A quoi sert notre cerveau ?

Debout et bouge !

Oui, franchement… à quoi ?

La première chose que vous êtes en train de vous dire, là maintenant, est sans doute : mais qu’est-ce que c’est que cette question stupide…

Ce cerveau dont nous nous glorifions, ce symbole de notre toute puissance face aux autres espèces et règnes, oui, notre énorme masse de matière grise, elle ne sert bien sûr qu’à une chose : penser !

Ça parait évident.

Et bien non, désolé, penser, ce n’est pas ce à quoi sert notre cerveau.

Surpris ?

Alors attendez la suite. :)

Ciboulot


Le vrai but de notre cerveau ?

C’est de créer du mouvement.

Et pour être plus précis, il est d’initier des mouvements physiques adaptables et complexes. Ce n’est pas moi qui le dit mais un neuroscientifique, Daniel Wolpert dont le TED Talk est très enrichissant.

Et c’est vrai que, lorsque vous y réfléchissez bien, notre – presque – unique moyen d’influencer le monde qui nous entoure, c’est par le mouvement.

Marcher bien entendu, courir, construire mais aussi parler, écrire, pleurer, tout cela passe par des mouvements extrêmement complexes gérés par notre cerveau.

Pour moi, l’une des conséquences de cette idée qui en bouscule pas mal d’autres, est qu’elle renforce un de mes concepts phares dont j’ai beaucoup parlé dans Réveillez votre génie (sur Amazon), à savoir que le mouvement est la base de tous nos progrès.

Encéphale

J’insistais sur l’importance de faire un choix dans mon dernier article (Grégory l’a fait bien mieux que moi), mais ce n’est pas tout. J’indique souvent que l’action ou le mouvement, sont primordiaux dans nos quêtes.

On n’a jamais vu un changement se produire juste en y pensant.

Il y a une grande différence entre penser à faire de la gym et mettre ses chaussures de sports pour aller courir.

Laquelle ? Ce n’est pas une question de volonté ou de motivation, toujours fluctuantes pour la majorité d’entre nous mais une question de mouvement.

Comment ça de mouvement ? Quel mouvement ?

C’est tout simplement le mouvement que vous faites lorsque vous enfiler vos chaussures sans réfléchir. C’est le mouvement que vous effectuez quand vous vous lancez de bon matin sur la route ou le chemin et que vos jambes vous disent qu’elles ne sont pas d’accord. Mais alors, pas du tout. C’est le mouvement de juste mettre un pied devant l’autre qui fait qu’au bout de 5 minutes, vous aurez oublié combien vous n’aviez pas envie d’y aller ce matin.

Penser c’est bien mais à trop penser, on ne fait plus rien.

Le cerveau est fait pour le mouvement ? Et bien tant mieux !

Lorsque j’ai sorti mon guide Réveil ultra matinal en 2010, j’ai mis en avant un point important : surtout, ne pas penser au moment où le réveil sonne. Je disais que si vous réfléchissiez, si vous pesiez le pour et le contre, vous finiriez par ne plus vous lever tôt.

Deux ans après, j’en suis toujours persuadé. Je ne sais pas si la science de Daniel Wolpert pourrait arriver à prouver cela mais, ma modeste expérience continue à me le montrer tous les matins : si je réfléchis au moment du réveil, mes chances de me lever se réduisent.

Par contre, dès que le réveil sonne, si je fais un mouvement tout ce qu’il y a de plus mécanique pour me redresser et ensuite me lever (encore du mouvement !), là ça marche. Tous les matins à 5h00, je peux attaquer ma journée. :)

Alors oui, le mouvement, c’est la vie.

Méninges

Et vous ? Comment vous sentez-vous à l’approche de l’été ?

Votre mouvement à travers l’année 2012 vous plait-il ? 😉

N’avez-vous pas envie d’accomplir des choses, de vous lancer dans des projets, de montrer au monde, et surtout à vous-même, que vous êtes vivant ?

