Copier pour réussir

Par le 20 November 2009
dans Solutions simples

Alors le papa est à gauche et Nemo est à droite...

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir améliorer notre qualité de vie. Que ce soit dans le domaine du travail ou dans la vie privée, nous cherchons à progresser, à nous transformer. Et c’est réjouissant. Nous testons de nouvelles idées qui, de façon simple, nous permettront d’avancer en changeant une habitude ou en apprenant une nouvelle façon de faire. Pour cela, nous évaluons les conseils offerts par les livres spécialisés, les magazines et des blogs comme Révolution personnelle, avant de les appliquer. Pourtant, il existe une méthode toute simple qui ne nécessite aucune aide: copier.

Depuis l’aube des temps

Vous êtes-vous déjà demandé comment un tout petit enfant apprend? Par exemple, comment fait-il pour apprendre à parler? Car il parle couramment bien avant de savoir tenir un stylo et de pouvoir prendre des notes. Comment réussit-il ce tour de force d’apprendre une langue aussi difficile que le français? Tout simplement, il copie. Il écoute et répète ce qu’il entend. Et comme il entend des milliers et des milliers de fois les mêmes sons, il les copie sans arrêt en les prononçant d’une voix encore mal assurée et, tout cela finit par s’imprimer dans son cerveau. Il n’a pas de méthode spéciale. Et ça marche depuis des millénaires.

Copier est la méthode la plus ancienne qui existe pour apprendre. Comme elle a déjà prouvé son efficacité, nous devrions l’utiliser plus souvent et peut-être moins intellectualiser notre façon de nous améliorer.

Ainsi, un bon système pour faire des progrès dans quelque domaine que ce soit est de trouver une personne qui a déjà réussi dans ce même domaine, de lui demander quelle stratégie elle a appliqué et de faire exactement la même chose. Encore une fois, c’est du copiage pur et simple mais cela vous mènera plus facilement au succès dans ce que vous êtes en train d’accomplir.

Choisir son prof

Si vous voulez perdre du poids vous n’allez pas demander à une personne trop bien en chair comment faire un régime. C’est logique. Pour prendre un autre exemple, c’est la même chose si vous êtes célibataire et que vous vouliez réellement vous marier. Ça n’a aucun sens de demander des conseils à vos amis ou amies qui sont également célibataires. Il vaut mieux vous renseigner auprès de quelqu’un qui est déjà marié. Il ou elle connaît très bien la musique puisqu’il y a eu succès. Il a une épouse ou elle a un époux pour le prouver. Revenons aux langues. A l’école, si vous allez en classe de français, vous ne vous attendez pas à tomber sur le prof d’anglais et vice-versa. :)

Ainsi, pour copier et apprendre, vous devez avoir quelqu’un qui vous explique les choses parce qu’il ou elle les connaît parfaitement et peut le prouver. Ensuite vous apprenez (ou appliquez) ce qu’il ou elle vous a décrit.

Les apparences ne sont pas à copier

Lorsque vous voulez affiner votre revers au tennis ou votre swing au golf, vous commencez par regarder votre instructeur et ensuite vous répétez son mouvement. Si son revers finit toujours dans le filet ou si, après un swing, il doit systématiquement aller chercher sa balle dans les fourrés, allez-vous copier son geste ? Même s’il porte un survêtement à la dernière mode ? Même s’il est très gentil ?

Ainsi, vous avez voulu perdre du poids et ça n’a pas marché. Vous avez voulu améliorer votre offre commerciale et vos ventes continuent à stagner. A qui avez-vous demandé conseil ? Quel système avez-vous copié ? Si vous n’avez pas rencontré le succès en suivant les recommandations, examinez de plus près les recommandeurs.

Souvent un manque de recherche sérieux peut nous faire appliquer des systèmes peu efficaces. La personne que vous allez copier est comme un mentor. Quelqu’un qui va vous passer son savoir. Quelqu’un que vous allez imiter. Vous avez alors vraiment intérêt à être sûr de lui ou d’elle. Au-delà des beaux discours. Au-delà des diplômes. Penchez-vous sur ses résultats concrets et si ce que vous voyez vous plaît, alors là oui, copiez sans arrière-pensées !

Apprendre en ne copiant pas

Ce qui est intéressant c’est que la méthode inverse est aussi valable. Écoutez ou observez les gens qui donnent des conseils mais qui n’ont pas vraiment réussi dans leur domaine et évitez de faire leurs erreurs. Bien sûr, n’appliquez pas leurs recommandations. S’ils insistent pour que vous suiviez leurs idées, laissez-les parler, ne les contredisez pas. Ça ne servirait à rien car en général, ces gens-là sont bloqués, justement parce qu’ils ne peuvent pas voir leur situation d’un oeil neuf.

