Les testamentés

Par le 15 December 2011
dans Des histoires

C'est QM2, le vrai !
(Attention, ce texte comporte un langage plutôt cru.)

16 février 2012

La vieille est morte.

On ne la regrettera pas, non. Elle nous a emmerdé toute la vie. Dans son foyer pour retraités de St-Juéry, combien de fois on a dû faire l’aller-retour pour aller la visiter.

On avait rien à dire. Parler de quoi ? Pas de projets, pas de communication entre nous. Ou si, elle voulait qu’on lui lise son Paris-Match. Chaque semaine. Putain de corvée.

A la fin, on lui relisait le même numéro. Elle se rendait plus compte. Parce que c’est pas donné ce torchon. Pour voir toutes ces photos de cons aux sourires de VRP. Et lire toutes leurs bobards.

S’emmerder oui.

Elle aurait quand même pu clamser plus tôt, non ? Mais je le voyais bien qu’elle s’accrochait. Je le voyais bien qu’elle nous faisait attendre. Exprès.

C’est comme si elle avait l’œil sur le calendrier, comme si elle attendait quelque chose de précis.

Et puis d’un coup, elle est partie, la nuit dernière, sans tambour ni trompettes.

Même pas malade en plus.

Elle nous aura surpris jusqu’au bout la vieille.

Le directeur, son air triste de circonstance en bandoulière, nous a demandé ce qu’on voulait faire de ses effets personnels. J’ai eu envie de lui répondre qu’il n’avait qu’à tout foutre au feu mais ça n’aurait pas été correct.

De toute façon, ça tenait dans 3 cartons, alors !

On a tout jeté à l’arrière de la camionnette et puis voilà, je brûlerai tout dans la cour.

On est rentré. Mounette m’a demandé si on pouvait garder l’album-photo qu’elle a pris dans un des cartons.

C’est tout.

Quoi ? Elle est morte, non ? Même si on fait des prières et autres bondieuseries, elle va pas revenir.

Heureusement d’ailleurs.

Un peu avant le diner, j’ai reçu un coup de fil. Le deuxième de la journée. Encore une embrouille ? Ça ferait beaucoup en un jour.

Un gars avec une voix de crécelle m’a demandé si j’étais le fils de la vieille. J’ai presque eu envie de lui répondre de travers. Mais, bon, j’ai dit oui et alors, il m’a embrouillé en m’disant qu’il était notaire et que la vieille avait laissé un testament.

J’ai dû lui faire répéter.

Un testament, elle ? Pourquoi faire ? Trois cartons, c’est tout ce qui lui restait dans la vie, alors un testament…

Elle veut encore nous faire chier, oui !… depuis l’enfer !

Mais parait que c’est sérieux et le notaire a insisté pour que je me pointe à son bureau demain à 11h00. C’est important qu’il a dit.

Ça m’emmerde.

Parce qu’il va falloir que je demande encore une demie-journée à Tony, le chef de chantier. Et Tony il aime pas trop qu’on se débine quand y a du boulot. Surtout qu’on doit finir l’installation des conduites de gaz de la rue Teyssier. Boulot chiant, ça pèle, il pleut et on finit la journée plein de boue.

Mais moi, Tony y me fout la trouille. Toujours sur ton dos. Toujours quelque chose qui va pas. Fait chier. Va falloir que j’l’appelle chez lui putain, pour lui dire de me donner encore une demie-journée, à cause de cette foutue vieille qui nous fait sa duchesse et qui se la joue testamentaire.

Que des emmerdes.

Va falloir que je ressorte le costard. Déjà que je l’ai mis aujourd’hui et on s’est pris une sacrée trempée. Demain, pour aller voir le pince-sans-rire, y va pas faire premier de la classe, mon trois pièces. La Mounette, elle va pas être contente.

C’est elle qui repasse.

J’m’en fous. Je me fous d’tout.

Au moins, on en a fini avec la vieille… Bon, elle nous oblige quand même à jouer les prolongations sur ce coup là…

Un testament, j’te jure !

Mais elle Mounette, ça l’a fait cogiter quand je lui ai dit pour le notaire. Elle a commencé à se faire des idées. Genre loto. Bingo. Jackpot. Las Vegas. Monte-Carl.

La pauvre, elle connaissait pas bien la vieille.

L’oseille, elle l’a tout bouffé ! Rien pour son fils, tout pour elle.

Juste d’y repenser, j’en ai les amygdales qui dansent la java.

Et y devait y en avoir de la thune. Parait qu’ça venait de la grand-mère qu’avait fricoté avec les boches et qui les avait bien entubés sur je sais-pas-quelle-affaire.

Vive la France.

Des millions qu’y avait.

