les revoir, pas au fond d’un tiroir. Le jour où vous les éviterez du regard, vous saurez qu’ils ne vous correspondent plus.

Agir et réussir

Maintenant, il faut avancer. Pour moi, la meilleure solution est de réutiliser le système de la 2ème partie de cette série. Ces grands buts, je les divise en étapes que je dois accomplir. Ces étapes sont elles-mêmes redivisées en plus petites actions. Vous me voyez venir. Je “fragmente” au maximum ma vision pour arriver à des mini-actions sur lesquelles je puisse agir.

Ces belles phrases que vous avez inscrites comme vision sont magnifiques. Elles vous touchent au plus profond de votre être mais elles sont impressionnantes et ne vous fournissent pas un mode d’emploi. En divisant, en réfléchissant aux étapes qu’il vous faudra pour atteindre ces buts lointains, vous vous mettez dans la bonne direction et vous pouvez agir plus sereinement.

Lorsque j’écris un article sur ce blog, je ne pense pas à ma grande vision. J’ai déjà assez de mal à trouver les mots justes, à corriger les fautes, à me relire plusieurs fois avant de le publier. Mais je sais que je suis dans la bonne direction. Cet article est un des 50 que je me suis fixé comme objectif de publication avant la fin de l’année. Pourquoi ? Parce qu’un blog sans contenu, c’est un blog qui ne risque pas d’être lu ni d’être populaire. Et si je veux développer, l’année prochaine, le côté ebooks du blog, j’ai besoin de cette popularité bien que je n’aurai plus le temps d’écrire des billets à un rythme aussi soutenu. Pourquoi développer les ebooks ? Parce que je voudrais tester, parmi d’autres vecteurs, si le système du ebook est une solution monétisable. Pourquoi monétiser ? C’est inscrit dans ma vision :

  • Aider les autres à s’améliorer en partageant mon expérience. Créer mes revenus à travers mes activités internet.

Ainsi, à partir de cette vision, chaque niveau de ma pensée en englobe un, plus petit et plus pratique, qui me garde dans la bonne direction. Par cette division systématique, j’arrive à un échelon où je peux travailler en paix, sans avoir à vérifier constamment si je suis en accord avec mes grands buts.

Les dates limites

Un sujet épineux lorsque l’on fixe des objectifs reste les délais que l’on s’accorde. Faut-il absolument les respecter ? Faut-il être souple ? A-t-on même besoin de dates butoirs ? Dans mon expérience, oui et non. :)

Pour chaque but, je me fixe un délai raisonnable qui me pousse à l’action mais, je ne stresse pas si je ne peux pas l’atteindre. Il reste ajustable et je le sais. Par exemple, l’heure limite pour poster un article est 5 heures du matin heure de Paris, ce qui correspond à 13 heures (en hiver) à Tokyo. Parfois, je ne suis pas prêt à l’heure dite. Je suis encore en train de fignoler un paragraphe ou de tergiverser sur un mot. Est-ce grave ? Dans ma vision à long terme, non.

Lorsque je me suis lancé dans l’écriture de mon premier ebook, ma date limite pour le publier était fin novembre. Si vous vérifiez la date de publication, vous noterez que je l’ai un petit peu dépassé. Nous travaillions sur une meilleure mise en page et je n’allais pas tout interrompre, juste pour rester dans les délais.

Ses buts personnels, ses bonnes résolutions, ne sont pas comme lorsque vous fixez un rendez-vous avec une personne. Vous pouvez être souple avec vous-même. Vous savez que vous finirez, vous avez confiance en vous et donc la date limite n’est qu’indicative. Ne stressez pas à cause d’elle.

Le vrai secret des bonnes résolutions

Maintenant que je vous ai expliqué en long et en large, sur 3 articles, ma façon de préparer mes bonnes résolutions et autres objectifs, j’ose à peine vous chuchoter un petit secret qui va vous étonner :

“Le plus important dans les buts à atteindre, ce ne sont pas les buts.”

Surpris ? Alors, je vous explique dans cette longue série comment préparer vos visées futures et je termine en concluant que ce n’est pas le plus important ? Mais pourquoi ?

