Êtes-vous un scanneur-optimisateur ?

Par le 11 July 2011
dans Article invité

Rien ne stoppe l'optimisateur !

(J’ai le plaisir d’accueillir Mohamed Mouras, du blog Sème un acte, qui est l’auteur de cet article)

Ou plutôt : Êtes-vous un scanneur-optimisateur ? Il y a quelque temps Jean-Philippe présentait sa théorie de la scannitude et nous exposait de manière intelligible ce qu’est un scanneur. J’avoue que j’ai moi-même était beaucoup touché par son article. Mais ce n’est que récemment que les commentaires m’ont fait réagir et que j’ai vu un aspect du scanneur que je n’avais pas observer auparavant. J’appelle cet aspect « l’Optimisateur ».

Est-ce que la situation qui suit vous est familière ?

Vous avez lu l’article de Jean-Philippe avec attention et vous avez convenu que très clairement, certains traits du scanneur font partie de votre vie et peut-être même depuis que vous êtes tout petit.

Cependant quelque part vous n’avez pas vraiment adhéré à quelques grands principes du scanneur. Vous êtes définitivement quelqu’un de curieux et vous aimez monter des tas de projets. Certains ne vont pas au bout cependant quand la société tente de vous montrer du doigt, vous lui répondez de manière effrontée que c’est votre problème, pas le sien ! Bref la culpabilité ne vous démange pas.

Mais voila l’une des plus grandes différences, vous avez beaucoup d’intérêts et des journées qui ne peuvent être allongées. Alors quelque part, en cours de route, vous avez appris, plus ou moins consciemment, à prendre en compte le talent des plongeurs. Vous avez appris que certaines personnes ont la capacité de véritablement “plonger” dans un domaine précis. Ils s’y immergent et ont, en général, plus de facilités que les scanneurs à finir leurs projets. Il est à noter que les résultats sont variables en fonction des plongeurs.

Au final vous avez appris que les projets que vous faites naître ou que l’on vous confie doivent être terminés… vous avez cependant réalisé que si la société vous demande de finir ces mêmes projets pour être considérés comme un être à succès, elle ne vous oblige en aucune façon à les finir vous-même.

Vous avez appris à optimiser les talents et les ressources autour de vous, vous êtes devenu un scanneur-optimisateur !

Du Développement Personnel au Leadership Personnel

Ce n’est ni bien ni mal, c’est un fait ! Et avant que l’on colore un fait avec ses propres opinions, un fait n’est ni bien ni mal. Voici la vérité, la société n’aime pas les scanneurs. Elle ne prône pas ce qui fait leurs qualités premières : curiosité, singularité, indiscrétion, soif d’apprendre. La société n’aime pas ces gens-là… au moins en apparence.

En fait elle ne les aime pas tant qu’il ne sont pas prêt à lui rendre service. Comment rend-on service à la société lorsqu’on est scanneur ? On se doit de devenir un Optimisateur. La collectivité veut caser ses individus et est prête à vous pardonner d’être un scanneur lorsque vous êtes prêt à lui rendre ce service.

J’appelle cela prendre conscience de son Leadership Personnel. Un Optimisateur est un Leader et comme tout les leaders il n’est pas né ainsi, il a appris à le devenir. Il a compris ce qui fait l’essence de l’influence et il l’utilise avec joie pour créer des conditions où scanneurs et plongeurs autour de lui peuvent trouver leurs bonheurs.

Alors que l’on se comprenne bien, je ne parle pas d’être “chef”. Vous pouvez être un Leader Visionnaire ou un chef gestionnaire mais pas les deux. Vous n’êtes peut-être même pas un chef nulle part mais un Optimisateur est quelqu’un qui à compris que l’autorité n’est pas ce dont nous parlons ici.

Un optimisateur est un Leader et en tant que tel il voit le potentiel là où il est et son but à lui peut se résumer en trois points :

  1. Exprimer sa scannitude dans toute sa splendeur
  2. Laisser s’exprimer le talent de celles et ceux qui l’entoure (scanneurs et plongeurs) en les aidant à mieux faire ce qu’ils font déjà de bien. Vie personnelle ET vie professionnelle.
  3. Réparer les dégâts que l’école a pu produire sur l’estime que ses collaborateurs ont d’eux-mêmes.

