La femme sans peur (8)

Par le 25 June 2012
dans Des histoires

l'image d'une senteur fraiche

Cet article est la suite d’une histoire commencée ici.

On pense toujours que les yeux des escargots, situés tout au bout de leurs antennes supérieures, sont leur moyen principal d’appréhender le monde autour d’eux.

En fait, c’est faux.

Ils voient très mal et ne se fient pas à la vision dans leur vie quotidienne. En plus, ils n’ont pas d’ouïe. Non, les escargots utilisent principalement leur odorat.


Ils possèdent un bulbe olfactif et leurs antennes supérieures sont chacunes munies d’un “nez” qui se situe sous les yeux. C’est d’ailleurs la seule partie de leur corps qui ne soit pas couverte de mucus et, comme ils en possèdent deux de ces nez, les escargots ont la chance d’avoir un odorat en “stéréo” ou en HD !

Quant aux antennes inférieures, elles sont également tactiles et permettent aux gastéropodes de toucher et de surtout “goûter” leur environnement.

Ces organes sont donc tellement vitaux pour eux que si l’une de leurs antennes est brisée ou coupée, elle repousse comme le ferait la queue d’un lézard ou la branche d’une étoile de mer.

Ainsi, les escargots se baladent, tranquilles, agitant leurs antennes, non pas pour mieux voir mais pour mieux saisir les odeurs autour d’eux.

Et ce matin, les multiples nez de Speedy, en on sentit des choses !

D’abord, il y a eu cette senteur fraiche, naturelle, fleurie qui tourne toujours autour de lui et qui souvent, le manipule avec douceur. Il y est habitué, elle n’est pas désagréable, bien au contraire, mais après, elle se mélange trop souvent à une odeur acre, désagréable qui inquiète Speedy, comme ça c’est passé ce matin.

Et puis, il a été déposé dans sa boite. Mécontent, il en est ressorti immédiatement… non mais !

Ensuite, notant l’absence de cette senteur claire, Speedy a entrepris d’explorer les alentours de sa boite. C’est toujours passionnant. Il y a systématiquement des objets intéressants à toucher et à manger. Il a d’ailleurs fait un petit festin sur quelque chose de très lisse et de très bon qu’il a enduit de son mucus brillant avant de le déguster.

Il a aussi exploré une vaste plaine tout plate sans rien à grignoter.

Et puis après, il a senti de nouvelles choses. Il y avait de nouvelles présences autour de lui. Elles se sont approchées émettant des odeurs assez fortes mais pas désagréables. L’une d’elles l’a même touché.

Il n’a pas senti cette odeur acre qui le met mal à l’aise.

Les présences se sont remuées tout autour de lui pendant un bon moment. Il a eu le temps d’aller jusqu’au bout de sa plaine déserte jusqu’à un précipice et ensuite, de revenir grignoter cette chose plate et très fine, au très bon goût.

Après ? Et bien comme dans toute bonne expédition, il faut savoir récupérer et Speedy, ne sentant plus aucune odeur autour de lui, est allé se reposer dans sa boite. Il a replié ses antennes et s’est enroulé dans sa coquille à côté des lamelles de champignons.

Un peu plus tard, une nouvelle présence l’a réveillé.

Un peu de mauvaise humeur, il a déplié ses antennes pour en savoir plus et ses informations olfactives ont été formelles.

La senteur fraiche qu’il connait le mieux est revenue et elle s’agite dans tous les sens.

Speedy, mal réveillé, note quand même un fait étonnant. L’odeur acre qui accompagne toujours cette senteur est pratiquement absente. C’est bien meilleur comme arôme ! S’il pouvait le faire, il en sourirait. Alors il sourit avec ses antennes en les agitant dans tous les sens. La senteur est quand même bien plus agréable sans cette acidité. Il aimerait bien qu’une main se tende, tiens…

Mais cela ne risque pas de se produire. Pas maintenant.

Car Trinity, qui vient d’entrer en trombe dans la chambre, a d’autres chats à fouetter. Elle porte encore son micro et s’est éclipsée dès la fin de la conférence, répondant à peine aux différents compliments et aux mains qui se tendaient pour la féliciter..

Dès qu’elle voit le lit bien fait, son cœur se serre. Elle bondit dans la salle de bains et à genoux, attrape des deux mains la petite poubelle. Vide ! Un sac en plastique tout propre confirme que les femmes de ménage sont bien passées.

