Je ne suis pas créatif

Par le 3 November 2011
dans Changer les règles

Tant que vous n'y mettez pas les ongles...
Pas créatif vous ?

J’espère que vous plaisantez parce qu’à la fin de cet article en deux plusieurs parties, vous aurez changé d’opinion sur vous-même.

A la fin de cette lecture, vous aurez compris pourquoi des millions et des millions de personnes – dont peut-être vous – ne pensent pas être créatives, alors qu’elles le sont, et ainsi s’empêchent d’avancer dans la vie.

Être créatif ou créative c’est s’ouvrir de nombreuses portes sociales. C’est avoir plus de facilité à trouver un nouveau job. C’est pouvoir rencontrer plus de personnes intéressantes dans sa vie personnelle. C’est aussi, recueillir cette reconnaissance si importante pour tous les êtres humains que nous sommes.

La créativité c’est la seule valeur qu’il va nous rester lorsque le dernier travail “copiable” pour moins cher, sera parti dans les pays en voie de développement.

Cette créativité elle, ne peut être copiée car elle est unique à chacun. Ainsi, il est important de la cultiver car elle sera, sans doute dans une génération, l’unique passeport pour une vie épanouie professionnelle.

Mais pas de panique. Vous l’avez. :)

Pub ! (créative, of course)

Dans deux semaines, je vais sortir mon nouveau livre qui, après Réveil ultra matinal et Reconquérir sa vie, complétera – à mon sens – dans une bonne trilogie, comment réussir et s’épanouir au XXIe siècle. (Modeste, en plus)

Ce nouveau guide, Réveillez votre génie, vous aidera à obtenir les clefs nécessaires qui vous permettront, si vous le voulez vraiment, d’acquérir un grand succès dans le domaine que vous vous choisirez.

Non, je ne parle pas de poudre magique ici mais bien de stratégies simples et efficaces que j’ai rassemblées au fil de mon expérience et de mes lectures et que je vous proposerai de découvrir à travers des exemples simples et authentiques.

Et la créativité est une de ces clefs indispensables à tous et toutes. J’aurai pu réserver cet article aux acheteurs de mon livre mais non, je préfère vous en parler ouvertement parce qu’il est important de sensibiliser chacun. Il faut qu’un maximum de monde prenne conscience du moule dans lequel on dort.

De toute façon, je proposerai un long extrait de Réveillez votre génie aux membres de ma newsletter, donc si vous n’êtes pas encore abonné, vous pouvez le faire en haut et à droite de cette page. :)

Bourreaux d’enfants !

Je l’ai déjà martelé de nombreuses fois mais je le redis encore : notre société nous forme à devenir des employés modèles. Dès l’enfance, dès la petite école, on nous fait comprendre qu’il y a des règles très importantes à suivre et que l’autorité ne tolérera pas ceux ou celles qui tenteront d’y déroger.

Ces règles, en gros, disent qu’il y a une seule solution correcte pour chaque question et que notre but est de les assimiler pour ensuite pouvoir les régurgiter.

Être créatif ou créative, c’est au contraire être unique et évidemment, cela allant à l’encontre de ces règles.

Le choix ? Soit on rentre dans le rang, soit on devient un rebelle. La vie de ceux qui rentrent dans le rang devient, petit à petit, ennuyeuse car sans éclat. Celles des rebelles, reste plus ou moins difficile selon leur degré de “rebellité”.

Et si au moins notre entourage nous soutenait !

Mais non, souvent, croyant bien faire, notre famille nous pousse de toutes ses forces dans ce moule. Autant une création personnelle, comme un dessin, est accueillie avec un petit sourire distrait, autant une bonne note, par exemple en maths, nous ouvre les portes de l’Alcazar. C’est à dire des récompenses verbales ou matérielles.

J’exagère à peine et très vite, voulant faire plaisir et garder l’attention sur nos petites personnes, nous enfouissons nos fibres créatives, au point de les oublier.

Si un hasard ou un mentor, à un moment, ne viennent pas bousculer l’ordre établi, il y a peu de chance que nous sachions que nous étions des êtres bien plus riches qu’on voulait nous le faire croire.

De toute façon, dès qu’on nous met un crayon ou un pinceau dans la main, on répond cette phrase bateau, “Je ne suis pas créatif/créative.” Cette dernière, répétée encore et encore, finit par nous convaincre de notre inaptitude.

La société de la logique

Mais d’où nous vient cette idée qu’il faut que tout soit parfait et que, pour arriver à ce but, il n’y ait qu’une façon de faire les choses, qu’il n’y ait qu’une seule bonne réponse ?

La faute à Aristote. :)

En effet, le brillant philosophe grec, dans une série de traités appelés plus tard Organon, a défini les termes de la logique qui devait dominer toutes les sciences. Le Moyen-âge n’a fait que la développer et ce n’est qu’au XXe siècle qu’on a commencé à la remettre en question.