L’école forme des plongeurs et fait plonger les optimisateurs

Je suis moi-même professeur de métier et de cœur. J’ai été élève puis étudiant dans le système scolaire français et désormais je suis professeur de français langue étrange(re) dans une école internationale qui a mis en place des principes édictés par une organisation du nom de ibo.org

Je ne veux pas catégoriser mais c’est pourtant ce que je vais faire. L’école française est un système qui ne nourrit pas l’estime de soi. Lorsque j’étais étudiant, mes professeurs ne prenaient pas la mesure des dégâts qu’ils occasionnaient en laissant faire le système qu’ils servaient. Tous n’étaient pas comme cela bien entendu et c’est en partie grâce à un fantastique professeur d’anglais au collège de Fameck en Lorraine (M. Charbonnier pour citer quelqu’un qui le mérite) que je suis “passé  dans le camp ennemi”.

En passant à l’ennemi, j’ai voulu faire les choses comme un optimisateur. Je me suis expatrié. Vous pourrez d’ailleurs découvrir beaucoup de ma vision du développement personnel en téléchargeant mon livre “Un Moment Pour Semer, Une Vie Pour Récolter”. Ce livre est aussi la pensée que j’ai pu développé en travaillant selon les préceptes de l’International Baccalaureate Organization. Cet organisme anglophone fonde toute sa politique autour de 10 attributs fondamentaux qu’il cherche à développer chez ses apprenants par l’intermédiaire de leurs enseignants. Ainsi notre but ultime est de développer des étudiants qui soient :

  • balanced / équilibrés
  • caring / altruistes
  • communicators  / communicateurs
  • inquirers / (des) investigateurs
  • knowledgeable  / informés et instruits
  • open-minded  / ouverts d’esprit
  • principled  / intègres
  • reflective  / réfléchis
  • risk-takers  / audacieux
  • thinkers  / (des) penseurs


Tout cela est bien beau me direz-vous mais honnêtement combien d’entre vous, lecteurs, peuvent se targuer d’avoir connu une école où le bien-être (aussi bien physique, qu’émotionnel ou encore social) des élèves était quelque chose d’inscrit noir sur blanc ET effectivement mis en œuvre ?

L’école est ainsi faite que même basée sur des principes humanistes et un enseignement innovant, elle reste une fantastique machine à créer des plongeurs. Et il y a là une raison on ne peut plus simple à cela :

L’école rend des comptes à la société. Comment ? La société fonctionne d’une façon qui fait la part belle aux plongeurs. Et il y a là aussi une raison on ne peut plus simple à cela :
La société aime ce qui est mesurable et les plongeurs produisent du travail mesurable… quantifiable !

Durant des années on forme les Optimisateurs à développer les compétences des plongeurs.

Le drame est là. Pour pouvoir assouvir la faim d’une société prônant des valeurs quantifiables et mesurables, l’école se met en recherche de moyens d’élever ses élèves au rang qu’on leur aura désigné. Cela fonctionne très bien… dans la grande majorité des cas !

Il y à des cas où l’école foire littéralement son coup et il y a des cas où l’école même en essayant de foirer son coup n’y arrive pas.

Mon but (dans cet article) n’est pas de parler des élèves qui ont « raté » leurs études. Mon but n’est même pas de parler des élèves. Cependant il était important de montrer que dès l’enfance le consensus s’installe par l’intermédiaire des éducateurs (parents, profs, institutions en tout genre). Ce consensus ne prend pas en compte quelque chose de primordiale chez une partie de la population :

L’impossibilité (ou du moins la grande difficulté) de penser de manière linéaire !

Ces personnes, qui ont tendance à penser en réseaux et qui ne savent pas vraiment comment focaliser ces mêmes pensées, ce sont les scanneurs dont Jean-Philippe a précédemment parlé. Pour peu que ces mêmes scanneurs rencontrent des conditions de vie « hard », c’est la porte ouverte à une estime de soi qui dépassera à peine le zéro.

L’estime du scanneur-optimisateur ne dépend pas des conditions extérieures
L’optimisateur ne pense pas de manière linéaire mais pour des raisons plus ou moins conscientes il a trouvé des moyens de combler le consensus. Il a appris au fil du temps à produire les résultats qu’on attendait de lui.

