La vie optimiste

Ça roule pour moi !

Cela fait maintenant pratiquement une semaine que le nouveau challenge Cloudbraining a débuté et, comme d’habitude, je suis surpris par les talents divers et variés des nouveaux membres qui ont rejoint la communauté “cloudbrainienne”.

Motivation, ouverture, aide spontanée sont les principales qualités que je vois fleurir dans ce tout petit réseau social où le but est d’avancer efficacement dans un projet pendant un mois. Une sorte de sprint motivé en quelque sorte !

L’un des volets qui me plait le plus pendant ce challenge est celui que j’ai appelé LVO ou, en bon français, La Vie Optimiste.

D’où vient l’optimisme ?

LVO est un nouvel exercice que j’ai intégré au challenge Cloudbraining pour booster la résilience déployée par chacun pour atteindre son but ou s’en rapprocher de façon significative, si l’objectif recherché est à long terme.

Pour cela, je me suis inspiré des travaux du professeur Martin Seligman de l’université de Pennsylvanie, l’un des meilleurs experts dans le domaine de la psychologie positive. Et quand on parle ici de positif, cela ne veut pas dire quelque chose du style “New Age” où l’on garde le sourire, coûte que coûte.

Non, le professeur Seligman a très sérieusement étudié depuis des décennies les êtres humains et leur capacité à rebondir, à ne pas se laisser aller à la déprime, bref à rester optimiste malgré les circonstances.

En effet, pourquoi certains d’entre nous peuvent garder le cap malgré des circonstances difficiles, alors que d’autres sombrent dans le défaitisme et souvent, abandonnent leurs projets au moindre écueil ?

En effectuant de nombreux tests et études avec des volontaires, il s’est rendu compte que cette résilience n’était pas nécessairement innée mais qu’elle pouvait être acquise. Il a donc ensuite passé des années à créer et raffiner des méthodes afin que chacun puisse en profiter.

L’un des nombreux exercices qu’il propose est WWW (What Went Well) que je me suis permis de traduire en français par LVO.

Trois bonnes choses

WWW, est tout simple. Il consiste chaque soir à noter par écrit, 3 évènements positifs qui se sont déroulés pendant sa journée. Cela peut paraitre comme de la psychologie “Bisounours” mais l’exercice va plus loin. A côté de chaque évènement positif, il faut expliquer pourquoi ils se sont produits.

En général, nous nous focalisons plus sur ce qui va mal ou sur ce qui risque d’aller mal, vous connaissez cela comme moi. Le fait de ne voir que cet angle nous prédispose à être plus anxieux et à verser plus facilement dans la dépression.

Ceci nous vient sans doute de nos lointains ancêtres de la préhistoire qui avaient eux de réelles raisons de s’inquiéter dans leur vie quotidienne. Ceux qui ont survécu, ne sont pas ceux qui se sont dit, “Cette ombre là qui bouge dans les fourrés ? Oh, ça doit être un lapin, rien de bien méchant !”, mais plutôt ceux qui, inquiets, ont rapidement mis de la distance entre eux-mêmes et un potentiel fauve aux dents longues.

Donc, pour des raisons d’évolution, le fait de pouvoir analyser les choses de façon pessimiste a été très utile pour notre survie en temps qu’espèce. Ceci dit, de nos jours, ce n’est plus nécessaire – avez-vous croisé un lion récemment ? – et WWW a pour but de maîtriser ou de surmonter cette tendance.

Alors, en portant notre attention sur les points positifs qui se sont produits pendant notre journée, nous détournons notre esprit de cette habitude à ne voir que les mauvaises nouvelles et surtout, à les ruminer.

Avec le temps, comme toute nouvelle habitude que l’on implémente par la répétition, cela permet de booster son optimisme et de rebondir mieux et plus rapidement après un évènement déplaisant.

Test réel

Est-ce que ça marche vraiment ?

Le succès rencontré par WWW et les autres méthodes créées par Seligman et ses chercheurs ont fait que l’armée américaine lui a demandé de préparer un cours sur mesure pour ses soldats, afin qu’ils résistent mieux aux pressions du combat.

Encore mieux, une école australienne, la Geelong Grammar School, qui accueille des élèves du primaire et du secondaire a décidé d’inclure un volet d’éducation positive dans son cursus pour toutes les classes, de façon à préparer ses étudiants à un meilleur futur. Bien sûr, WWW, est un des exercices obligatoires pour tous.