Et qu’est-ce qu’il nous dit Aristote avec sa logique ? En simplifiant vraiment, il explique qu’à une question, il n’y a qu’une seule réponse possible.

C’est tout.

Que si A = A, il ne peut pas être égal à autre chose.

“Logique”, non ?

Vous voyez, là, juste maintenant, vous venez de hausser un sourcil en vous disant “Bah oui, c’est logique.” Vous vous êtes même dit, que “Le garçon qui écrit sur ce blog, il fatigue, il travaille trop…”

C’est pour vous dire si nous sommes tellement bien endoctrinés. 😉

Cette logique aristotélicienne, si elle est primordiale pour faire fonctionner des choses de base comme le système binaire (vous savez les “0” et les “1”, ceux qui font tourner votre ordinateur à cet instant), elle n’est pourtant pas sans failles.

Un exemple ?…

Alors là, je vais vous faire un truc que vous allez détester. Je vais vous dire, “Suite au prochain article !” (Ça vous apprendra à me traiter de “garçon”.) 😀

Alors, entre temps, réfléchissez un petit peu. Vous en voyez vous des défauts à cette logique ? Aristote et son gros Organon, vous pouvez le mettre en défaut ?

(A suivre)

(Photo : recurrence)

Commentaires

15 commentaires pour “Je ne suis pas créatif”
  1. AMie says:

    En maths, on arrive parfois à une équation du type x=y.
    Mais bon, ça ne signifie peut-être pas que A égale autre chose que A, puisque A n’est pas x, et donc dans cette équation, n’est pas y. 😉
    Mais ce n’est qu’un commentaire scientifique. Est-ce qu’un commentaire scientifique peut être aristotélicien ?
    Ou est-ce qu’un commentaire aristotélicien ne peut être qu’aristotélicien (autrement dit A=A et rien d’autre)? 😉
    Vive la créativité ! 😉 😉

  2. Jean-Philippe says:

    Bonne question AMie ! Il faudrait demander à des “matheux” mais il me semble que jusqu’au XXe siècle, la logique d’Aristote dominait les sciences. (Que quelqu’un me donne un bon coup d’Organon sur la tête si je raconte des bêtises.)

    PS : Si mon prof de maths me voyait, il se retournerait dans sa tombe. 😀

  3. maximilien says:

    la créativité fait partie de l’évolution de l’homme.
    j’ai aussi développé un article intitulé “esprit créatif”.
    je voie ça comme un complément.
    merci.

  4. AMie says:

    Hou ! A bas Aristote ! Heu… il est déjà mort ? Alors, vive Einstein !

    Et attention au coup d’Organon, ce n’est pas bon pour pro-créer. cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Organon_BioSciences 😉

  5. Jean-Philippe says:

    @Maximilien Merci pour le complément d’infos et voici le lien vers ton article. Bonne continuation !

    @AMie Excellent ! Effectivement là, j’aime moins cet Organon…

  6. herisson08 says:

    Ben zut moi je ne t’ai pas appelé mon garçon, et je n’ai quand même pas la suite de l’article :)

  7. Jean-Philippe says:

    Ah, herisson08, merci pour ta visite ! Parce que tu ne m’as pas appelé “mon garçon”, je t’offre un ebook gratuit. 😉 (…un peu facile de ma part ?)

  8. Andry says:

    Ah la créativité!
    Vous êtes-vous souvenu quand vous étiez enfant lorsque vous vous perdiez dans l’imagination? Vous pouviez devenir n’importe quel personnage, n’importe qui, et la vie était remplie d’infinies possibilités.
    Eh oui, la logique d’Aristote n’entravait pas votre chemin. Elle ne bloquait pas votre sentiment de liberté, donc de créativité.
    Et ce qui est curieux, c’est que lorsqu’on traversait des périodes difficiles, on pouvait s’échapper mentalement grâce au monde créatif, imaginatif que l’on se fabriquait.
    C’est un outil inestimable lorsque vient le temps où l’on a besoin de la créativité pour résoudre certains problèmes de la vie.
    Puis, l’âge adulte nous rattrape. On commence à adopter des barrières mentales dictées par la vie. On permet à nos systèmes de croyances d’être fixes et inflexibles.
    Bravo pour ton article, on ne doit jamais oublier d’exercer ses muscles de créativité. Quelques conseils:
    Chaque semaine, essayez de consacrer une journée entière à “goûter” et à tester des choses nouvelles, dans n’importe quel domaine.
    Prenez aussi une histoire, et utiliser un des personnages secondaires à la place du personnage principal, et regardez comment l’histoire se déroulerait selon ce nouveau point de vue.

  9. Jean-Philippe says:

    Joli commentaire Andry ! Cela pourrait presque faire un article. On sent l’expert en écriture, là ! Merci pour tous ces conseils et bonne continuation. 😉

  10. Andry says:

    De rien Jean-Philippe! Il faut dire que ton article est très inspirant. Au plaisir :)

  11. Alexis says:

    Hey Jean-Philippe !