Qu’en pensez-vous ? Jean-Philippe a lancé une fantastique discussion il y a des mois de cela. J’avais sincèrement envie d’y semer mon grain de sel mais aussi et peut-être surtout de savoir si d’autres étaient dans mon cas.

Cela fait quelque temps que j’ai remarqué que j’étais un Optimisateur. Et Vous ? Est-ce que vous l’êtes ? Vous en connaissez ? Quelle est l’image que vous avez de ces personnes ?

Semeur, Influenceur, Cultivateur positif de Leaders remarquables et indispensables. Mohamed est l’auteur principal du blog Semeunacte.com. En vous y abonnant, vous y trouverez plus de 220 articles pour (re)apprendre à miser sur vous-même et (re)commencer à construire votre monde tel qu’il DEVRAIT être.


(Photo : Talba)

Commentaires

16 commentaires pour “Êtes-vous un scanneur-optimisateur ?”
  1. Mohamed says:

    Je te remercie pour l’opportunité Jean-Philippe :)

  2. Jean-Philippe says:

    Merci Mohamed ! C’est tout mon plaisir de t’accueillir ici, car j’aime beaucoup tes idées originales. ;)

  3. ChrisToonet says:

    Encore un superbe article ! Quand on a la chance de scanner d’un blog à l’autre ainsi, ce qui est rare, on attend avec impatience le retour des vacances, pour continuer à en prendre plein le “coeur” car c’est là que vous nous touchez chers blogueurs !

  4. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup ChrisToonet ! Je crois que Mohamed appréciera aussi ce compliment… parfait juste pour les vacances. ;)

  5. Amibe_R Nard says:

    Bonjour

    J’avoue que, dans cet article sur les scanneurs, j’ai un peu (beaucoup) de mal à reconnaître les mots plongeurs face à leader. Ce doit être une question de surface sémantique.

    L’école est ce qu’elle est, elle forge tout autant les résistances que les résignances.
    Comme tu le dis Mohamed, on trouve aussi des profs qui font acte de résistance et refusent cette résignation ambiante.

    Tu as eu un prof d’anglais génial qui t’a mené là où tu es.
    J’ai aussi eu mon lot de bons profs, tout autant que de rabaisseurs.

    Les rabaisseurs, ça ne s’est pas arrêté à l’école.
    Des rabaisseurs, on en trouve partout.

    Le rabaisseur, on le reconnaît tout de suite quand il cherche à te mettre dans des petites cases inférieures (plongeur), lorsqu’il se met, lui, dans la case supérieure (leader). :-)

    C’est ce qui est sous-entendu dans l’agencement de ton billet.
    Sans doute pas dans ce que tu penses.

    Même si je comprends la thématique de ce que tu dis, je trouve dommage de devoir rabaisser, afin de rendre plus “lumineuse” sa façon de faire ou la façon de se décrire.

    Le crédit n’y est pas.
    Enfoncer Paul ne relève pas Jean pour autant.

    Ce qui me surprend aussi, c’est que tu prennes l’exemple de l’école qui démolit l’individu, pour nous dire juste après qu’un prof (donc l’école aussi) t’a permis de devenir ce que tu es : prof !

    C’est une explication par l’absurde, c’est ça ? :o)

    Comme celle du scanneur-optimisateur ?

    D’après la définition de Rosine Caplot (Lettre de Nicolas Pene du 15/07/2011):
    « Un scanneur est le contraire d’un spécialiste. Il lui est difficile de choisir une seule passion ou carrière et s’il se force à le faire, il devient malheureux et sa productivité en souffre. Les scanneurs peuvent s’intéresser à de nombreux domaines, complètement différents les uns des autres. Ils ont habituellement plusieurs projets “sur le feu” et ont constamment de nouvelles idées. Ils poursuivent rarement toutes ces dernières jusqu’au bout. »

    Comment peut-on être un optimisateur, quand le scanneur est le contraire d’un spécialiste ?
    Comment peut-on optimiser les choses lorsqu’on ne poursuit pas toutes ses idées jusqu’au bout ?