La mater, c’est la bonne patriote. Elle y a mis du sien pour tout claquer.

Je dis ça parce que j’ai rien vu du tout.

Pas un kopeck.

Elle me collait tout le temps dans des internats plus pourris les uns que les autres. Elle pouvait, elle était pleine aux as. Et pendant que les Jez* essayait de me tanner, elle menait la grande vie.

De temps en temps, elle m’envoyait des cartes postales. Rome, Suez, Athènes, Istanbul etc. Pour sûr, son truc c’était bien la méditerranée, en croisière s’il vous plait. Non-stop.

Et Kairouan. Ah, qu’est-ce qu’elle m’a bassiné avec son Kairouan. Elle me le rabâchait à chaque fois qu’elle me revoyait.

Au début, j’ai cru que c’était son jules.

J’imaginais déjà un père, un Jack Kairouan, un aventurier contre tout guerrier. Mais non. Le jour où elle m’a montré les photos, j’ai compris que c’était un bled, en Tunisie. Avec une grosse mosquée. Ça aurait plus à Mounette. C’est une musulmane. Plutôt c’était.

La vieille, elle s’extasiait.

“Mon trésor, si tu avais vu Kairouan… i-nou-bli-able ! L’azur claquant du ciel, le sable doré des plages.”

Ouais, et moi je marinais toujours dans les dortoirs gris et poussiéreux.

Ma vie ? Simple, c’était coups de triques derrière les étiquettes et vue sur le mur du réfec décoré d’un moucheté lentilles-épinards réalisé au lance-fourchette.

Maintenant ton Kairouan, tu sais ce que j’en pense ?

Mounette, elle s’fait des films. Un héritage secret. Une part de l’argent des boches. Moi j’lui réponds que si elle avait encore eu des munitions, elle aurait pas croupi dans le mouroir de St-Juéry.

Ça lui a fermé son clapet à la Mounette.

J’en ai rien à foutre du notaire et de sa paperasse. Qui sait si y va pas me demander d’allonger ? Des fois que la vieille lui aurait laissé une belle ardoise, et que ce tocard m’attire là-bas pour recompter mes fraisiers ?

[Soupir]

Testament… j’t’en foutrai moi…

[Soupir]

La vie, elle m’a pas fait de cadeau. Elle m’a apporté que des emmerdes. Tout ce que j’ai fait, j’l’ai foiré.

Et c’est pas demain que ça va changer.

*Jez : jésuite

(A suivre)

(Photo : johnwilliamsphd)

Commentaires

7 commentaires pour “Les testamentés”
  1. david says:

    Nouvelle histoire, nouveau style… c’est vrai que c’est dur mais on attend impatiamment la suite, comme d’hab’ ! Un petit heritage pour son DP bien sûr ?

  2. Arnaud says:

    C’est vrai que l’on attend la suite de cette petite histoire.
    On ne sait pas quoi en penser.

  3. Mestizaje says:

    Je suis épatée par le changement de style… quelle énorme différences avec les premiers textes ! Bravo Jean-Philippe et vivement la suite !
    (même si le héros me déplait déjà au plus haut point :) )

  4. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup pour tous vos commentaires qui sont vraiment précieux pour mon apprentissage. Oui, j’essaie d’autres choses, il faut bien prendre des risques, sinon on finit par s’ennuyer. 😉

  5. Jean-Pierre says:

    heureux changement de style !

    mais c’est quoi cet astérique orpheline ?

  6. Jean-Philippe says:

    Merci Jean-Pierre ! Heureux ? Ne te réjouis pas trop d’avance… tu connais mon penchant pour le DP. 8)

    Je rectifie l’astérisque. J’ai oublié de la compléter en bas. Jez c’est l’abréviation de jésuite (…pour les anciens).

  7. UNYK says:

    Bonjour à toutes et à tous,
    Nous avons tous eu des expériences fâcheuses… Expériences qui laissent des traces mentales, parfois tant sérieuses que profondes!
    Cependant, il est indispensable d’apprendre à évacuer le mauvais afin de ne conserver que l’apprentissage ou la leçon de vie!
    En outre, rebondir ne consiste pas à conclure: “toujours pareil, j’ai connu que cela, à croire que je suis né pour cela!”.
    Car le négatif que vous produisez alors, en fonction de la Loi boomerang et d’attraction, vous reviendra multiplié attirant plus encore de difficultés négatives…Il y a lieu d’apprendre à remplacer les pensées, les commentaires internes dans l’esprit, les paroles exprimées: ne pas dire avec la bouche ce qui nous nuit… même si ce sont des vérités… ce ne sont que vos vérités du moment!

    le coach en Relooking mental… Pensées, Paroles, Actions = Résultats!

Commentez ce billet