Le jeu de la métaphore

Par le 24 October 2011
dans Article invité

Hou, le beau jeu !

(J’ai le plaisir d’accueillir Romain Boileau, du blog Les ressources du changement, qui est l’auteur de cet article)

Je ne sais pas si c’est votre cas, mais j’ai remarqué qu’il m’arrivait parfois, et de manière implicite, de faire des métaphores de moments précis et des situations de ma vie.

Depuis que j’ai fait ce constat, je m’efforce de créer consciemment ces métaphores mentales pour m’aider à continuer à avancer.

J’ai par exemple, une journée en théorie de libre mais des tâches à faire sur différents projets, des amis à voir et des plaisirs à convertir etc.

Je m’imagine alors avec un jeu de cartes ou chaque carte serait une possibilité qui s’offre à moi.

Ainsi à moi de choisir comment je vais abattre mon jeu, quelle carte, dans quel ordre etc. Ce choix se fera en fonction des différentes contraintes qui s’offrent à moi telles que l’indisponibilité prochaine de mes amis, l’importance de mon projet, la longueur de l’activité etc.

A moi de choisir la stratégie optimale pour pouvoir au mieux et profiter et rentabiliser ma journée.

Voici donc une liste des différentes métaphores que j’applique en fonction des événements.

La partie de cartes

Les choix sont parfois extrêmement difficiles à prendre, mais dès que j’hésite, je m’imagine dans la peau d’un joueur de poker, ce qui a pour effet de non seulement me faire agir mais aussi de rendre cette prise de décision à la base stressante, grisante.

On vous distribue des cartes plus ou moins bonnes, à vous de jouer avec ! Vous pouvez garder vos meilleures cartes pour la fin et essayer de vous débarrasser des plus mauvaises au début, ou tout simplement jouer les meilleures en espérant qu’on vous en redistribuera d’aussi bonnes. Vous devez calibrer en fonction de l’adversaire. Soit jouer la défense et attendre le meilleur moment pour attaquer ou alors bondir sur l’occasion pour lui asséner un coup qui vous fera marquer des points à coup sûr !

Enfin ce n’est pas par ce que vous perdez une manche que vous perdrez la partie…

Par exemple, étant réalisateur, je suis en train de réaliser un court métrage. J’ai réussi à me faire subventionner à hauteur de 5000€. J’ai divisé en trois piliers mes dépenses qui sont : l’artistique, l’économique et la logistique. Je n’ai plus qu’à décider comment je joue ces 5000€ ! Au final j’ai choisi d’équilibrer les comptes avec un léger plus pour l’artistique tout en me créant une caisse pour les imprévus en cas de problème.

J’ai donc choisi pour ce premier court métrage à budget important, de jouer une stratégie plutôt défensive  en jouant la sécurité.

Le match de boxe

J’utilise cette métaphore quand il y a un événement qui s’annonce inéluctable, l’approche d’un examen, un rendez-vous professionnel important, bref un événement où je joue quelque chose d’important.

Vous entrez sur le ring. Votre adversaire vous attend de pied ferme en vous défiant du regard. Plus aucun moyen de changer d’avis, il va falloir combattre ! Si vous réussissez à vaincre votre adversaire, le titre est à vous !!

Je passe mon code dans environs un mois. A l’image de Rocky Balboa je me mange des séances d’entrainement quotidien pour être prêt pour ce grand rendez-vous.

La série américaine ou (un manga)

J’utilise cette métaphore pour prendre du recul, et donc me détacher de mes réactions d’ego. Cela me permet de résister à des situations difficiles telles que les échecs que je peux rencontrer .Je me place en effet en tant que spectateur de moi-même et j’ai donc, d’une part, un regard plus objectif mais aussi je suis à l’abri d’un état émotionnel où j’ai moins de contrôle sur moi-même.

Quand la situation est douloureuse, je m’imagine me remettre de la défaite avec une belle musique de fond, tel un héros fictif qui aura après ses péripéties, droit à un happy end.