Chaque petit pas que vous ferez jour après jour, vous rapprochera de votre but final, et c’est vrai que c’est important. Une fois que vous l’aurez atteint, vous serez surpris par une chose. Ce but accompli vous donnera une grande satisfaction mais pas d’exultation, pas de joie messianique. Ce sentiment sera d’ailleurs d’assez courte durée. Non, ce qui vous donnera le plus de plaisir, ce sera tout ce qui se produira sur votre parcours pour atteindre ce but, les doutes surmontés, les rencontres effectuées, les petites victoires obtenues en chemin, etc…

Réussir, ce n’est pas monter sur la plus haute marche du podium en brandissant les poings avant de recevoir la médaille d’or sous les applaudissements de la foule. Ces moments, bien d’intenses, demeurent fugaces. La vraie réussite, ce sont tous les acquis que l’on a réalisé en chemin, toutes les choses que l’on a apprises sur soi-même et sur les autres.

La liste des bonnes résolutions devrait être écrite différemment. Comme un parcours fléché qui indique toute la palette d’expériences que nous allons acquérir en chemin. Cela serait bien plus motivant. Toute cette richesse n’apparaît pas lorsque vous écrivez juste le but final. C’est un peu froid. C’est loin. Cela paraît hors de portée et c’est pour ça que souvent nous ne réussissons pas à atteindre ces objectifs.

Alors, refaisons notre carte de vie. Redessinons notre parcours existentiel. Remixons nos objectifs. Accomplissons notre révolution personnelle, en sachant où sont les vrais plaisirs, les vrais bonheurs.

Et maintenant, est le meilleur moment pour commencer. :)

(Photo : hogeasdf)

Commentaires

16 commentaires pour “Comment atteindre ses objectifs et bonnes résolutions”
  1. Alex says:

    Merci pour ta série de 3 articles sur les bonnes résolutions. Je pense que je les relirais en janvier car je compte bien en faire pour la nouvelle année à venir.
    J’aime le principe de diviser les taches, mais je ne le met pas assez en pratique!

    Je suis curieux de voir l’évolution de ton site en 2010

  2. Très intéressant comme vision des objectifs. “Le plus important c’est le chemin à parcourir”. c’est qqch que l’on a tendance à oublier et ce n’est pas du tout dans la culture anglo-saxone qui domine le monde du travail.

  3. Jean-Philippe says:

    @Alex Merci beaucoup ! Prends ton temps maintenant et en janvier car c’est très important de savoir quelle direction tu veux donner à ta vie. :)

    @Boris Tu as raison, c’est malheureusement vrai. Beaucoup réussissent dans les affaires et accumulent les biens matériels pour effacer le vide qui est en eux. Dès l’école on nous apprend qu’une compétition existe basée sur les notes ou les diplômes. Ensuite on compare les salaires, les voitures ou même les épouses (trophy wives). Ce sont des buts comme d’autres, mais je ne suis pas certain qu’ils rendent heureux. 😉

  4. Mama-Zen says:

    Je n’ai pas lu les parties 1 et 2 (shame on me!) mais je me permet de réagir à celle ci quand meme :-)

    Je suis bien d’accord de dire que c’est la façon dont on chemine vers notre objectif qui est le plus important. C’est ce chemin qui nous enrichira de rencontres, d’expériences, de questionnements et de réflexions. C’est grace à ce cheminement que l’on arrive heureux, ambivalent, déçu ou autre au fil d’arrivée.

    Merci pour ce billet !

  5. Jean-Philippe says:

    Merci Mama-Zen, nous sommes d’accord !

    Et justement, il n’y a pas de raison d’être déçu, sauf si on décide d’ête déçu ou déçue. J’irai même plus loin, il n’y a même pas de ligne d’arrivée. :)

  6. lisa says:

    Salut Jean-Philippe!
    Merci pour toutes ces bonnes choses, je découvre ton blog et franchement c’est l’un des meilleurs que j’ai parcouru sur la netsphère: il est motivant, positif, il rend meilleur, et j’en passe (non ne rougis pas 😉
    Ton conseil sur le chemin parcouru est si vrai, c’est le voyage qui compte, et j’ajouterai que si on vise la lune au pire on tombe sur les étoiles (et c’est déjà pas si mal!)
    Je te souhaite de bonnes fêtes ainsi qu’à tout ceux qui passent par ici. Merci.

