5 minutes pour mieux contrôler vos émotions

Par le 18 September 2009
dans Solutions simples

Vous savez où elle se trouve cette horloge?...

Notre vie de tous les jours, avec son rythme effréné, ne nous permet pas toujours de nous poser et de comprendre quelles émotions nous dominent. Parfois nous sommes indignés, à d’autres moments en colère, ou encore anxieux mais rarement en état de béatitude. Ce yo-yo émotionnel nous perturbe et nous nous sentons souvent comme un jouet incontrôlable.

Si vous avez lu mon article comment être de bonne humeur, vous avez découvert une méthode très efficace pour comprendre et changer vos pensées avant que vos émotions n’agissent. Mais parfois, les évènements se déroulent tellement vite que vous n’avez même pas le temps de réfléchir et vous voilà déjà en colère. Que faire alors pour limiter les dégâts?

5 minutes pour changer d’émotion

Comme moi, vous faites de votre mieux pour changer vos pensées avant que vos émotions ne prennent le dessus. Évidemment nous ne sommes pas des robots et il y a toujours des circonstances dans la vie où ceci ne suffira pas. Spécialement dans la vie de famille où étant habitué à vivre ensemble, on se contrôle moins, on se laisse plus aller.

Alors vous vous retrouvez à bouder parce que votre conjoint vous a fait une remarque qui vous a vraiment déplu pendant le petit-déjeuner. Vous voudriez bien sortir de cette situation que vous savez inutile, mais votre fierté vous empêche de le faire.

La méthode des 5 minutes vous permet alors de revenir à une situation neutre tout en sauvant (un peu) la face. C’est-à-dire que vous prenez un minuteur, le calez sur 5 minutes et pendant ce temps vous allez vous autoriser votre bouderie, votre colère ou tout autre émotion qui vous empêche de communiquer clairement avec votre partenaire. Sont bien-sûr exclues de ce système, toutes violences verbales et physiques.

Au bout de 5 minutes, vous claquez des doigts ou vous claquez une fois dans vos mains et vous souriez, reposé, redevenu calme. Le claquement de doigts ou dans les mains peut vous paraître un peu enfantin mais il est très important car votre cerveau a besoin d’un signe fort pour s’habituer à changer instantanément d’émotion.

En colère et fier de l’être

Si je commence à bougonner à la maison, il y a fort à parier qu’une remarque de Takako, ma compagne, a déclenché les choses. Non pas que cette remarque n’était pas justifiée mais plus sûrement que je n’avais pas envie de m’entendre dire la vérité toute crue. :)

Donc je m’accorde 5 minutes de colère. Je le lui dis et pendant 5 minutes je suis en colère, je peste et je dis ce que je pense de cette situation. Quand le minuteur sonne la fin des 5 minutes, je claque des doigts et, je souris. Takako, qui connaît bien cette méthode, a continué ses activités et après le claquement de mes doigts, nous reprenons la conversation là où nous l’avions laissée.

Bien préparer le terrain

Les toutes premières fois que j’ai appliqué cette méthode, euh… il a vraiment fallu que je force mon sourire mais avec de la pratique, cela vient de plus en plus naturellement. Cela prouve bien, encore une fois, que l’on peut changer à volonté d’émotion. En plus, il y a un petit effet thérapeutique. Vous vous autorisez 5 minutes de colère ou d’autres émotions pendant les lesquelles vous pouvez évacuer votre trop plein d’énergie.

Également, les premières fois où vous réussirez parfaitement à changer votre émotion après le claquement de doigts, vous serez un peu déconcerté par la facilité avec laquelle vous le faites. On se pense fort, mais finalement avec un peu d’entraînement on peut aisément changer notre état. Il n’existe de soumission à nos émotions que si nous le voulons bien.

Une chose primordiale est d’avertir votre partenaire avant de tenter ce genre d’expérience. Sinon, il/elle ne va pas comprendre votre attitude. Il/elle peut même penser que vous vous moquer d’elle ou de lui.

L’avantage, c’est qu’en prévenant votre partenaire à l’avance, il/elle se fera un plaisir de vous rappeler votre promesse, si vous vous mettez soudainement en boule et oubliez de signaler que c’est pour 5 minutes. Là, vous serez pris et si vous voulez être crédible, vous serez bien obligé de vous arrêter quand le minuteur sonnera.

Si vous appliquez cette méthode tous les deux, vous pouvez aussi établir un système de pénalités. Si l’un d’entre vous dépasse les 5 minutes, il/elle doit mettre 10 euro par minute en plus dans une cagnotte commune. Ça calme rapidement. 😉

Votre partenaire ne veut pas jouer le jeu

Vous pensez peut-être que si vous proposez cette méthode à votre partenaire il/elle va trouver ça ridicule. Posez-vous alors cette question: est-ce que votre partenaire veut vraiment améliorer votre relation? N’est-il/elle pas confortablement installé/e dans ces montagnes russes qu’est devenue votre vie privée? Bien-sûr, ne menacez pas car vous ne récolteriez que la tempête.

Soyez persuasif. Comment? Proposez d’être le premier à tenter l’expérience pendant un mois. Votre partenaire restera en terrain neutre, en arbitre. Devant votre motivation à respecter votre engagement, il/elle ne pourra que vous apprécier encore plus face à votre détermination à rendre votre couple meilleur. Logiquement, il/elle sera rapidement convaincu/e de tenter aussi l’expérience!