Entre parenthèses, ne vous parait-il pas évident que nos écoles devraient aussi apprendre à nos enfants des stratégies pour les aider à s’épanouir dans notre culture moderne ?

Et puis, pour savoir si cela fonctionne vraiment, le meilleur test que vous puissiez effectuer est de pratiquer LVO sur vous-même. :) (Vous pourriez éventuellement ensuite l’enseigner à vos enfants…)

Faites consciencieusement l’exercice pendant 4 semaines et vous verrez la différence. N’ayez aucun à priori en vous disant que cela ne va pas marcher, que c’est idiot, etc. Écrivez juste vos trois bons moments de la journée et expliquez pourquoi ce sont de bon moments.

Dans un mois, laissez-moi un commentaire en bas pour me dire où vous en êtes. ;)

Avec les membres du challenge Cloudbraining, je procède un peu différemment. Comme l’effort demandé pour atteindre leur but ou créer leur nouvelle habitude est intense, j’ai réduit LVO à un seul évènement positif et ensuite, progressivement j’en demanderai un deuxième puis un troisième… Bon, ça c’est un secret. Ils ne le savent pas encore, alors ne leur dites pas. ;)

Mais déjà, rien qu’en notant un seul évènement positif par jour, je vois de belles choses se produire. Pour moi, lire la section LVO du site devient un réel plaisir que j’attends maintenant avec impatience. :)

C’est amusant car, même si ces évènements ne sont pas les miens, ils ont une influence sur moi. L’optimisme (comme le pessimisme d’ailleurs) est contagieux.

Et vous, voulez-vous essayer ?… Maintenant ?

En commentaire, ci-dessous, dites-moi quels ont été les deux ou trois moments positifs, petits ou grands, de votre journée et expliquez pourquoi.

Vous allez voir, ça fait du bien. :)

(Photo : shoothead)

Commentaires

21 commentaires pour “La vie optimiste”
  1. Yann says:

    Intéressant comme méthode.
    Vu le fuseau horaire je suis le premier à finir ma journée ;)
    Si je fais le bilan de cette journée, j’ai bien 3 moments positifs : une réunion qui a été rondement menée, je me suis préparé un vrai repas (pour moi c’est une performance) et un RT sur un tweet.

  2. Jean-Philippe says:

    Ah oui Yann tu es même avant moi sur ton ile. ;)

    Bravo en tout cas pour tes 3 moments privilégiés ! Tu y mêles à la fois le professionnel, le personnel et… le culinaire. :D

  3. Amibe_R Nard says:

    Bonjour Jean-Philippe

    Alors, je vais commencer petit, juste un seul moment positif. :-)

    Quand je lis un de tes billets, c’est un moment positif pour moi, parce que tes billets me mettent de bonne humeur. Tu as de l’humour comme je l’apprécie et tu donnes envie d’avancer, même au travers de tes histoires.

    Je ne regrette pas les minutes que je passe en ta compagnie, et j’essaie de démarrer par toi car, sans en avoir l’air, tu m’accompagnes une bonne partie de la journée.

    Je te remercie pour ça. ;-)
    l’Amibe_R Nard

  4. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup l’Amibe ! Tes mots sont émouvants pour moi car souvent, en temps que blogueur, on ne se rend pas toujours de l’impact que l’on peut avoir… mais là, tu m’impressionnes et je suis très touché par tes paroles.

    Merci infiniment. :)

  5. Gaelle says:

    C’est marrant ton article Jean-Philippe car ce matin, en sortant de chez moi, je me disais que pour me remonter le moral, plutôt dans les basquettes ces jours-ci, je devrais essayer d’être plus attentive aux petits plaisirs que ma journée pouvait m’apporter…
    Alors, lorsque j’attendais le bus, je me suis mise à fermer les yeux et laisser le soleil réchauffer mon visage. Quel plaisir !!!
    Une fois dans le bus, ma voisine me dit que ma nouvelle coupe de cheveux me va à ravir. Chouette !
    Et sur le chemin du travail, je trouve un pauvre petit monsieur qui proposait aux passants généreux ses minis lampes de poche. C’est justement la Lumière dont j’avais besoin en ce moment pour y voir plus clair! Et je m’empresse de l’échanger contre une petite piéce et un ‘muchisima suerte’ (je t’écris de Madrid). Je reçois en échange un large sourire. Et hop, un autre petit plaisir !
    J’en suis déjà à 3 non?
    Mais je viens d’en avoir un autre… celui de découvrir ton billet du jour, qui en plus d’avoir été une coïncidence parfaite avec la reflexion que je me suis faite ce matin, m’a apporté une nouvelle fois beaucoup de fraîcheur et d’energie.
    Que ta fin de journée soit tout aussi ensoleillée Jean-Philippe!
    Gaelle