    Je me dois de régir à ça « J’exagère à peine », non mais tu plaisantes ? tu n’exagère absolument rien, tu nous fait ici un compte-rendu couchant la vérité dans ton article.

    Tu vois, dans cet article, tu dis vraiment tout ce que je pense.

    Tu utilises d’ailleurs un exemple que je reprends souvent dans des conversations, en disant que justement, la vie n’est pas comme les maths : la solution du même problème n’est pas toujours la même, il n’y a pas qu’une solution et même en général il n’y a pas que soit du “Vrai” soit du “Faux” il y a des nuances, et des subtilités qui font que la vie est nativement beaucoup plus juteuse et passionnante que des maths, justement. (j’ai une dent contre les maths, excusez-moi :p )

    Pour m’appesantir sur le non-soutient familial, puisque j’entends souvent les gens de ma famille dire “ouai mais si tu fais ça tu as plus de portes qui s’ouvrent ensuite” ou des “on a rarement le choix dans la vie” ou “on doit faire un choix, on ne pas pas choisir deux choses opposées” , etc. J’ai pu remarquer que c’est un sentiment d’insécurité et d'”esprit binaire” qui est à l’origine de tout ça. Si notre famille ne nous soutient pas et raisonne de cette manière, c’est parce que leur propre famille ne les a pas soutenu et résonnait encore plus mal…

    Les gens cherchent la sécurité et ne sont pas heureux, peut-être ne se sont ils pas rendu compte que la sécurité est dans la plus par des cas d’un acerbe ennui ?
    Et puis ils pensent tous qu’on ne peut “prendre” que soit le 0, soit le 1 ; mais on oubli l’infinité de chiffres situés entre ce fameux 0 et ce fameux 1 ! Qui a dit qu’on devait toujours éluder un dilemme en faisant des sacrifices ? Ce n’est pas parce que la tragédie grecque antique nous l’a depuis des millénaires fait savoir que c’est une vérité..

    J’adore cet article 😉
    Amicalement
    Alexis

  12. Jean-Philippe says:

    Alexis, tu es toujours égal à toi-même ! Je n’aurai rien à rajouter dans ton raisonnement avec lequel je suis d’accord. :)

    Par contre je m’inquiète pour ta santé. Si tu nous fait d’aussi longs commentaires fouillés sur la plupart des blogs que tu visites + ton propre travail sur ton excellent blog : quand manges-tu ? Et quand dors-tu ?… 😀

    PS : J’adore ton “acerbe ennui”. 8)

  13. Alexis says:

    Disons que je m’impose un certain nombre de commentaires à poster le mercredi et le weekend (jours lors desquels je suis sensé avoir le plus de temps libre) bien sûr c’est cumulable chaque semaine et je dois bien avoir une dizaine de commentaires “en retard” … ! Pour ce qui est de mon blog je me trouve vraiment peu productif et irrégulier à souhait (ce que tu me dis m’étonne d’ailleurs !).

    C’est amusant parce que quand j’ai écrit mon premier commentaire sur cet article, j’étais en train de manger justement mais ton article m’avait tellement inspiré que pris entre deux feux j’avais justement succombé à la tentation d’écrire un commentaire (les rares fois où je résiste à la tentation d’écrire un commentaire sur ton blog c’est parce que j’ai trop hâte de lire l’article qui suit !).

    Enfin bref, ça ne me dérange pas de tuer des heures de sommeil au profit de répondre à tes commentaires, en écrire ou tout simplement lire l’un de tes articles (ça tue pas mal d’heures en fait parce que si je vais me coucher dans la foulée je cogite pendant des heures !)

    PS: J’affectionne tout particulièrement le mot “acerbe” donc je le place dès qu’il s’y prête
    PPS: Je me suis rendu compte que je n’étais pas inscrit à ta newsletter (ce dont j’étais pourtant certain d’être !) donc crime réparé (et à moitié pardonné j’espère !)

  14. Jean-Philippe says:

    Merci Alexis pour toutes ces precisions et pour tes compliments ! Promis, je vais arreter d’ecrire pour que tu puisses manger. 8)

    Ah si, ton blog est bien parti ! J’avais commenté un article où il y avait un morceau de Total Stereo… que je ne retrouve plus. Tu as changé les choses ?

  15. Alexis says:

    Y a pas de quoi, je fais des compliments à ceux qui en méritent :p
    Et bien j’ai toujours et encore cet article (je change régulièrement le design de mon site parce que je suis atteint d’une envie constante de faire du design, c’est maladif). Bref, j’ai honte de mettre un lien vers mon blog dans un commentaire, mais je te redonne l’adresse de ce “fameux” article : http://influence.alexisestreet.com/preuve-est-faite-quapple-martele-nos-cerveaux-au-cinema/

Commentez ce billet