Une deuxième vie

L'avenir...

Un jour j’ai fait un rêve.

C’était tout simple : je pouvais recommencer ma vie mais, en gardant tout le savoir que je connaissais déjà. Pas les connaissances classiques comme on les apprend à l’école ou bien dans le cadre de son travail. Seulement celles sur l’humain qui permettent de comprendre comment nous fonctionnons et comment interagir avec les autres.

Ça  vous dirait de vivre ça pour de bon ?

Naissance

Imaginez une seconde : vous recommencez votre existence mais vous savez déjà comment communiquer de façon naturelle avec les autres, comment vous motiver, comment apprendre intelligemment, etc.

L’avantage est énorme parce que si je considère notre société à l’heure actuelle, ce travail n’est pas vraiment fait par les parents – regardez votre propre éducation – , il n’est pas fait à l’école non plus et personne, sauf parfois un mentor, ne va vous aider.

Comment les apprend-on alors ?

Tout simplement de nous-mêmes, au fil de la vie, en testant, en faisant des erreurs, en recommençant et en mémorisant plus ou moins bien ce qui fonctionne.

Alors c’est certain que cela peut prendre du temps… et toute la vie n’est souvent pas suffisante pour bien maitriser ces domaines. Non pas qu’il faille être parfait mais le temps que nous passons individuellement à apprendre tout ce savoir pourrait être utilisé à avancer vers nos buts et à rendre les autres  plus heureux.

Et puis, je ne compte pas ceux et celles qui abandonnent en cours de route. Ceux et celles qui se referment, ceux et celles qui se glissent sous leur coquille parce qu’ils ont été touchés, heurtés ou blessés, à cause de leur manque de savoir dans ces domaines cruciaux pour avoir une vie équilibré.

Je pense que nous avons tous et toutes des souvenirs très clairs de ce style.

Enfance

L’idéal ce serait que dans les écoles, on intègre directement ce savoir. Par exemple, c’est bien de faire de la trigonométrie – comme le dit Seth Godin dans son dernier manifeste – mais pour l’immense majorité des gens, c’est un savoir inutile pour le reste de sa vie.

Ainsi, pourquoi ne pas remplacer la trigo, les équations du 2ème degré, etc, par des connaissances bien plus pratiques, qui nous seront utiles tout au long de notre vie ? Vous me direz, encore faudrait-il qu’il y ait des profs formés pour ça…

Moi, je suis certain qu’il y aurait un grand nombre de volontaires dans le corps professoral pour enseigner ce type de savoir, un peu comme le faisait le prof de mythexmalotie dans Une étrange école. S’il y avait un peu de volonté au plus haut niveau. On peut rêver…

En plus, de nos jours, ce ne sont vraiment pas des matières superflues. Il faut savoir communiquer, c’est impératif pour faire sa place au soleil dans la société. Par exemple, être assertif n’est pas inné, cela s’apprend.

Alors, en attendant, nous arrivons à l’âge adulte avec un manque cruel de connaissances interpersonnelles réelles. On se débrouille comme on peut, on fait des erreurs, on se bloque et on passe sa vie à “boitiller” socialement.

C’est dommage, non ?

Adolescence

Pour tout vous dire, je parle de cela aujourd’hui, parce qu’à la suite de ce rêve dont je vous parlais en introduction, j’ai voulu explorer le sujet sous forme de récit et ce sera le sujet de ma prochaine nouvelle qui sortira lundi prochain dans la boutique kindle d’Amazon.

Vous serez sans doute surpris par la façon dont je traite le sujet. J’y aborderai aussi le thème universel de la mort et de ce qui est important dans l’existence (on ne se refait pas !) mais, je ne vous en dit pas plus ! Le livre, “Je veux une deuxième vie (parce que j’ai raté la première)”, vous sera aussi disponible gratuitement en pdf si vous achetez la version kindle (2,99 euro). Et puis, comme d’habitude, il y aura de cadeaux à gagner. 😉

Comme d’habitude, si vous désirez en rédiger une chronique, n’hésitez pas à me contacter (jp[AT]revoperso.com) afin que je vous fasse parvenir une copie du livre. 😉

Adultescence

Nous qui n’avons pas eu cette chance d’avoir les classes qui, dans un futur plus ou moins proche, permettront aux élèves d’être plus à l’aise dans leur vie sociale, que pouvons-nous faire ?

Le développement personnel est un secteur en plein boum, vous l’avez sans doute remarqué, parce qu’il y a, de plus en plus de personne, qui ont cette demande. Le problème c’est qu’on y trouve de tout dans ce domaine. Pratiquement personne n’est habilité (moi le premier) à en parler et nous ne faisons tous que relater nos expériences et nos lectures.

Alors je crois que pour vous, c’est la même chose que vous devriez faire.

C’est à dire ?

