Une journée exceptionnelle

Par le 20 February 2012
dans Ma vie en sashimi

La pink ville

Alors que du côté de la plateforme Cloudbraining, les nouveaux membres font connaissance avec le reste de la communauté tout en lançant leur challenge sur 30 jours, aujourd’hui, moi, je vais faire un peu le grand écart.

J’ai pas mal de choses à accomplir (c’est rare car… je n’aime pas !) et surtout le point d’orgue du jour sera d’aller voir un film que je ne veux pas manquer.

Bon et alors ?… (Je vois déjà vos sourcils se hausser et votre doigt sur la souris prêt à fermer cette page nombriliste.)

Et pourtant…

(Ça fait très bien de dire “Et pourtant” à ce moment-là. Cela introduit une atmosphère de mystère, surtout avec les points de suspension derrière !)

Et pourtant…

(Le tout c’est de ne pas trop en faire.)

Et pourtant Si vous saviez…


Comment devenir bon

Effectivement, aujourd’hui est une journée spéciale.

Ce n’est pas le fait que j’écrive ce paragraphe depuis chez moi à Albi qui fait que cette journée est exceptionnelle. Ça, on peut tous et toutes le faire.

Ce n’est pas non plus le fait que le nouveau challenge Cloudbraining démarre donc aujourd’hui avec tout un groupe extrêmement motivé pour combattre la procrastination, quelque chose qui nous touche tous régulièrement.

Ce n’est pas le fait que ma prochaine histoire sera publiée sur le kindle dans une semaine et que je n’ai pas encore terminé sa rédaction, vu que j’ai changé trois fois d’histoire depuis le début du mois.

Et pourtant…

(Ça recommence !)


Comment être bon en quoi que ce soit

J’insiste pour dire que cette journée est exceptionnelle pour moi et ce n’est pas parce que j’écris en ce moment ce paragraphe dans le train entre Albi et Toulouse.

Non, écrire par petits bouts de différents endroits, j’ai pris cette habitude à Tokyo où on se déplace tout le temps en train. Ces longs trajets offrent la possibilité d’écrire ses articles sur un mini portable coincé entre un salaryman épuisé qui somnole et une étudiante qui pianote sur son iPhone bien plus vite que moi.

Ici dans ces trains TER que je découvre, les sièges sont bien séparés et il est facile de taper. Sauf après chaque arrêt où le conducteur repart avec une secousse qui est très désagréable au niveau de la frappe. Et là, on a pris un train qui va s’arrêter à toutes les gares !

Mais quand même, vous ne voyez toujours pas – pour l’instant – où se trouve “l’exceptionnalité” de cet article.

Et pourtant…

(Il fatigue avec ses répétitions. La ficelle est un peu grosse maintenant  !)


Comment être bon en quoi que ce soit, pour toujours

J’ai fini d’écrire mon billet de lancement pour Cloudbraining et donc je reprends cet article que je rédige maintenant depuis le café Columbus, tout près de la place du Capitole à Toulouse. Un endroit tranquille, parfait pour travailler en semaine.

Dans quelques minutes, je vais m’interrompre et je vais attaquer le dernier chapitre de ma nouvelle. Ensuite, j’enverrai le texte chez ma correctrice/éditrice qui va la rendre bien meilleure qu’elle n’est maintenant (évidemment lorsqu’on écrit depuis un café entre deux trains…).

Un peu plus tard, je retournerai sur Cloudbraining pour participer aux conversations et répondre aux nombreuses questions que se posent les nouveaux membres. Heureusement, là aussi je suis bien entouré. Une belle communauté qui connaît déjà toutes les réponses aura sans doute déjà rassuré et aidé les questionneurs. 😉

Après ?

Il sera temps d’aller voir un film qui me tient à cœur et qu’il est très difficile de voir en version originale. D’où la raison de notre venue aujourd’hui et pas un autre jour, créant ainsi – le hasard aidant – une accumulation de tâches à accomplir en une journée.

Je sais, peut-être que vous, vous accomplissez ça tous les jours sans avoir besoin de le claironner sur un blog mais pour moi qui ai des capacités plus “laidback” (pour le dire en anglais, cela reste exceptionnel).

Et pourtant…

(No comment.)


Comment être bon en quoi que ce soit pour toujours, for-e-ver !

J’écris ce dernier paragraphe depuis le MacDo près de la gare de Toulouse-Matabiau où il est maintenant 23h40. Dans quelques minutes, je publierai cet article et si vous l’avez lu jusqu’ici, c’est Yvon (l’expert en copywriting) qui devrait être fier de moi. :)

Le film était bon, nous n’avons pas été déçus et du côté de Cloudbraining, la communauté, vibrante, “pète le feu”. A 0h24, nous prendrons un bus (eh oui, il n’y a plus de trains à cette heure là) qui nous emmènera avec son doux ronronnement jusqu’à Albi où nous “atterrirons” à 1h54.