  6. Mestizaje says:

    Coucou Jean-Philippe,
    Superbe initiative je vais essayer d’appliquer pendant un mois et je reviendrais te donner les résultats.
    En tous cas,
    1/ Ce matin je me réveille et trouve un nouveau roman de mon auteur préféré dans la cuisine… qui avait été négligemment posé là par mon copain !
    2/ Un problème qui me taraudait au travail s’est brusquement résolu alors que j’angoissais depuis des jours
    3/ Je pars bientôt en vacances en Turquie… et une de mes collègues de la filiale turque s’en est souvenu et me propose d’aller boire un café avec elle et de me faire visiter la ville.
    et même un 4/ Dans 3 heures, je vais manger avec deux amies pas vues depuis des semaines et rigoler autour d’une bonne bouteille de Brouilly…
    TOUT ROULE !!
    Merci pour ce blog et cette bonne idée !

  7. Thierry says:

    bonjour, effectivment bon exercice, je vais changer mon journal de bord en conséquence. Pour ne pas procrastiner sur ce coup, vous devriez ouvrir un compte sur http://ohlife.com/ qui vous envoie un petit mail de rappel tous les soirs auquel il faut répondre, ça fait un an que je pratique ce site, mais j’y mets juste les choses extraordinaires du jour (positive ou négative) mon but n’étant pas de devenir optmiste mais de faire un truc extraordinaire par jour, et c’est ultra difficile!

  8. nana fafo says:

    et bien ça donne à réfléchir tout ça… ne serait-ce pas parce que je vois du noir qu’il fait noir… ne serait-ce pas parce que je me répète fatiguée psychologiquement que je ne trouve pas de force d’avancer… j’essaie cette méthode et te redis dans un mois. Même si la journée ne vient que de commencer, voici déjà le n°1 : ton billet, de temps à autre le matin j’aime commencer ma journée en venant lire ce que tu écris ça me fait du bien et je pense qu’il est important de te le dire.

  9. krakott says:

    Je lis souvent tes notes, pour tenter de trouver quelque chose qui m’aidera à voir la vie autrement… j’ai même ouvert un blog “oh life”… mais comme le reste, je n’ai pas tenu plus de quelques mois et encore, en écrivant comme-ci, comme-ça.

    Bref, je lis, j’observe, j’admire, j’envie mais lorsque je regarde ma vie, j’ai bien du mal à y trouver du positif. Je suis une pessimiste de nature. Je pense que nous ne sommes pas tous égaux dans ce domaine. J’ai beau m’y forcer, vraiment : je ne vois rien de réjouissant ni dans le présent ni dans l’avenir.

    Désolée de ‘casser’ un peu l’ambiance, mais je ne vais pas raconter d’histoires. Pour moi, la vie c’est un cadeau empoisonné que l’on n’a pas choisi. Il faut la subir, puisqu’on est là ; et tenter de rendre le tout acceptable. Mais de là à me réjouir il y a une marge ! J’ai beau me creuser les méninges, je ne vois même pas une chose que je puisse nommer positive par jour, alors 3 !!

    Probablement qu’on ne met pas la même valeur ni les mêmes attentes derrière ce mot. Probablement que j’en attends trop. Mais le fait est : j’attends que la roue tourne et qu’un jour la grande faucheuse passe me récupérer ! et d’ici-là… je survis !

    JP > Tu peux effacer mon commentaire, s’il n’a pas sa place ici. Je ne t’en voudrai pas :)

  10. Elie says:

    @ krakott : Je vous comprends totalement, car je suis à peu près dans votre cas, où l’on ne parvient pas à rester optimiste et où le pessimisme vous gâche vos journées.

    Je ne pense pas qu’il faille effacer ce commentaire car chacun à son mot à dire, qu’il soit bon ou non.

    Et à l’inverse des choses positives, mieux vaut (je pense) noter ce qui n’allait pas aujourd’hui pour remonter à la source du problème et voir ce qui ne va pas pour être un peu plus serein.

    En tout cas, le fait d’avoir un point commun peut permettre de s’entraider et de mieux se sentir dans sa peau.

    Sinon, j’aimerai créer un blog du même hébergeur que votre blog, Jean-Philippe. Pourriez-vous m’indiquer comment dois-je procéder cliquer et comment bien démarrer mon blog ? Merci et cet article était très bien écrit.