Choisir un domaine que vous désirez développer et, lire, lire, lire (livres et blogs). Ensuite ? Faire votre propre jugement et appliquer, appliquer, appliquer. Après ? Corriger le tir et recommencer, recommencer, recommencer.

Que vous vous amélioriez dans ces domaines dépend uniquement de vous. En tant qu’adulte, personne ne viendra vous chercher par la main pour vous aider. C’est à vous de prendre l’initiative et vous le pouvez.

Regardez bien dans votre passé : lorsque vous vouliez vraiment quelque chose, vous l’avez bien obtenu, non ? Que ce soit cette télé à écran plat, ce nouvel ensemble tendance ou cette nouvelle voiture. La seule différence, c’est que cela va vous coûter bien moins cher et que ce vous sera bien plus utile… à vie. 😉

N’attendez plus ! Même si ce que je dis est très général (pour toucher le plus de personnes parmi vous), je suis certain que vous pouvez trouver des applications dans des domaines précis de votre existence.

Votre deuxième vie peut commencer aujourd’hui même.

Vous n’avez besoin de l’autorisation de personne.

C’est à vous de vous la donner. :)

(Photo : Fadzly @ Shutterhack)

Commentaires

15 commentaires pour “Une deuxième vie”
  1. Alexandre says:

    Salut J-P,

    Dans ce récit tu veux parler de la mort pour faire prendre conscience de l’importance de chaque journée c’est ça ?

    Al

  2. Jean-Philippe says:

    Merci Alexandre ! Tu ne crois pas si bien dire. 😉

  3. Michael says:

    Salut Jean-Philippe,

    c’est une réflexion que je me suis faite également en commencant mon blog…

    L’école ne nous explique pas comment nous fonctionnons, comment les autres fonctionnent et comment vivre avec eux?

    Le seul cours qui aborde cet aspect là, c’était mes cours de philo… mais bon ils n’étaient pas vraiment mis en valeur.

  4. Jean-Philippe says:

    Merci Michael pour ton commentaire ! Je crois que les cours de philo sont un peu obscurs en général… à moins d’avoir un prof hors du commun à la Michel Onfray. 😉

  5. ne pas rater sa vie… une bonne idée!
    et ne pas considérer que la réussir c’est accumuler des biens matériels…
    non, c’est se réaliser soi-même… être bien dans sa peau, aller vers la sagesse des grecs ou des bouddhistes… agir pour le bien dès que l’on peut, aimer les autres, aller vers eux, accepter ce à quoi on ne peut rien… sagesse paysanne, de bon sens, malheureusement fort oubliée
    pas besoin pour moi de çà, mais je suis déjà “vieille”, et j’ai fait mon parcours de vie, sachant depuis toujours que la mort rôde en permanence… est-ce pour cela? je suis heureuse de mon parcours et peut-être aurai-je la possibilité de continuer un peu? peu importe…

  6. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup pour votre commentaire Jacqueline ! On aimerait tous et toutes pouvoir dire la même chose lorsque nous arriverons vers le “périgée” de notre existence, qui peut se produire n’importe quand…

    Un des membres de Cloudbraining a cité cette phrase que je trouve très belle :

    « Ce que nous faisons pour nous-même meurt avec nous. Ce que nous faisons pour les autres et le monde demeure et est immortel. » – Albert Pine

    Voilà ce que devrait être la seconde (ou mieux, première) vie de chacun. :)

  7. Orphéa says:

    C’est vrai que si on pouvait accumuler au fil des générations toutes nos connaissances “de vie” on pourrait avancer encore plus loin dans notre connaissance du monde et des autres.
    Mais après tout peut-être que ce processus d’apprentissage est intéressant également, parce que c’est lui qui nous fait grandir et comme nous sommes tous plus ou moins boiteux socialement (d’une manière différente pour chacun) c’est aussi ce qui enrichi notre monde.

  8. Orphéa says:

    Tiens d’ailleurs j’aimais bien la “Nouvelle école”… une suite est prévue pour bientôt ? (enfin je dis ça, je dis rien, un peu comme les “9 étoiles du désert” sa rédaction avait surement été interrompue par les éventements au Japon)

  9. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Orphéa pour tes commentaires ! Je suis étonné par ta mémoire, vraiment, car c’est en effet au moment du tremblement de terre de Tokyo que j’ai interrompu et Les 9 étoiles et Une étrange école.

    En fait, j’avais quelques chapitres d’avance mais je n’avais pas envie du tout d’y toucher. J’apprécie que tu me relances gentiment car, après le 11 mars, il sera peut-être temps de rouvrir ces “dossiers”. 😉

  10. Salut Jean-Philippe,

    Je suis tout à fait d’accord avec ta vision de cette nouvelle école plus spirituelle. Je me suis souvent posé la question de comment serait notre société si on nous avait inculqué tous ces principes de base de la vie.

    La faute à qui ? On connait tous la réponse :/, ça fonctionne plutôt bien le contrôle de masse non ? Mais bon ce n’est pas le sujet de cet article, peut être une autre fois :).

