Confessions d’une âme

Cinque arbores

[Questionnement intense.]

Qu’est-ce qu’une âme ?

Vous êtes-vous déjà posé la question ?

Avez-vous essayé d’y réfléchir, de voir au fond de vous-même ce que c’est que cette chose indéfinissable qui semble faire partie de “vous” mais qui en même temps parait séparée.

C’est quoi ce mystère ?

Je suis là, pour y répondre. J’ai le temps.

Oui, c’est vrai, ils l’aiment bien l’âme, dans la religion et dans la philosophie…

 

Mais ils n’ont rien compris. Comment je le sais ? Je suis une âme. Une vraie. 100 % éther et 0% de matière.


Dans ma carrière d’âme, J’en ai vu des choses, j’en ai vécu avec des gens.

Bon, je vous arrête tout de suite. Il n’y a pas de dieu ou d’esprits. Voilà c’est dit. Oui je sais, c’est pratique de se raccrocher à ce genre de choses pour vivre. C’est un peu facile de demander à quelqu’un d’autre de régler ses problèmes mais non, s’il y avait un Zeus, un Bouddha, un Akhenaton, un Jésus ou une Amaterasu, je le saurais, car je suis bien placé.

Je suis dans votre tête.

[Soupir.]

Non, je ne suis pas vos pensées. Je suis juste à côté. D’ailleurs, c’est la pagaille là-dedans. Il faudrait penser à ranger de temps en temps.

Qu’est-ce que je fais là ? J’en sais rien. Non, sérieux, je ne sais pas. J’ai demandé aux autres mais personne n’a pu me répondre.

Bah oui, je communique aussi. Ce n’est pas réservé aux humains que je sache…  C’est déjà assez fatiguant de vous écouter toute la journée et la nuit – car nous ne dormons pas – si en plus on était isolés, on deviendrait tous fous.

C’est d’ailleurs ce qui se produit parfois… désolé.

Non, nous ne communiquons pas par téléphone. Je n’ai pas d’abonnement à SFR ou Orange. Nous utilisons la bonne vieille télépathie.

Surpris ? Mais pourquoi ? C’est de la vibration, à un autre niveau que les ondes de votre portable, mais c’est le même principe, c’est tout.

Bon, on a quand même des principes. On les a un peu copiés sur vous. Et on a mis tout ça dans le livre des Cinq Arbres. Ça jette comme nom, hein ? Ésotérique et tout…

Alors parmi tous ces principes, on essaie de faire le bien. Ne me remerciez pas pas trop vite. Notre façon de voir le bien, n’est peut-être pas le même que le vôtre.

Notre bien à nous est clair comme un laser, il sait exactement ce qu’il faut faire et il le fait. Votre bien à vous, il est comme une lampe de poche dont les piles sont usées.

Vous voulez voir le bien à “votre” façon, à travers le filtre de vos pensées. Pas le vrai bien, universel, celui qu’il vous faut. Alors on agit et on vous bouscule.

Comment ?

Eh, vous ne voyez pas ? On est quand même logés au centre de contrôle, non ?

Le quartier général, le siège social, le disque dur humain, là où toutes les décisions sont prises et enregistrées… c’est où ?

Voilà ! Disons que nous avons un T2 dans votre cerveau. C’est petit ? Ah, vous êtes bien des humains ! Vous voulez toujours plus grand…

Vu que nous sommes immatériels, un T2 ou un château, ça ne change rien pour nous. D’ailleurs c’est pratique quand on reçoit.

Oui, les autres âmes en visite. C’est sympa, on fait des petites fêtes – ça vous perturbe souvent ces bruits de voisinage, désolé – et puis chacun repart de son côté.

En quoi ?… En volant ?

[Fou rire]

Pardon, excusez-moi…

[2ème fou-rire]

En volant ? Ah ces hommes…. de grands enfants !

[3ème fou-rire]

Vous voudriez pas qu’on ait des ailes aussi ?… Ça y est, je vois, vous croyez que nous sommes des anges !…

Quelle créativité quand même !

C’est vrai, je dois le reconnaitre, l’idée des anges est superbe. Je ne sais qui en a eu l’idée le premier – je pourrais chercher – mais c’est génial. Ça fait romantique et tout mais je m’excuse de devoir briser vos images… il n’y a pas d’anges.

Bon, en fait, ce n’est pas grave toutes ces révélations que je vous fais parce que, de toute façon, vous ne vous souviendrez de rien.

Pardon ?… quoi ?