    PS : J’aimerai surtout créer un blog pour des collégiens divers, pour les aider à mieux se sentir, à réagir…

  11. Krakott says:

    @ Elie > Disons qu’apprécier un bon café ou une douche chaude ne suffit pas à me contenter de bonheur… Il n’y a pas de “raison” à mon pessimisme, d’ailleurs mon entourage ne se doute pas de ce que je pense, car je suis plutôt d’apparence joyeuse et épanouie.
    J’ai appris à faire avec, à me contenter de peu et à ne pas me lamenter sur des choses inchangeables. Il faut s’adapter et se faire une raison ! Mais de là à trouver du positif et devenir optimiste il y a une marge…
    Effectivement, ceci dit, c’est toujours agréable de se sentir moins seul(e), mais cela reste superficiel et virtuel. J’en ai conscience.

    Pour ton blog, essaie hautetfort si tu souhaites une plateforme toute prête. Sinon tu as wordpress qui est très performant mais peut-être moins agréable. Tout dépend de ce que tu sais déjà faire et souhaites faire… Si tu as besoin d’aide, demande !

  12. Elie says:

    @ krakott > Je vois ce que vous voulez dire. Malgré que je me montre, tout comme vous d’une humeur plutôt joyeuse avec mon entourage, je sens que je suis pessimiste et, sans m’en rendre compte, je l’étais déjà depuis un certain temps.

    Donc je pense que vous avez raison ; qu’avoir quelqu’un avec qui parler virtuellement, c’est bien, ça peut toujours aider, mais il y a une barrière de séparation. Se voir en direct, pour de vrai, c’est mieux.

    Sinon, pour mon blog, j’ai déjà quelques connaissances en domaine de forum, ce qui peut toujours aider. Mais si j’ai besoin d’aide, je penserai à vous.

  13. sejour says:

    Intéressante méthode !
    J’ai jamais compté des moments positifs dans la journée à part le diner du soir en famille que j’apprécie beaucoup. En général c’est des moments partagés que juge positive ou pas.

  14. Geof says:

    Billet très intéressant. J’avais déjà entendu parler de cette idée mais c’est l’occasion de commencer à la mettre en pratique =]
    Je me lance donc sur mes 3 petits plaisirs de la journée :
    1) Réunion très intéressante ce matin au travail.
    2) Le soleil qui revient en début d’après-midi réchauffer l’atmosphère.
    3) Voir l’équipe de France de basket féminine gagner son match, qui était en plus vraiment sympa à regarder.

    En tout cas, merci de proposer des articles toujours aussi agréables à lire.

  15. Jean-Philippe says:

    Merci à tous pour vos commentaires positifs et plein de LVOs ! Cela me fait très plaisir de vous voir jouer le jeu mais n’oubliez pas, il faut faire l’expérience sur plusieurs semaines pour en voir les résultats étonnants. ;)

    @krakott Merci aussi à toi pour ton commentaire que je considère aussi comme une LVO ! Pourquoi ? Parce qu’apparemment, tu ne confies tes états d’âmes à personne donc le fait de les partager ici me touche (nous touche !) et te fait surement du bien.

    Je connais bien ce que tu ressens, je suis moi-même originellement d’un naturel pessimiste. Tu ne le sais peut-être pas mais la science a démontré que tout le monde n’est pas égal dans ce domaine. Certains sont naturellement plus optimistes, d’autres, dont sans doute toi et moi, beaucoup moins.

    Bon, une fois ce constat établi, qu’est-ce qu’on fait ? On attend en marmonnant, en se plaignant, jusqu’à ce que la “grande faucheuse” – comme tu dis – nous rende visite ?

    Ou alors on se dit qu’il y a surement des choses à faire pour se rendre la vie plus agréable et faire que ceux ou celles qui nous entourent en profitent aussi ? Je ne te connais pas mais je suis certain que tu as des talents (au moins d’actrice puisque personne ne se doute de rien !) et il ne tient qu’à toi de les développer. ;)

    Paroles en l’air, paroles faciles ? Non, crois-moi, paroles d’expérience. Si j’ai pu changer un tant soit peu mon pessimisme, tu le peux aussi. La recette est simple :

    1 – Arrêter de se plaindre (je ne dis pas ça nécessairement pour toi)
    2 – Changer sa perspective (sa façon de voir les choses)
    3 – Agir (ça commence par une LVO ?)