    Je ne suis pas là pour que l’on s’apitoie sur notre sort, mais plutot que l’on sorte la tête de l’eau. Je pense sincèrement que notre société est arrivée à un stade ou une prise de conscience est impérative.

    Il est temps que les gens prennent en main leur existence au lieu de se laisser se faire mener le bout du nez par les médias et notre société de consommation qui ne véhiculent que des valeurs négatives (peur, manque, limitation, fierté, égoïsme, violence etc).

    Heureusement pour nous le mouvement du développement personnel gagne de plus en plus de terrain et la vague de la positive attitude prend de l’amplitude et traverse les frontières à travers le monde.

    Il est de la responsabilité des partisans de ce mouvement de transmettre à leur entourage le message qu’une vie meilleure et bien plus belle les attend. Une existence où l’on vit ou lieu de survivre. Une existence qui nous revient de droit, car notre seul but dans ce monde est d’évoluer, progresser et croitre.

    Salutations

  11. Jean-Philippe says:

    Merci pour ce profond commentaire Grégory ! C’est presque un manifeste que tu nous fais là et je suis très heureux de te sentir aussi motivé. On a besoin de gens comme toi pour faire passer le message. Alors, en avant. 😉

  12. ChrisToonet says:

    Il y a plusieurs thèmes dans cet article ! Une deuxième vie tout de suite en profitant de l’expérience acquise : oui, je suis tenté, mais je pense aussi qu’il faudrait “couper” avec le passé pour se libérer de ce qui a pu nous “contraindre”. Une deuxième vie, après la mort ? là on aborde un sujet vaste et sans réponse, je veux dire fournie par quelqu’un qui nous en raconte le vécu !
    La citation d’Albert Pine est très intéressante, mais sommes nous surs que l’expérience acquise par le “monde” (je dirais notre civilisation) va perdurer ? Les civilisations vivent et meurent aussi, et ne laissent que quelques pierres, qui ne donnent pas toute la dimension des vies de ce temps là !

  13. Jean-Philippe says:

    Merci ChrisToonet pour ton commentaire ! Vu sous l’angle de la civilisation, tu as raison, à un moment ou à un autre, tout ce que nous avons bâti en sagesse disparaîtra.

    Est-ce qu’il nous reste quelque chose de la sagesse sumérienne, par exemple ? En fait, je dirais oui, parce que leurs acquis ont permis aux hommes d’améliorer leur vie. Sans leurs connaissances, nous n’aurions pas pu être ici, ce sont des étapes nécessaires. Et ainsi de suite avec chaque civilisation, je crois qu’il reste quelque chose qui se fond dans la culture suivante.

    C’est peut-être cela que voulait dire Albert Pine. :)

  14. Grégory says:

    Coucou Jean-Philippe,

    Adultescence, c’est superbe ça, j’aime beaucoup 😉

    Tu as complètement raison : nous seuls sommes les acteurs de notre vie, les véritables moteurs.

    Et tu fais bien d’avoir des propos généraux, comme ça chacun peut justement en faire l’application qui lui convient. C’est bien comme cela qu’est le langage de l’hypnose non ?

    Au fait : j’ai le plaisir de t’annoncer que tu as été tagué….

    Tu ne comprends pas ?

    Je t’invite à lire mon article “Moi Tagué ? Par Tag Adwars”, tout va s’éclaircir tu verras 😉

    A tout de suite

    Grégory

  15. Aude says:

    Si je devais recommencer une deuxième vie, j’aimerais rester innocente comme l’enfant… Car si nous étions tous restés enfants (je parle de l’enfant encore “pur” et pas déjà amoché par la vie en société !), nous n’aurions pas de problèmes de communication entre nous ? L’enfant sait ce qui est bon pour lui (mis à part quelques conditions de sécurité etc…) et il le fait, il explore sans tabous, il est toujours dans l’instant présent, à rechercher le plaisir dans ce qu’il fait, à s’entêter pour réussir comme quand il apprend à marcher. S’il n’y arrive pas, il se met en colère mais sa colère est vite balayée par autre chose (alors que nous sommes capables ensuite de rester aggripés à elle pendant des années ?);
    Bon, c’était juste un clin d’oeil ! Le problème c’est que, enfants, nous sommes rapidement en contact avec des gens remplis de “croyances fausses” sur la vie etc, nos parents pour commencer ! Je trouve que la vie nous apprend à être compliqués et retors, alors que tout est si simple à la base… En fait, j’ai l’impression qu’il y a surtout à désapprendre de tous nos conditionnements, c’est en ce sens que j’aime l’idée de la pureté et de l’innocence de l’enfant…
    Pour moi, le développement personnel, c’est aussi ça, désapprendre tout un tas de conneries qui programment nos comportements ! Et effectivement, si l’école pouvait au moins éviter de nous en rajouter une couche…
    A bientôt, j’apprécie de te lire !

Commentez ce billet