Vous pouvez pousser ce concept un peu plus loin, pour vous-même. Regardez votre passé et voyez les moments où votre vie était agréable, pleine de succès et de bons souvenirs. Rappelez-vous ce que vous faisiez ou quel était votre état d’esprit et essayez de retrouver les mêmes conditions.

C’est aussi valable, si vous êtes dans le commerce. Quelles stratégies vous ont été le plus utile dans le passé ? Quels systèmes de promotion vous ont donné vos meilleurs ventes ? Reprenez-les dans votre stratégie actuelle et laissez tomber ceux qui ne fonctionnent plus. C’est un peu comme un conseiller en marketing qui vous donnerait une série de recommandations à appliquer mais qui ne pourrait pas vous donner dans sa liste de clients passés, ceux qui ont rencontré le succès en suivant lesdites recommandations.

Copier dans le style Hadopi

Si on veut être de bonne humeur, on dit qu’il faut s’entourer de personnes optimistes. C’est tout à fait vrai et c’est la même chose dans le principe du copiage. Un certain mimétisme va se dégager. On peut même aller plus loin. pourquoi ne pas copier le style, la façon de bouger, de parler, de quelqu’un qu’on ne connaît même pas? C’est ce que font souvent les Américains quand ils prennent pour modèle un de leurs grands capitaines d’industrie ou un de leurs grands acteurs.

On peut sourire face à cette méthode. Mais, ce que nous sommes maintenant, à cette seconde, n’est que le produit de toutes les rencontres importantes que nous avons faites dans notre vie. Bonnes ou mauvaises. Alors pourquoi ne pas s’inspirer, si on le désire, de personnes qui ont montré une certaine réussite dans leur manière de faire? Il est certain que nous ne deviendrons pas une copie identique, mais il en restera sûrement quelque chose que nous intégrerons dans notre personnalité.

Dès demain, regardez autour de vous et ciblez une personne que vous désirez imiter de manière positive. Même si vous ne la connaissez pas, osez aller lui demander poliment quelques recommandations pour vous-même et appliquez-les à la lettre. Si vous ne pouvez pas lui poser de questions, regardez bien son attitude, et voyez si en copiant certains de ses traits vous avez des sensations nouvelles, agréables. Si oui, continuez à copier, pour votre plus grand bien. 😉

(Photo: JennyHuang)

Commentaires

20 commentaires pour “Copier pour réussir”
  1. Je suis bien d’accord. Ton article d’applique par exemple très bien au copywriting pour le web (l’écriture de pages de vente quoi!), rien de mieux pour apprendre que de prendre une page de vente que l’on juge réussie et de la recopier à la main.
    En réécrivant soi même le texte, on comprend et on s’approprie les mécanismes du copywriter. Voila comment se faire coacher gratuitement par les meilleurs copywriters !

  2. Rémy Bigot says:

    Cela vaut dans de nombreux domaines, on a toujours quelque chose à apprendre d’autrui !

  3. Michael says:

    Très vrai tout ceci lorsqu’on veux lancer un business. Le plus simple est souvent de copier un concept prouvé et de l’adapter à son style !

  4. Jean-Philippe says:

    Merci à tous pour vos commentaires!

    C’est très vrai dans le business et aussi dans l’Art où les uns copient les autres et ensuite trouvent leur propre style, comme le dit Michael.

  5. mounaque says:

    Bonjour à tous,
    Encore un bon article à méditer… quand j’étais petite on disait “qui s’assemble se ressemble”.
    Ton article me redonne un peu de punch ! j’ai appris l’anglais seule (que d’heures !!° et comme je suis en recherche de travail je dois absolument me refaire des cours intensifs (toujours seule). J’étais un peu découragée car quand on a un certain niveau on ne sait plus trop où cibler mais dans la première partie de ton post c’est clair et limpide : écouter, répéter, trébucher, écouter, répéter, avancer…. j’avais oublié ces règles simples…
    Merci en ce moment j’ai besoin de beaucoup de motivation… J’en trouve sur ton blog :-)

  6. Jean-Philippe says:

    Bonjour Mounaque! :)

    Un petit truc qui m’a bien aidé pour apprendre l’anglais: écoute un maximum de news comme la BBC. Mets la télé et laisse CNN ou une autre chaîne anglophone en fond sonore. Le but, ce n’est pas d’écouter et de comprendre tout. Fais ce que tu as à faire chez toi et laisse-les en fond sonore. Ton cerveau va baigner dans les sons anglais et petit à petit s’en imprégner.

    Le bébé fait pareil. Parce qu’avant même de répéter, il écoute des milliers de fois les mêmes sons (par ses parents) qu’il va ensuite tenter de prononcer. Mais, comme tu n’es plus un bébé, l’effet est plus rapide. Cela renforce ta compréhension, 1ère étape pour pouvoir dialoguer.