Apprécier les bons moments

Au final, que de temps gagné! Ne trouvez-vous pas que dans la vie, nous perdons beaucoup trop de temps en bouderies et autres colères, au lieu de déguster la vie ensemble? C’est tout de même paradoxal de vouloir le bonheur pour après se concentrer sur gagner des disputes, des petits conflits. A l’échelle de toute une vie, où ranger le beurre dans le frigo ne pèse pas lourd. Et pourtant, ces petites sources de conflits minent la vie en couple.

Dans ce cas, je pense que 5 minutes sont plus que suffisantes pour régler ce genre de disputes qui n’apportent rien au confort de la vie à deux, ou à plus si vous avez des enfants. Ces-derniers peuvent aussi bénéficier de cette méthode. Cela leur permettra de comprendre comment on peut, si on le veut vraiment, changer son attitude en un claquement de doigts.

Alors, si ça vous dit, testez cette méthode des 5 minutes et dites-moi comment ça se passe chez vous. Ou encore mieux, comment pourrait-on l’améliorer?

(Photo: christianmeichtry)

Commentaires

7 commentaires pour “5 minutes pour mieux contrôler vos émotions”
  1. fraZck says:

    Petite question subsidiaire concernant les enfants : je ne sais pas si tu as des enfants mais aurais-tu un retour d’expérience ? Et quel est l’âge des enfants ?

  2. Jean-Philippe says:

    Je n’en ai pas encore mais je travaille beaucoup avec des enfants de 5 à 12 ans et c’est un exercice que je leur propose. Mais, il ne faut pas leur imposer. Il faut leur expliquer que parfois tu es grognon et tu t’accordes 5 minutes de “moi-pas-content”. Explique-leur la raison. C’est parce qu’il y a plein d’autres jeux passionnants et je ne vais pas bouder pendant des heures!

    Donc, une fois qu’ils t’ont vu changer complètement au bout de 5 minutes, quand ils ne sont pas contents, donne-leur aussi la possibilité de sortir dignement d’une situation inconfortable en leur demandant “combien de minutes?” Ils vont peut-être dire 5 ou 3 et même 1 minute! C’est assez amusant. Pendant qu’ils font leur “moi-pas-content”, ne les isole pas, ils doivent rester dans le groupe ou avec toi. S’ils font mine de vouloir reprendre leurs activités avant la sonnerie du minuteur, rappelle-leur gentiment en les taquinant. Dis-leur par exemple qu’ils n’ont pas fini de tenir leur promesse.

    Très souvent l’appel du jeu est trop fort et il leur est difficile de rester dans le “moi-pas-content” longtemps. Après quelques jours ou semaines, dès qu’ils se plaignent, le seul fait d’évoquer les 5 minutes les fait redevenir instantanément plus sociaux.

    Bien-sûr, chaque enfant est différent, donc sois prudent. De plus, tout ce que j’explique là, c’est juste mon expérience. Je ne suis pas spécialisé dans le comportement des enfants. Mais, j’essaie toujours de trouver des techniques pour les aider à s’ouvrir sur le monde et à ne plus rechercher que l’acceptation des adultes. C’est un autre sujet et ça me donne plein d’idées pour des articles! Merci fraZck :)

  3. Nicolas says:

    Bon, je dois avouer qu’en ce qui me concerne, je suis hors-jeu, “inapte au service” pour cette méthode qui me semble excellente pour les personnes calmes, dociles et pacifiques. Je démarre au quart de tour et lorsque mes chevaux sont lancés, on a beau tirer sur les rènes, rien n’y fait !!!

    Mais je vais essayer !

  4. Jean-Philippe says:

    Nicolas, merci beaucoup de partager votre expérience personnelle. :) Dans votre situation puis-je suggérer 2 choses? Peut-être que ça pourra vous aider.

    D’abord si vous vous dites que vous êtes “inapte au service” vous le serez à coup sûr. Une approche beaucoup plus optimiste est votre conclusion où vous ouvrez la porte à une possibilité de réussite.

    La deuxième chose est que vous avez un caractère fougueux. Dans ce cas, au lieu d’en faire une coupable, mettez cette fougue à votre service, faites-en une alliée. Par exemple, lancez-vous un défi réaliste du genre “cette semaine au moins une fois, je réussirai à appliquer la stratégie des 5 minutes et je m’offrirai une récompense”. Cette récompense doit bien-sûr avoir une grosse valeur à vos yeux.

    Si vous commencez tout petit, vous pouvez changer petit à petit. Il faut du temps mais avec chaque réussite, vous vous faites du bien et à ceux qui sont autour de vous. Le but n’est pas de devenir un moine zen (votre caractère est aussi votre force) mais d’arrondir les angles. Bonne chance et tenez-nous au courant de votre premier succès. :)

  5. Marie Pierrette says:

    Mes 3 enfants ont vraiment beaucoup de talent pour se chamailler, se disputer, se taquiner, s’écoeurer, se faire fâcher… Eux,ils sont morts de rire (jusqu’à ce qu’ils pleurent)tandis que moi je ne suis pas très heureuse de leurs comportements. Je vais essayer ta méthode du 5 minutes. Mon plus vieux (11 ans)est toujours fâché contre quelque chose…peut-être que ça pourrait l’aider ;o)

    Qu’arrive-t-il si nous avons le désir d’être fâché plus longtemps que 5 minutes?

  6. Jean-Philippe says:

    Justement Marie Pierrette, le jeu est d’arriver à stopper au bout de 5 minutes. Il faut le prendre comme un défi du genre “pas cap !” ou “C’est peut-être trop difficile pour toi ?”

    …alors ça marche ?

  7. Albert says:

    Un petit challenge que Christine a mis en route il y a quelques jours devrait vous plaire, ça s’appelle : “j’arrête de râler” et c’est ici :
    http://jarretederaler.wordpress.com/

Commentez ce billet