    Quelque part, le scanneur ne cherche par à optimiser.
    S’il le devait, il deviendrait un plongeur (au sens où tu l’entends)

    Un scanneur ne peut pas devenir un leader, ou pas longtemps, il a autre chose à faire, d’autres idées à trouver, d’autres univers à explorer. ;-)

    En même temps, en tant que scanneur de textes, je vois bien d’autres choses dans ce que tu dis. Tu as voulu en dire beaucoup d’un coup, beaucoup trop.
    Ce n’est pas optimisé ! ;-)

    Une idée = un billet, comme tu le pratiques sur ton blog.

    Mais un scanneur peut-il se contenter d’une seule idée par billet ?

    J’en doute. ;-)

    Tu es sûr que tu n’es pas un scanneur à 100 % ?

    Bien Amicalement
    L’Amibe_R Nard

    P.S. : si jamais tu cherches un autre billet à écrire, j’aurais bien aimé lire et comprendre pourquoi ce prof d’anglais t’a fait devenir ce que tu es… prof, malgré l’école !

    Pour la pensée non linéaire, j’aime bien l’approche heuristique de “33-regles-pour-booster-votre-productivite”.
    Ce n’est pas aussi riche que l’expression “pensée latérale” ou “lateral thinking”. Mais c’est intéressant dans le même ordre d’idée.

  6. Yann says:

    Excellent article.
    J’avais été très intéressé par l’approche de Jean-Philippe et celle de Mohamed la complète très bien. Je suis définitivement un scanneur-optimisateur.
    Et dire qu’il m’a fallu tout ce temps pour m’en rendre compte ;)
    Les profs sont souvent dévalorisés par les politiques alors que leur tâche est essentielle pour la société. Que certains, comme toi Mohamed, se préoccupent du développement global de leurs élèves est rassurant et encourageant.
    Bravo !

  7. Mohamed says:

    @ChrisToonet, merci beaucoup, tes compliments me touchent sincèrement (et ce n’est pas la première fois :)

    @Yann Merci pour ces mots. J’avoue être bien lotie à l’étranger car quand je discute avec certains profs en France je me rends compte qu’ils ne peuvent même plus faire leur travail dans des questions décentes minimum.

    Bien entendu les premiers à payer cet état de fait sont les élèves. Les parents et les profs sont des dommages collatéraux de politiques instaurées par des gens qui ne comprennent rien à l’éducation mais qui mourraient de honte de l’avouer !

  8. Mohamed says:

    @L’Amibe R_Nard Alors beaucoup de choses dans ton commentaire et je vais essayer de ne rien oublier.

    Tout d’abord je te remercie car ton com me donne l’occasion de préciser ma pensée :)

    Je vois personnellement trois problématiques principales que tu soulèves ici :
    1. Pourquoi rabaisser ?
    2. Un scanneur, un vrai n’optimise pas (les choses)
    3. Pourquoi suis-je prof ?

    Je vais essayer de faire court et concis mais je promets rien :)

    1. Je te défis de trouver quoi que ce soit dans mon article qui rabaisse les plongeurs. Si tu relis sans colorer mes propos de tes convictions personnelles alors tu verras que je ne dis qu’une chose : les leaders ont besoin des plongeurs et vice versa.

    Pourquoi ? Les leaders ne “plongent” pas dans une seule activité. Ils laissent les plongeurs le faire. Ce n’est pas dégradant c’est un fait. La majorité est “dirigée”. Pour reprendre mes propos un peu plus haut : “Ce n’est ni bien ni mal, c’est un fait ! Et avant que l’on colore un fait avec ses propres opinions, un fait n’est ni bien ni mal.”

    La fonction d’un Leader pour ma part est simple : “permettre à toutes celles et ceux qui l’entoure d’exprimer au mieux ce qu’ils savent faire” et je rajoute “et d’en être fier ! C’est ce que je dis par réparer les dégâts de l’école.

    2. Un Scanneur n’optimise pas, c’est peut-être vrai ! Un scanneur-optimisateur n’optimise pas les choses, il optimise le potentiel humain qui l’entoure. Il exacerbe la fierté du travail bien fait et recadre les projets et/ou les humains quand nécessaire. Rien de rabaissant à cela, nous nous égarons tous et c’est grâce à des “recadreurs” que je suis là où je suis aujourd’hui. Certains prennent mal le fait d’entendre ses 4 vérités. C’est un choix personnel, ensuite il ne faut pas se plaindre de ne pas évoluer.