Trinity revient dans la chambre, jette encore un coup œil autour d’elle. Oui tout est bien rangé, sauf le bureau où sa petite note d’avertissement trône contre la boite de Speedy. Ce dernier pointe d’ailleurs ses antennes aux quatre points cardinaux, aspirant goulûment les diverses informations olfactives.

Non pas maintenant, pense Trinity, Je n’ai pas le temps de jouer avec toi. Elle remarque, en passant, la trace brillante laissée par le petit gastéropode sur la table et la pause casse-croûte qu’il a faite avec une feuille de papier qui trainait par là. Un de ses coins a proprement disparu.

Trinity ressort vite de la chambre et à pas rapides, s’élance dans le couloir, un peu essoufflée, histoire de voir si les femmes de ménages sont encore à l’étage. Son cœur bat à nouveau la chamade mais pour d’autres raisons.

Il faut qu’elle récupère ces pilules.

Il le faut !

Mais tout est vide. Pas même un plateau repas au sol ou un chariot rempli de draps à laver. Rien.

Le souffle de Trinity s’accélère encore.

Il faut que je me calme, se dit-elle en revenant pratiquement au pas de course. Elle essaie encore de prendre de grandes inspirations et puis, d’un coup, elle s’arrête. En plein milieu du couloir.

Sans regarder, elle tend la main pour toucher le mur et s‘y appuyer.

Lentement, elle s’y adosse, penchant la tête en arrière.

Elle porte la main à son cœur.

Elle tente une autre inspiration.

Ce n’est pas possible, pense-t-elle.

(A suivre)

(Photo : Iluisanunez)

Commentaires

13 commentaires pour “La femme sans peur (8)”
  1. Amibe_R Nard says:

    Ce n’est plus de la confiance en soi, c’est un accès de panique !

    Par contre j’aime bien la mise en parallèle de l’escargot et de Trinity speedée.
    Le contraste est excellent, comme l’apport de connaissances sur les escargots.

    Sûr, les escargots, on ne les regardera plus pareil après ton texte. :-)
    L’Amibe_R Nard

  2. Jean-Philippe says:

    Merci L’Amibe ! Oui, il y a beaucoup à apprendre des escargots… et ce n’est pas fini. 😉

  3. Julien_S says:

    J’essaie de suivre certain de tes romans mais pas toujours évident de tous les lires ^^

    J’ai commencé à lire le début de celle-ci et j’viens de finir la 8eme partie, on sent la fin bientôt !

    Au bout d’un moment, j’avais l’impression que finalement, c’est pas les pilules qui faisait que le chimiste était sur de lui mais la croyance qu’il y mettait dedans.

    De ce fait, quand Trinity en mange une, ça ne lui fait rien. PAR CONTRE, son escargot lui fait de l’effet comme on a pu le remarquer.

    Du coup, je me suis dit que ça s’trouve, quand elle est devant la salle, ce n’est pas forcément la pilule mais la croyance qu’elle a en son escargot et “son pouvoir d’apaisement”.

    Enfin je m’emballe un peu moi voilà mon idée. Et au final, le chimiste n’a pas inventé un produit miracle, il s’est juste fondé une croyance sur laquel se reposer pour être sûr de lui !

  4. Jean-Philippe says:

    Merci Julien pour tes efforts ! Pour t’aider, à la fin de l’année, il y aura une compilation qui sortira. 😉

    Sinon, je te remercie beaucoup pour ton analyse de texte et tes prédictions ! Alors, est-ce que tu as raison ?… 8) (A suivre !)

    En tout cas, tu as l’imagination fertile, tu pourrais développer tes histoires, non ?

  5. Julien S. says:

    Faudra pas que je loupe ça alors ^^

    Bah là c’est surtout ton histoire qui m’a fait pensé à ça et qui aurait pu coller mais sinon j’aurai du mal à faire des histoire et partir de “zéro” comme toi 😉

  6. Jean-Philippe says:

    Merci Julien mais je ne pars de zéro ! Il y a toujours un déclic par rapport à quelque chose. Par exemple des pilules ou un escargot. 😉

    PS : Merci pour les vidéos sur ton blog. Du beau travail de “curation”. 😉

  7. Soraya says:

    j’ai du être un escargot dans une vie antérieure! ;P

  8. Jean-Philippe says:

    Merci Soraya pour cette révélation ! Speedy Soraya ? 😉

  9. Damien says:

    … noooooon, elle ne va canner, pas maintenant … sinon je la ranime moi ! Son coeur doit battre à une vitesse impossible à croire , non ?

    … bon allons vérifier…

  10. Excellent, comme d’hab :-)

Commentez ce billet