Cela me fut énormément utile lors de la rupture avec mon ancienne copine.

Quand la situation est gênante, je m’imagine le personnage d’une série comique qui est certes maladroit, mais attachant. Je ris de moi et je relativise plus vite.

La partie d’échec

A vous de déplacer vos pièces qui sont vos différentes capacités ou les différentes possibilités qui s’offrent à vous. Êtes-vous plus fou ou cavalier ? Quel combo comptez-vous utilisez ?  Êtes-vous prêt à sacrifier un pion pour gagner une tour ? Observez bien le terrain et essayez d’anticiper !

A l’instar du poker, j’utilise cette métaphore quand j’ai une situation avec plusieurs choix à faire. Néanmoins je l’utilise plus pour les décisions qui auront une influence à long terme. Cela me met dans un cadre où je suis plus un stratège.

Ainsi, l’année dernière, j’avais envie de faire énormément d’activités  par rapport au temps que j’avais de libre. J’ai donc choisi de sacrifier un peu de ce temps dans la lecture de livres ou d’articles sur la productivité. J’ai essayé de jumeler et de lier des tâches pour qu’elles aient des répercutions dans mes différents projets. Ainsi, la création du blog les ressources du changement m’a permis à la fois d’augmenter et d’aiguiser mon savoir en développement personnel, mais aussi d’augmenter ma sensation d’accomplissement personnel et donc mon estime de moi-même, ce qui a eu des répercussions extrêmement positives sur ma vie et mes différentes activités.

A noter que cette métaphore peut être remplacée par un général à la tête d’une armée.

Mon être est une maison et j’en suis le nouveau propriétaire

Je me suis amusé à me dire au début de mon développement personnel que j’étais une vieille bâtisse habitée tour à tour par plein de personnes qui l’avaient plus ou moins délabrée.

J’ai d’abord dû refaire les fondations, et j’ai donc effectué un travail sur qui j’étais, sur quelles étaient mes valeurs et mes objectifs. Une fois qu’elles tenaient debout,  j’ai effectué le reversement du sol et du mur (ma confiance en moi). En parallèle, j’ai travaillé sur la devanture (mon look) et je m’amuse à continuer à l’aménager en la rendant confortable (mes réflexions sur mon développement personnel).

Essayez de faire vos propres représentations mentales des événements de votre vie. Si vous n’arrivez pas directement, essayez de prendre une situation passée où une victoire dont vous êtes très fier et essayer de vous la raconter en métaphore. Cela pourra vous aider à réutiliser cette métaphore pour des évènements futurs.

Vous pouvez bien évidemment reprendre mes métaphores, les personnaliser et bien sûr inventer les vôtres. Il est d’ailleurs fort probable que vous en ayez déjà développé vous-même de manière consciente ou inconsciente vos propres métaphores.

N’hésitez donc pas à nous en faire part dans les commentaires, cela pourra tous nous aider ou au moins nous inspirer.

Passionné par le développement personnel, la séduction et le cinéma, Romain Boileau est coauteur du blog Les ressources du changement avec son ami Axel Hatem. L’objet de leur blog est de sélectionner et de synthétiser les meilleures ressources en développement personnel et en séduction pour les fournir au format le plus intéressant.

(Photo : GonchoA)

Commentaires

13 commentaires pour “Le jeu de la métaphore”
  1. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Romain de nous faire découvrir ton idée que je trouve très intéressante. Elle mériterait tout un développement afin que nous puissions l’utiliser dans toutes sortes de situations. 😉

  2. Alexis says:

    Hey Romain ;

    J’ai l’impression d’halluciner, pendant mes vacances, je presse articles après articles, avec quelques petites infos juteuses en général mais pas plus qu’un verre de résultats en fin de journée.
    Mais là ! Mais là ! C’est une brique d’un litre que tu nous sers ! (pour rester dans le thème de la métaphore filée).
    En plus de nous offrir une idée simplement géniale et facile à mettre en oeuvre, tu surenchéris ta propre offre par des exemples pratiques prêts à l’emplois ; c’est vraiment très généreux de ta part 😀

    Merci beaucoup pour ce partage et félicitation pour cet article invité fracassant !