Allez-vous continuer, sans bouger, à vous laisser dicter votre vie par des gens qui ne vous connaissent pas vraiment et qui n’ont pas votre intérêt au cœur de leurs préoccupations ?

Allez-vous laisser passer une autre saison ? Une autre année ? Un autre président ?

En clair, allez-vous continuer à stagner ?

Le mouvement commence par un pas. Un tout petit pas. Mais celui-ci est renforcé par l’énergie optimiste d’un projet que vous voulez accomplir et qui vous emportera bien au-delà de ce que vous pensiez pouvoir faire.

D’où la raison d’arrêter de penser.

Arrêtez de vous poser des questions et pour une fois (ou deux), foncez !

Tous les deux mois, dans le groupe mastermind que je conduis, je vois des gens formidables s’exprimer, décoller, parfois retomber et ensuite repartir de plus belle.

Vous pouvez, si vous voulez, vous aussi recevoir tout le soutien dont vous avez besoin au sein de ce groupe et vous dire que vous accomplissez vraiment quelque chose en ce moment.

Les vacances approchent.

Et après, c’est la rentrée… et puis encore après, c’est la fin de l’année.

Le temps, la plus précieuse denrée que nous possédons, s’écoule inéluctablement. Ce que vous ne faites pas maintenant, vous n’aurez peut-être pas l’occasion de pouvoir l’accomplir plus tard.

Alors si vous en avez la possibilité, rejoignez le challenge Cloudbraining pour vous mettre ainsi au pied du mur !

Je vous garantis de l’émotion, un peu de peur et beaucoup de sueur.

Sueur ?

Tiens, c’est justement l’autre seul moyen que nous autres, êtres humains avons d’influer sur le monde qui nous entoure, en dehors de nos mouvements. 😉

(Photo : bayat)

Commentaires

20 commentaires pour “A quoi sert notre cerveau ?”
  1. Helran says:

    Ce n est pas de créer du mouvement son but mais de percevoire interagir et s adapter à son environement. ce qui se fait via interaction et réseaux neuronaux et plasticité cérébrale).

  2. Jean-Philippe says:

    Merci pour le commentaire Helran ! Bon, je ne vais pas argumenter avec une experte mais, “percevoir”, “interagir”, “s’adapter”, ça commence bien par des mouvements tout ça, non ? 😉

    PS : Daniel, au secours !

  3. Helran says:

    Experte non, personne ne l ai au final. car expert à mon sens veut dire quelqu’un qui sait tout dans le domaine hors justement en sciences cherche à savoir et on débat des savoirs trouvé.
    sinon là notion de mouvement est importante mais pas forcement dans le sens mouvement du corps, ce que j ai l impression que ton billet laisse sous entendre du moins comme je l ai lu. parcontre jai bien aime le fait que tu dises que ce n est pas qu une histoire de volonté.

    je pense que là citation du chercheur dans ton billet refaire au terme plasticité. Sans ces mouvements du cerveau (nouvelle synapses, croissance et migration neuronal etc) effectivement le cervrau n est rien et ne peut être efficace bien au contraire.

    penser, faire des choix, interagir avec les autres entraînent ces mouvements neuronal sans pour autant avoir un mouvement du corps.

  4. Jean-Philippe says:

    Merci Helran pour les précisions !

    Oui, c’est ça, on est finalement d’accord. J’utilise le fait que Daniel Wolpert parle de “mouvements” pour enchaîner sur le fait que – et là c’est moi qui le pense – le mouvement physique (du corps) est très important pour un équilibre de sa vie. Le mouvement nous permet de créer, d’avancer et nous sentir vivants. 😉

  5. Helran says:

    Ah oui je suis totalement d accord. Par exemple le sport et je ne parle pas de haut niveau mais bien de hobbie. Il maintient physiquement en forme mais aussi mentalement, sans compter l aspect social pour les sports d équipes.