  7. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Lisa ! (Pivoine, ça va encore ?) Et bravo pour la métaphore que tu ajoutes. Tu as raison, il faut viser plus haut. En retombant, on finira toujours parmi les étoiles qui nous émerveillaient. :)

    Joyeuses fêtes aussi !

  8. symf says:

    merci pour l’article

  9. cobaye007 says:

    Merci pour cet article encore une fois et bonne année, au passage.
    Sinon, le lien vers tes bonnes résolutions emmène vers une 404, moi qui voulais voir ta vision à long terme !
    ;o)

  10. Jean-Philippe says:

    @symf Merci de l’avoir lu !

    @cobaye007 Merci de me l’avoir signalé ! Maintenant c’est arrangé. Et bonne année à toi aussi. :)

  11. Mestizaje says:

    Hello Jean-Philippe
    Je viens de tomber sur ton article grâce à Twitter… Il me semble que je l’avais déjà lu à sa publication mais il prend un sens particulier pour moi aujourd’hui et me donne de la motivation à revendre… Après 7 ans d’hésitations et de tergiversations, je me suis enfin inscrite à la danse classique, malgré le fait que tout le monde me dise que ce soit ridicule à mon grand âge (23 ans :)! )… Premier cours ce soir, grâce à une seule petite semaine de petits pas en ce sens. C’était pas si compliqué finalement !
    A part ça, j’espère que tout va bien au Japon. A ce propos, le projet Aidons le Japon est-il toujours d’actualité ? Je crois que j’ai loupé le coche la semaine dernière et je voudrais bien participer aussi !

  12. Jean-Philippe says:

    Bravo Mestizaje ! Je ne peux que te féliciter. :)

    Si tu y vas, c’est que tu es vraiment passionnée par la danse classique. Bien entendu, ceux qui “savent” te le déconseillent… mais que font-ils de leur vie, en attendant ?

    Jalousie, envie ? Peu importe, tu le fais d’abord pour toi et ensuite pour ceux que tu aimes car ils ressentiront les bienfaits de ce changement dans ta vie. Et puis, en ouvrant une porte comme ça, tu ne sais pas où cela va te mener. Surement vers des trésors que tu n’imagines même pas maintenant. 😉

    PS : Bien entendu Aidons le Japon continue. Tu peux encore faire un don. Merci. :)

  13. Hakim San says:

    salut jean philippe

    je viens de découvrir cette article j ai pris du plaisir à le lire et très franchement tu dis beaucoup de vérité. Quand je pense qu’une grande majorité de personnes vivent lobotomiser c’est a dire mécaniquement et qui non a pas de but précis dans la vie.
    pour ma part je pratique cet exerice je suis rien qu’a mais début déja réussite des objectifs dite petite mais je suis content dans l ensemble pourquoi tout simplement parce que je suis aller jusqu’au bout.
    force ça vas devenir une habitude
    et je pense que si on a réussit un grand objectif notre vie change très progressivement

    encore merci pour cet article qui donne envie d’agir

  14. justine says:

    Merci pour ces précieux conseils!
    Pour gagner du temps mieux m’organiser notamment en réunion, j’utilise mon iPad ( je suis beaucoup en déplacement)pour mieux m’organiser notamment en réunion. Pour cela, j’ai testé pas mal d’applications de prise de notes et organisation des tâches/ToDo et je pense avoir trouvé une application qui répond à mes attentes. Ainsi, je vous conseille mon coup de coeur du moment « Beesy ». C’est une app pro qui à partir d’une prise de notes structurées en réunion (gérée par l’application) génère des listes ToDo qu’on peut parcourir par type d’actions, personnes ou projets. Le compte rendu et la mise en forme pro sont générés automatiquement grâce à la prise de notes et on peut l’envoyer par à tous les participants . Le gain de temps est considérable. Je recommande Beesy à tous ceux qui organisent ou participent souvent à des réunions de travail. http://www.beesapps.fr/note-ipad-beesy/

  15. rindra mada says:

    merci ton article m’a vraiment aider à continuer.

Commentez ce billet