Excusez-moi, mais essayez de vous détendre quand vous me posez des questions, parce que là, je vous sens tout agité et j’ai du mal à comprendre vos phrases. Calmez vos pensées, bon sang ! Elles sont en train de mettre le bazar dans mon T2 et qui c’est qui doit tout arranger après ? C’est pas Cupidon, c’est bien moi !

Alors… doucement. Respirez et… allez-y…

Voilà, je comprends mieux maintenant. Comment fait-on pour voyager ?… J’aime le mot “voyager”. On n’est pas des touristes, nous ! On travaille aussi à faire du bien, monsieur !

Non, on ne voyage pas par la pensée, il faut arrêter de lire toutes ces bêtises. En gros, on ne peut pas sortir de votre enveloppe d’humain. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en ai aucune idée.

Alors, la seule façon pour nous de passer d’un humain à l’autre, d’un corps à l’autre, c’est lorsqu’ils se touchent. Oui, physiquement.

Une poignée de main, un baiser, une tape sur l’épaule, ça nous suffit pour “voyager” comme vous dites.

Pourquoi le faire ?

[Soupir et petit silence.]

Bon, je vous l’ai dit, on ne sait pas pourquoi on est là. Mais on cherche à comprendre ! On étudie cette question… et puis d’autres aussi ! Pourquoi certains d’entre nous tournent mal ? Pourquoi illes* deviennent agressifs ? Méchants ? Voire pire ? On ne sait pas non plus.

Pourtant, nous avons remarqué que parfois, certain d’entre nous disparaissent. Mais vraiment s’évaporent ! Et je vous ai dit que nous sommes déjà immatériels alors, comment on pourrait disparaitre puisque physiquement nous n’existons pas ?

Vous suivez ?… c’est difficile ? Tant pis.

Mais enfin, tout ça pour dire que nous cherchons depuis… longtemps ? Toujours ?

Il y a d’ailleurs une légende qui se raconte d’âme à âme. Elle dit que chacune d’entre nous est destinée à habiter un humain bien précis. Un et un seul. La combinaison parfaite. Si nous arrivons à le trouver, une osmose s’opère et ensemble, nous partons pour le Grand Ouvert.

Qu’est-ce que c’est ?

Je n’en sais rien et puis, ce n’est qu’une légende qu’aiment bien raconter les anciens aux plus jeunes.

Bon, j’ai assez abusé de votre temps. Il va falloir vous réveiller maintenant. Comment ça vous voulez dormir ? Non, vous êtes en train de dormir maintenant, c’est bien pour ça que je vous parle, sinon vous paniqueriez.

Oui, j’avais un peu de vague à l’âme ce soir – pardonnez le jeu de mots – alors j’avais besoin d’un peu de conversation.

Mais, maintenant il va falloir vous réveiller. Vous avez votre vie d’humain qui vous attend dehors et puis, vous êtes en fin de cycle circadien, donc c’est le moment parfait pour vous lever.

On va pas vous croire quand vous allez raconter ça ? Ben oui, heureusement encore. C’est pour ça qu’on parle de “rêve” ou de “cauchemar”, selon les goûts. Mais je vais tout effacer de votre mémoire, c’est bien plus simple.

Vous aurez juste l’impression de ne pas avoir bien dormi. Désolé, je vous ai sucré deux cycles du sommeil avec mes petites angoisses.

Allez, on y va…

Quand je dis “pouet” vous ouvrez les yeux, d’accord ?

Pardon ? Comment, ça fait pas sérieux “pouet” ? Ah je vois, monsieur aurait préféré faire dans le mystique, dans le “Mektoub”, ou “Amen”, ou encore “Nabhah-Sprsam Dīptam” ?

Eh bien non, moi j’aime faire dans le “pouet” et à “pouet”, vous vous réveillez. Compris ?

Au revoir ? Pourquoi vous me dites au revoir ? Je reste ici, je ne bouge pas, c’est aussi chez moi votre corps, il n’appartient pas qu’à vous. Vous, les humains des villes, qu’est-ce que vous pouvez être personnel !… Partagez, bon sang !

Si vous pouviez voir de notre point de vue, vous comprendriez tout de suite la futilité de vos efforts d’accumulation de toutes sortes. Mais, on en reparlera peut-être. Non, pas tout de suite parce que c’est l’heure de vous réveiller maintenant.

J’ai dit non… ça suffit !

Et arrêtez vos jérémiades, sinon je vous quitte à votre prochaine poignée de main !… Ah, ça c’est la phrase qui calme à tous les coups.