    Une autre astuce, c’est de louer des films américains que tu as adoré et dont tu connais très bien les dialogues en français. Tu les regardes plusieurs fois de suite en version originale et tu verras combien de “vraies” expressions parlées tu vas apprendre. Parce que dans les livres on apprend une langue châtiée, pas le vrai dialogue de tous les jours.

    Bonne chance! 😉

  7. Jean Luc says:

    Merci pour cette article qui explique la modélisation des compétences en des termes simples : bien choisir les modèles qui incarnent la compétence à acquérir, répéter leurs manières de faire (Modélisation intuitive privilégiée par l’enfant) ou interviewer les modèles pour savoir ce qui est nécessairement présent dans leur expérience pour aboutir au résultat souhaité (Modélisation analytique). Modéliser c’est tout simplement apprendre à apprendre de ceux qui nous entourent ou de nos expériences du passé ou du futur (moi-même dans mon imagination)

    Bons apprentissages
    Jean Luc

    • Jean-Philippe says:

      Merci beaucoup Jean-Luc pour votre commentaire. :)

      J’aime le mot “apprentissages” que vous utilisez. Il est pluriel, donc riche. Il est plein d’espoir et d’optimisme. Il ouvre la porte à chacun et à chacune. Il ne rejette personne. Tout le monde peut apprendre et, cette occasion est simple à saisir. Il suffit de tendre la main l’esprit en copiant ou modélisant. 😉

  8. Alex says:

    Copier est une très bonne chose pour apprendre, mais une fois les bases dans le domaine acquises, je préfère parler d’inspiration. Car en effet il n’y a pas beaucoup de plaisir à copier à l’identique, par contre s’inspirer de nos différents modèles dans un domaine précis pour ensuite produire quelque chose d’original qui reprend le meilleur des autres peut être vraiment exaltant!

  9. Jean-Philippe says:

    Bien sûr Alex ! Nous sommes d’accord sur ce point. :)

  10. bretagne says:

    Copier , c’est la méthode utilisée par le “JAPANESE EMBROIDERY CENTER ” pour enseigner la broderie et l’apprentissage prend du temps !!!!

  11. Jean-Philippe says:

    merci bretagne pour votre commentaire. :)

    Les japonais sont experts en copie. Ils l’ont montré dans de nombreux domaines. Ce qui est intéressant, c’est qu’avec le temps et leur stratégie de kaizen (amélioration constante) ils finissent par faire des choses de bien meilleure qualité que l’original! Mais je ne sais pas si c’est le cas pour la dentelle. 😉

  12. Nadia says:

    Hello,

    Je copie également souvent surtout lorsqu’il est question de méthodologie, et d’organisation j’aime bien voir ce que font les autres et j’essaie de faire combiner le modèle avec mes propres besoins.

    Comme le “lacher prise” je cherche encore un modèle qui répond à mes besoins pas encore trouver le modèle à copier,,, :)

    Bonne Journée !

  13. Jean-Philippe says:

    Merci Nadia pour ton témoignage. :)

    Le lâcher-prise c’est quand tu veux tout contrôler?

  14. Nadia says:

    c’est surtout dans le timing, exemple je veux TOUT finir à temps mais c’est pas bien, je dois faire en sorte d’aménager mon temps pour une meilleure efficacité 😉 d’où le lever plus tôt, et lacher prise qd je peux pas je peux pas c’est tout,, mais c’est pas évident et pour en rajouter une louche j’aime bien faire plusieurs choses à la fois, bref , le lâcher-prise est super important dans ces moments là je vais me renseigner sur quelles techniques adopter.

    @+

  15. bretagne says:

    La dentelle ? rendez vous le 9,10,11 juillet 2010 à KOBE au congrès OIDFA (association internationale de dentelle )

  16. Jean-Philippe says:

    @Nadia Merci pour ce complément d’info!

    @bretagne J’y serai! Vous aussi? 😉

  17. Laurent says:

    Un autre exemple pour conforter ce billet est la peinture : la meilleure façon d’apprendre comment un maître a fait une oeuvre est d’essayer encore et encore de la refaire.

  18. Jean-Philippe says:

    Merci Laurent pour cette précision ! On pourrait même aller plus loin et reprendre la phrase de Pablo Picasso : “Good artists copy, great artists steal.” 😉

  19. Bonjour,
    J’ai apprécié votre article. Toutefois le “copier” ne permet pas toujours d’en comprendre l’application notamment lorsque l’on est limité sur le plan intellectuel par exemple…
    De fait cela ressort plus du plagia, mais il s’avère que face a la méconnaissance, ce plagia peut s’avérer et dangereux et destructeur.
    Parler d’exemple ou de me modèle me conviennent mieux.
    Merci
    Bien cordialement
    Nadine Guyot Touzeau
    Maitre praticien certifié PNL
    Profiler

Commentez ce billet