    Voilà krakott ! Essaie de me répondre sans utiliser le mot “mais”, d’accord ? :D

  16. Krakott says:

    ;) Jean-Philippe,
    Merci de ton commentaire et de ton regard positif. Je réfléchis depuis que je l’ai lu à comment répondre sans utiliser “mais”…. je vais tenter, sans certitude d’y arriver.

    Concernant ton analyse, je la rejoins. Pour ce qui est des solutions… je dirais
    qu’en 1/ effectivement, je ne passe pas mon temps à me plaindre. En revanche, plus le temps passe et plus je constate que je “ralouille”, que je fulmine, que je peste dans mon coin contre un peu tout ce qui m’entoure. Au final, je pense que c’est surtout le reflet d’une angoisse grandissante sur l’avenir de mes enfants. Quel monde leur laisserai-je ? Vaste question, et celle qui suit ne m’aide pas à retrouver le sourire : pourquoi faire des enfants si l’on est incapable de leur livrer un monde acceptable dans lequel ils puissent s’épanouir et vivre heureux ?…

    2/ Pour changer de perspective, encore faudrait-il en avoir. Or, je n’en ai guère, si ce n’est élever mes enfants pour, un jour, les regarder partir, et attendre en la redoutant une retraite pénible, difficile financièrement et moralement car isolée, et comme la plupart, avec la santé qui se dégradera progressivement et devoir lutter, toujours et encore lutter. Pour changer de perspectives, il faudrait que je parvienne à trouver une éclaircie dans ce ciel sombre or, je n’en vois pas. Vraiment rien qui me pousse à aller de l’avant et on en arrive au

    3/ point : Agir. Pas l’envie, pas la force, pas la motivation, pas la moindre piste qui me donne ne serait-ce que l’envie de bouger. Je suis statique, j’attends que le temps passe et je vis plus à l’intérieur de moi qu’à l’extérieur de chez moi. C’est un choix, nourrit de désillusions et de déceptions. Un constat aussi.

    Baden Powell disait qu’il y a au moins 5% de bon en chaque être humain. J’y ai longtemps cru. En fait, c’est faux. Certains n’en ont pas et d’autre en ont 99% et si l’on fait une moyenne, les 5%, d’après moi, ne sont pas atteints donc je n’attends plus rien de personne. Je vis comme je peux au jour le jour, et je trouve surtout que ce qui est devant est beaucoup trop long… je n’ai pas le choix !!

    Il y avait 2 “mais” que j’ai transformés ^^ donc mission ratée ! ;o) Mais encore merci de ta compréhension et désolée d’avoir envahi de la sorte ton espace personnel.

  17. safia says:

    qu’est ce que ça fait plaisir de voir tout cet optimisme, cette simplicité , cette légèreté, se voir la vie avec les yeux d’un enfant

    et quelques heures après avoir lu vos articles, je me dis, quel bonheur de vivre en vrai, l’optimisme redonne à la vie la légèreté du souffle d’air qu’elle est

  18. Julien says:

    Bonsoir !

    Tout d’abord, je tiens à signaler que cet article me fait plaisir (comme d’ailleurs d’autres articles du site, mais revenons à nos moutons).

    En ce qui me concerne, j’ai la chance d’être un éternel optimiste. Certains pourraient répliquer que cela est ainsi car ma vie est immaculée, pourtant il n’en est pas du tout ainsi. Pour tout vous dire, en l’espace d’une semaine, j’ai raté l’examen du permis de conduire et j’ai su que j’avais été ajourné à un concours. Cet article m’intéresse beaucoup, car depuis un moment, je cherche à insufler l’optimisme chez quelques personnes qui me tiennent à coeur, ce qui est très difficile, ceux-ci étant de véritables bastions du pessimisme.

    En tant qu’”optimiste expérimenté”, je ne peux que valider le LVO, pourquoi n’y a-ton pas pensé plus tôt ?!

    Je peux succintement décrire ma méthode d’optimiste si cela peut venir en aide à quelqu’un, ou vous inspirer, Jean-Philippe.
    En fait, peu importe la situation qui se présente, je parviens toujours à percevoir un bon côté dans ce qu’il m’arrive.

    Je souhaite à tous le bonsoir.

    Ah oui, j’oubliais, un moment positif. Eh bien, le fait de partager son expérience pour l’enrichissement d’autrui me semble très positif. Vous n’êtes donc pas si pessimiste que cela Jean-Philippe! ^^
    Sinon, je dirais simplement que le fait de vivre est pleinement psoitif.

Commentez ce billet