Tout ça pour voir un film ?

Oui, tout ça pour voir un film dont j’aurais pu attendre la sortie en DVD.

Mais je crois que ce qui fait le charme de notre existence, c’est de pouvoir faire ce que l’on veut en brisant les routines. Ça vous le savez aussi et vous l’appliquez sûrement dans votre quotidien.

Il n’y a là rien de spécial qui mérite un article aussi long et surtout, votre précieuse attention.

Non, la leçon que j’en tire c’est qu’il y a deux ans et demie, lorsque j’ai débuté ce blog, dans les montagnes vertes de Nikko, au nord de Tokyo, j’aurais été incapable d’accomplir toutes ces actions pendant ces quelques heures. Non seulement ça, mais en plus, je n’aurai pas même pu m’imaginer capable de le faire.

La clef de tout ça, elle est bien connue. Je l’explique en détail avec des preuves scientifiques dans mon guide Réveillez votre génie.

C’est tout simplement la pratique régulière.

C’est ce que je propose sur Cloudbraining et c’est ce que nous devrions tous et toutes faire régulièrement.

C’est aussi ce qui m’a permis de jongler avec plusieurs tâches aujourd’hui. Au tout début de mon blog, un article me prenait un temps fou, je le lisais, relisais et re-relisais avant d’appuyer avec un nœud dans la gorge sur la touche “Publier”.

Maintenant ? Je finis mon thé, je vais me relire rapidement et ensuite j’irai me faire bercer par un bus qui sillonnera la vallée du Tarn.

Le temps, est notre valeur la plus précieuse, non pas parce que nous le perdons mais bien parce qu’il nous permet de nous “sculpter”, de créer les artistes que nous sommes dans nos domaines respectifs.

S’il fallait juste appuyer sur un bouton pour devenir talentueux (rappelez-vous le film Matrix) quel serait l’intérêt ? Où serait notre plaisir, notre fierté de progresser ? Ce serait un petit peu comme ces enfants gâtés qui ont tout, tout de suite et qui ne prennent plaisir à rien.

Alors aujourd’hui moi, dans mon petit monde, j’ai eu beaucoup de plaisir à vivre ma journée exceptionnelle, le fruit d’une longue progression à petits pas.

Et pourtant vous ? Quand est prévue votre prochaine journée exceptionnelle (à vous) ? :)

(Photo : Grands sites de Midi-Pyrénées)


Commentaires

18 commentaires pour “Une journée exceptionnelle”
  1. Sidonie says:

    Ma journée exceptionnelle? C’est tous les matins. Entre six et huit. Coûte que coûte, papier et stylo en main, j’écris, j’avance, je ne regarde pas en arrière. Deux pages, écrites tout serré, chaque matin. Dans trois cents jours, ça fera six cents pages. Il sera temps de relire, de corriger, d’affiner, de changer, de taper tout ça à l’ordinateur. Surtout, j’insiste, ne pas regarder en arrière. Un pas de plus chaque matin. Pourquoi si tôt? Parce que c’est comme ça, que je me réveille tout naturellement. Le reste du temps? Je lis, je lis, je lis. Ou je redors un peu, faut bien récupérer, vu que je ne suis jamais couchée avant minuit, une heure. Ah! Oui! je vais aussi partir m’aérer quinze jours à Paris. Regarder le monde tel qu’il va. Reprendre mon souffle. Traîner dans les bistrots. Sans ordinateur, pour une fois. J’ai de la chance, on me prête un appartement. Ma journée sera encore plus exceptionnelle si je reçois un ou deux mails. Un petit lien, un petit signe, un geste d’attention, et ce sera grandiose.

  2. Jean-Philippe says:

    Eh bien Sidonie, quel programme ! Je suis certain que cela va aboutir à de belles choses car – je crois – que tu tiens là une technique d’écriture efficace. :)

    PS : Un ou deux mails ? Comment tu fais ? Tu filtres ta boite ?

  3. Amibe_R Nard says:

    Trop fort !

    Tu nous attires sur le titre d’un film, dont tu ne dévoiles rien.
    Sacré film, n’empêche, puisque vous êtes prêts à passer trois fois plus de temps dans les transports + attente que dans la salle de cinéma !