    À bientôt !

  3. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Alexis ! Je suis certain que Romain va apprécier tes commentaires que je rejoins. C’est une façon originale de faire son chemin personnel et de s’améliorer. 😉

  4. olivier says:

    très intéressant cet article. Comme tu le dis je pense qu’il est essentiel de d’abord changer, renforcer les fondations avant de changer le reste. Trop de gens pensent qu’en changeant les choses en apparence, leurs problèmes ou autres vont disparaitre. Un peu comme les gens qui partent à l’autre bout du monde en croyant que leurs problèmes vont disparaitre, malheureusement ca ne fonctionne pas.

    • Jean-Philippe says:

      Merci Olivier pour ton commentaire ! Oui tu as raison – Comme Romain – il faut commencer par bien structurer les bases avant de monter le reste. 😉

  5. @Alexis
    Salut Alexis. Je suis vraiment ravi que cet article te plaise et d’avoir pu t’aider à faire le plein de vitamine ;).

    @Olivier
    Oui, vouloir changer en apparence est l’un des pièges du développement personnel et aussi de la séduction. Au tout début, j’ai failli tomber dedans, heureusement après deux trois mois d’éparpillement, j’ai réussi à un peu plus me structurer. Néanmoins, je vois beaucoup d’apprentis séducteurs faire cette erreur de vouloir changer dans l’apparence, mais renier le travail de fond.

    @Jean-Philippe
    Merci à toi Jean-Philippe de m’avoir donné la chance de m’exprimer sur ton blog, tes conseils pour la restructuration de l’article après le premier jet me furent également très utile.

  6. Patricia says:

    Très bonne idée ces métaphores. Je viens de m’ en créé une : Je suis une joggeuse, je cours (soit j’avance, je créée, je passe à l’action et puis après un moment de course effrénée, je ralentis, je marche ou je m’arrête (je réfléchis, j’ouvre les horizons, je cherche le chemin le plus facile ou le plus court), je profite du paysage en attendant de retrouver mon souffle pour repartir de plus belle.
    Cette métaphore va me permettre de ne pas culpabiliser pendant les pauses et m’aider à aller de l’avant dans les moments de découragement.
    Merci pour cette super idée Romain et pour sa diffusion Jean-Yves.

  7. Jean-Philippe says:

    Voilà une belle métaphore Patricia ! Oui je vois bien où tu veux aller (ou courir !) et dans mon cas, cela se traduirait par beaucoup-beaucoup-beaucoup de pauses pour admirer le paysage. 😀

    PS : Amitiés au mystérieux Jean-Yves. 😉

  8. Julien S. says:

    En lisant l’article, je me suis reconnu sur les echecs, imager le fait de “contrôler” des pions pour avoir toujours un coup d’avance. Au moins je vois que je ne suis pas seul ^^

  9. @Patricia
    Ça me fait extrêmement plaisir que tu créé ta propre métaphore ! Personnellement je n’aurais jamais pensé à ce genre de métaphore, mais si elle te parle à toi c’est le principal.

    @Julien
    Pour mon cas, je pense que si cette métaphore me parle, c’est à force de lire des mangas où cette métaphore était utilisée par un personnage. Donc si ça se trouve, les fans des séries que je lis, utilisent aussi comme nous cette métaphore ;).

  10. Julien S. says:

    Maintenant que tu en parles, c’est la même chose, à la suite de l’anime “Code Geass” ! :)

  11. Romain says:

    Tiens, maintenant que tu m’en parle, mon ami avec qui je tiens le blog m’avait parlé de cet animé et m’a conseillé plus d’une fois de le regarder :).

Commentez ce billet