  6. Jean-Philippe says:

    Exactement ! D’où la photo en haut de l’article. 😉

    (Quoique moi j’utilise des Five fingers…)

  7. Helran says:

    Oui j en avais vu il y a quelque temps. C est aggreable à porter dans la vie de tout les jours? (donc par pour courir).

  8. Bonjour Jean-Philippe,

    Personnellement, quand tu as écrit :”La première chose que vous êtes en train de vous dire, là maintenant…”, hé bien je pensais à “Quel est le rapport entre le titre et la paire de Basket ?” :)

    Tu as raison, parfois il faut arrêter de réfléchir. Mais il y a tout de même un minimum. Parfois on regrète amèrement ce qu’on vient de faire ou dire car on n’a pas assez réfléchis. D’où l’espression de tourner 7 fois sa langue sans sa bouche avec de parler.

    Mais l’idée de foncer me plaît aussi !

    Dorian

  9. Jean-Philippe says:

    @Helran Je ne sais pas. Je ne les portes que pour courir. 😉

    @Dorian Merci pour ton commentaire ! Il y a un temps pour tout mais trop de reflexion ne fait pas avancer du tout. Comme disent les Américains, j’aime la technique du “Ready, fire, aim”. 8)

  10. Mais de rien 😉
    C’est l’équivalent de la technique “A vos marque ! Partez ! Prêt ?” sur le blog Potion de vie cette semaine. J’aime bien cette technique là aussi :)

    Bonne soirée.
    Dorian

  11. Jean-Philippe says:

    Exactement Dorian ! Je ne savais pas que Jean-Yves de Potion de vie en parlait. Alors voici le lien pour que tout le monde profite de son excellent article, que je viens de lire. Merci. 😉

  12. Dorian says:

    You’re welcome :)

  13. Jean-Philippe says:

    Ah bon ? En plus tu parles italien ?… 😀

  14. Dorian says:

    J’ai pas l’accent mais je me débrouille… ^_^

  15. Julien says:

    Un court message qui étaye ce que tu dis Jean-Phillipe.

    Ce matin j’ai ouvert les yeux, sans réveil, il était 8h. Puis je me suis posé la question de me lever tout de suite ou pas. Quand j’ai réouvert les yeux, il était midi.

    J’aurais du prendre mes jambes et les jeter hors du lit sans réfléchir !

    Merci pour cet article, c’est très vrai 😉

  16. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Julien pour ton témoignage très personnel ! Souvent le plus dur c’est de tout bloquer et de ne pas s’autoriser à penser avant d’être debout. Mais pour ça, il y a des astuces. 😉

  17. Julien says:

    Ca m’arrive en ce moment, j’en suis pas spécialement fier. Faut que je fasse plus attention à ça !

  18. Philippe says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    Petite précision peut-être, même si à la base c’est le cerveau qui va sélectionner et interpréter tous les stimulis qu’on reçoit, le mouvement lui, est engendré par l’émotion.

    Alors on est d’accord, l’émotion c’est un signal “envoyé” par le cerveau, qui va nous servir à nous adapter à notre environnement, donc on est quand même bien sur le cerveau.
    Mais c’était juste pour apporter une petite pierre complémentaire. :)

    Maintenant, je suis d’accord que trop de reflexion tue l’action. (Pas assez, peut d’ailleurs aussi la tuer…)

    Au passage, “émotion”, si on le découpe un peu ça fait “é-MOTION”; on est encore dans le mouvement 😉

  19. Merci pour cet article. C’est vrai que parfois, plus on pense, plus on ralentit. C’est souvent le cas pour les tâches qu’on a pas envie de faire, plus on y pense, plus on les repousse. Alors qu’en passant à l’action, notre cerveau fait fi des pensées néfastes et se met, comme tu le dis si bien, en mouvement.

  20. Merci pour cet article passionnant. Tu décris très bien le principal rôle du cerveau, son rôle de “moteur” au sens large du terme. En tout cas j’ai beaucoup apprécié tes explications. Bravo!

Commentez ce billet