    3. M. Charbonnier (mon prof d’anglais du collège) est tout sauf l’école. Il ne représente pas le système… loin s’en faut. C’est un homme avec ses qualités, ses défauts et sa pédagogie. Pour être prof aujourd’hui je comprends qu’il n’est pas le produit du système qui l’a formé.

    Alors pourquoi suis-je prof ? Je ne peux pas donner une raison en particulier. Je sais juste que j’ai des vues particulières sur le monde qui m’entoure. Ces mêmes vues apportent plus ou moins à celles et ceux qui veulent leur donner leur chance. J’ai choisi d’exprimer ma vision du monde par l’enseignement. Avec mon blog je l’exprime autrement. Dans 5 ans j’aurais probablement encore changer et je ne serai peut-être plus du tout prof.

    Voilà, j’espère avoir clarifier la situation :)

  9. Alexis says:

    Tres belle réflexion sur le sujet! Merci Mohamed.

    Le terme optimisateur est très juste, cet article tombe a pic.

    En tant que scanneur qui cherche encore une voie je m’étais interrogé (longuement) sur mes motivations, et ce qui me procurait du plaisir dans ma vie autour de moi et j’étais globalement au même constat que toi.

    Tu as réussi a trouver les mots exacts pour le décrire.
    Toucher les autres afin de leur permettre (enfin) de s’exprimer, d’évoluer et garder le sourire.

    En tout cas, tes eleves doivent avoir de la chance de t’avoir.

    Bonne continuation ;)

  10. Mohamed says:

    Merci Alexis, tes mots me touchent :)

    Je suis content si tu te retrouves dans mes écrits, l’important c’est qu’après avoir détecté ton potentiel, il te faut savoir comment le mettre en place. Comme le dit le proverbe : fais ce que tu aimes et tu ne travailleras jamais un seul jour de ta vie !

  11. Alibabuy says:

    Article très intéressant !
    Je pense que t’as bien défini l’essence d’un leader. Détecter et donner le plus de perfection à un potentiel permet à la société de finir ses projets en allant au delà de son système et ses propres limites.

  12. Mohamed says:

    Merci Alibabuy tu résumes toi-même très bien la chose. Il s’agit d’aller au-delà, de ne plus se contenter du juste minimum, de faire les choses mieux que bien :)

  13. alex says:

    Excellent article invité, j’en suis tombé sous le charme.

    Il y’a quelques mois je ne savais même pas que j’étais “un scanneur”. Passé la honte d’en faire partie, je me suis dit : “et M…”, pourquoi je n’aurais pas le droit d’en être un et de le revendiquer ? Ce que j’ai fais, j’assume.la vie est trop courte, et quand on l’aime, elle le sera toujours de trop.

    Cet article pousse à un travail d’introspection qui ne me rend pas indifférent…je file découvrir le blog de Mohamed, et je reviendrai ici…

    amitiés
    alex

  14. Mohamed says:

    Merci Alex pour tes compliments. Personnellement je pense être né et avoir développé les qualités (et les défauts) des scanneurs-optimisateurs. Je n’en suis pas particulièrement fier… je n’en ai pas honte pour autant. Je pense que ce que je suis est simplement un fait :-)

    Si cet article te pousse à l’introspection alors je t’invite à venir semer les fruits de ta réflexion lorsque tu en auras l’envie. De toute façon Jean-Philippe et moi on reste dans le coin lol

  15. Jean-Philippe says:

    Ça c’est certain Mohamed !… Alex, fonce ! ;)

  16. Philippe says:

    Pour moi,Un scanneur devient par la force des choses un spécialiste. Je m’explique.
    Le scanneur à tout de même une activité de prédilection, un sujet qu’il aime plus que les autres et, qui n’aura plus au fil du temps de secret pour lui!
    Il deviendra spécialiste mais dans le tard . Mais comme dis le proverbe mieux vaux tard que Jamais….

Commentez ce billet