    Et pourtant…

    On ne sait toujours pas de quel film exceptionnel il s’agit, ni en quel VO il est !
    Dur, dur, ce mystère. :o)
    l’Amibe_R Nard

  4. Jean-Philippe says:

    Merci l’Amibe ! Oui c’était important pour nous. Il s’agit de Millenium (version Fincher) et, depuis que je suis rentré en France, c’est vraiment difficile pour moi de voir les films doublés. Comme je suis habitué aux voix originales des acteurs, soudain, cela parait ridicule.

    Et puis l’autre raison, c’est que j’avais lu la trilogie Millenium et j’étais curieux de voir comment on pouvait mettre un peu d’ordre dans le fouillis (agréable) des livres et en faire un film qui tienne la route. :)

  5. Virginie says:

    Merci Jean-Philippe pour ce grand moment d’écriture!
    J’ai lu ton texte attentivement, avide d’arriver au bout et pourtant…
    je connais déjà en partie l’histoire (vive Cloudbraining!),
    je suis abonnée aux trucs et astuces d’Yvon
    je suis spécialiste du marketing…

    N’empêche tu es un excellent écrivain, avec le sens du récit et du rythme.

    Et merci d’avoir dévoilé le titre du film, tout comme l’Amibe_R Nard j’étais carrément frustrée par ce suspens… sans fin!
    😉

  6. Jean-Philippe says:

    Merci Virginie ! Ce compliment venant de toi me touche beaucoup car je connais ton expérience dans ce domaine. Alors, je continue à apprendre avec les grand(e)s comme Yvon et toi. :)

  7. Sidonie says:

    Non, je ne filtre pas ma boîte… C’est que je ne veux pas trop demander…..

  8. Jean-Philippe says:

    C’est peut-être la meilleure solution ? Merci Sidonie !

  9. Aude says:

    Excellent ! Je me demande si je ne vais pas m’en inspirer ?
    Des journées extraordinaires comme celles-là, j’ai l’impression d’en avoir beaucoup mais elles ne se finissent jamais au ciné !
    Pourtant je jongle entre les enfants, péparer le repas, etc… et je trouve que c’ets pas si évident de retrouver sa concentration pour produire un article de qualité ! Alors chapeau, et perso je vais continuer à m’entraîner pour essayer d’arriver à ton niveau ?!
    Merci, tu nous transmets plein de peps et de bonne humeur !

  10. Aude says:

    J’ai posté un commentaire hier qui ne semble pas avoir été enregistré ? Alors je réessaie…
    Je disais à peu près ceci : que cet article est une bonne introduction à l’art d’écrire en ménageant le suspense sur un ton léger et humoristique !
    et que je tire mon chapeau à Jean-Philippe car je trouve qu’il n’est pas facile d’écrire en plusieurs fois, car si d’un côté ça peut permettre de renouveler l’inspiration, de l’autre il faut se reconcentrer et se remettre dedans à chaque fois ! C’est ce que je vis au quotidien (moi aussi j’ai des journées extraordinaires ;-)) entre les enfants et le reste !
    Donc je retiens ton plan… Merci !

  11. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Aude ! et désolé, ton commentaire était resté coincé dans les spams. En tout cas, ton propre blog est très joli et je suis certain qu’il va avoir du succès chez les amateurs de chevaux… et bonne chance pour “ton” cheval. 😉

  12. Florence says:

    “Le temps nous permet de nous sculpter”. Je retiens l’expression 😉

    Je n’ai jamais compris le besoin que peuvent éprouver certaines personnes de paraître plus jeunes que leur âge. C’est bien parce que nous avons vécu toutes ces années que nous sommes devenus ce que nous sommes aujourd’hui. Le temps est notre meilleur allié dans la conquête de nous-mêmes :-)

  13. Jean-Philippe says:

    Merci Florence ! Michel Onfray a écrit un livre intitulé, La sculpture de soi et j’ai toujours beaucoup aimé cette image, que je reprends régulièrement. Evidemment, je suis entièrement d’accord avec toi. 😉

  14. Isabelle says:

    bel article et bon sens du rhytme ! c’est vrai qu’à force d’écrire quotidiennement, l’écriture vient plus facilement, elle se fait plus fluide, plaisante à lire, comme ce blog

  15. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Isabelle pour ton commentaire ! La pratique – dans n’importe quel domaine – ne rend peut-être pas parfait mais c’est certain qu’elle améliore grandement les choses. 😉

  16. voyage says:

    Bon article, c’est comme si le sujet s’adresse à moi.
    Je suis malheureusement un spécialiste de la procrastination ces temps ci .. peut être que j’ai besoin de revoir “La conquête”, ça m’a fait de l’effet dynamique la dernière fois :)

  17. David says:

    Très bon article, merci !

Commentez ce billet