Qu’est-ce que vous marmonnez ?… J’entends tout vous savez… Alors comme ça, vous ne toucherez plus personne et je ne pourrais pas vous quitter ?

[Rires]

…essayez !

[Sourires]

Humain, va !

Bon, allez, ça suffit. Trois, deux, un… pouet !!

[Ouverture des paupières.]

*illes : Genre neutre en langage éthéré (ils + elles)

 

(Photo : bitzcelt)

Commentaires

12 commentaires pour “Confessions d’une âme”
  1. Aude says:

    Enorme ! ça fait un méga pouet dans ma tête ?! J’avoue que parfois j’ai peur d’être prise pour une folle, mais la vie est tellement plus drôle vue sous cet angle…
    Y’a rien à ajouter, merci !

  2. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Aude pour ton commentaire ! C’est un article (ou plutôt une histoire) qui est là pour secouer et déranger. J’espère avoir un peu réussi…. En tout cas, ça me fait plaisir que nous ayons pu partager un méga pouet. 😉

  3. Salut Jean-Philippe,

    Superbe ! Extra, j’adore !
    Tant pour le style que sur le fond.

    Oui, là tu vas perturber nos amis epris de religiosité !

    Ainsi ne sommes-nous que de simples véhicules… 😉

    On remarque cependant que l’âme elle-même se pose des questions. Beaucoup de questions.

    Elle aussi est à la recherche sinon du sens, au moins d’un sens ?

  4. Jean-Philippe says:

    Merci Grégory pour les compliments ! Il faut régulièrement pousser les limites et voir jusqu’où on peut aller. Oui, cette âme fait beaucoup d’introspection, un peu comme nous. 😉

  5. Albin says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    ce soir est une première, je vous découvre! Je vous découvre grâce au billet du jour de Cédric Vimeux, qui à votre égard ne tarit pas d’éloges.
    Alors je suis passé faire un tour sur Amazon et en descendant dans la page je suis arrivé jusqu’ici, quel bonheur, quel plaisir de faire votre connaissance.

    Merci Jean-Philippe pour votre plume, pour votre façon de nous faire réagir. J’adore, j’adore parce que en vous je me retrouve. Votre analyse est si proche de ce que je ressens, que ce soir j’aurais avec plaisir partager un bon repas avec vous, pour pouvoir échanger avec un esprit si pertinent. Mais pour l’heure un continent nous sépare.
    Alors j’espère que nous puissions un de ces jours partager un bon repas japonais, quand j’aurai la possibilité de traverser ce continent.

    Pour l’heure je commencerai la lecture de ‘Êtes-vous une sardine’.
    La trame de votre livre me plaît tellement, que je commencerai par celui-ci au détriment du conseil du jour de Cédric. Ce sera sans doute le prochain.

    Pour l’heure UN GRAND MERCI pour votre partage.

    Bien à vous,

    Albin

  6. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Albin ! C’est très sympa d’expliquer comment vous êtes arrivé jusqu’ici. Le billet de Cédric Vimeux dont vous parlez, c’est lequel ?

    En tout cas, merci pour tous ces compliments qui me font chaud au coeur. :)

  7. Albin says:

    Bonjour Jean-Philippe,

    Merci à vous Jean-Philippe, c’est vous qui avez su m’émouvoir!

    Le billet dont je parle le voici; http://goo.gl/NwUjC.
    Excellente journée à vous,

    Albin

  8. Jean-Philippe says:

    D’accord Albin ! Effectivement, Cédric parle en termes très généreux de mon livre Réveillez votre génie. Mais, merci encore à vous de me l’avoir signalé. 😉

  9. Albin says:

    Tout le plaisir est pour moi! Et comme vous me redonner le lien, je profite d’aller l’acheter. Voilà c’est fait, dans mon Kindle.

    C’est après-midi je vais tout de même commencer ma lecture par votre cadeau; “Êtes-vous des sardines”. Je suis persuadé que je vais aimé, et vous laisserai un commentaire, une fois la lecture achevée.

    Encore merci Jean-Philippe.

    Bien à vous,

    Albin

  10. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Albin et bonne lecture ! 😉

  11. Daneuilie says:

    C’est très original,j’ai adoré cet article,merci Jean Philippe.J’ai fait le ménage dans ma petite tête,lol!

  12. Jean-Philippe says:

    Merci Daneuilie ! C’était un peu fait pour ça. 😉

Commentez ce billet