Les 9 étoiles du désert (29)

Par le 12 March 2011
dans Des histoires

Les âmes du désert sont parfois sombres.

Épisode précédent | Début de l’histoire

L’homme au poignard s’arrêta devant les deux jeunes femmes.

Tin et Takamat, n’avait aucune moyen de s’échapper. Elles étaient bloquées contre le mur, dans un coin de la pièce où il y avait un banc, sans défense face à leur agresseur.

Tout cela s’était passé tellement vite que les deux jeunes femmes avait pensé que leur fin était vraiment arrivée. Mais non, l’homme au taguelmoust sombre restait immobile devant elles, les fixant de son regard dur, respirant lourdement.

Soudain, il approcha le poignard du visage de Tin. Takamat tenta de s’interposer mais l’agresseur la repoussa sans problème de son autre main. Il approcha doucement la lame de sa joue.

Tin osait à peine respirer.

Avec la lame, il écarta les pans de son voile et ne put retenir un petit cri de surprise en découvrant son visage. Ces yeux s’adoucirent mais pas d’une façon qui plut à Tin.

“Tu es belle.”

La voix de l’homme était rauque, pas très rassurante.

“Tu es trop belle pour te promener seule dans le désert,” ajouta-t-il en retirant son poignard d’un geste vif qui fit sursauter Tin.

L’inconnu recula et s’assit sur un tabouret. Il fit signe aux deux femmes d’en faire autant. Elles s’affaissèrent doucement sur le banc contre le mur.

L’homme tourna la tête et appela Aberwas.

C’est à ce moment-là que les deux jeunes femmes s’aperçurent que le vieux chef et sa suivante avaient disparus.

Aberwas passa doucement la tête par la porte.

“Donne-nous à boire !” dit l’inconnu.

Le vieux chef disparut et à sa place la même femme qui avait pleuré contre le mur apparut. Elle essaya de se faufiler le plus discrètement possible vers le foyer pour préparer à nouveau du thé.

L’homme dévisagea à nouveau les deux jeunes femmes qui avaient quelque peu retrouvé leurs esprits. De son poignard, qu’il tenait toujours dans la main, il pointa la servante de Tin.

“Ton nom ?”
“Takamat.”
“Et toi ma belle ?” dit-il en se tournant vers la princesse.
“Je m’appelle Tin et je ne suis pas votre belle !”

Leur agresseur partit dans éclat de rire un peu hystérique. Il s’arrêta brusquement et d’un mouvement rapide, mit à nouveau son poignard sous le nez de la jeune femme.

“Oui, tu es ma belle, et tu te tais. Tu ne parles que lorsque je t’y autorise.”

En colère, Takamat ne put s’empêcher de réagir.
“Vous savez à qui vous parler ? A la princesse…”

Elle ne put finir sa phrase car l’homme la gifla brusquement du revers de sa main libre. Le coup, violent, fit tournoyer la servante qui dut s’accrocher au mur pour ne pas tomber du banc.

“Princesse ?…”

L’homme repartit de son rire hystérique qu’il interrompit à nouveau brusquement.
“Ici, il n’y a qu’un maitre.”

Il dirigea la pointe de son long poignard vers son torse.
“Hakku, pour vous servir,” dit-il en se penchant légèrement vers l’avant, de façon moqueuse.

Tin aida Takamat à se relever. La yeux de la servante étaient plein de haine. La main sur sa joue rouge, elle repoussa sa maitresse.

“Tu es le maitre parce que tu tiens un poignard. Tu n’es qu’un lâche.”

D’un geste encore plus rapide et violent, Hakku gifla à nouveau Takamat, qui cette fois-ci tomba du banc sous la force du coup.

“Femme, celui qui détient le pouvoir est toujours le maitre. Et si je tiens le poignard, ce n’est pas par hasard.”

Tin aida à nouveau sa servante à se relever. Sonnée, Takamat se rassit difficilement, sans mot dire.

La princesse fusilla du regard leur agresseur. Celui-ci, narquois, pencha la tête de coté.
“Femme, parle donc…”
“Et si tu posais ce poignard ? Serais-tu toujours le maitre ? Ton pouvoir serait-il entamé ?”

Hakku fronça les sourcils.

“Regarde,” dit-elle en écartant les bras. Je suis sans armes. Quel mal pourrais-je te faire ? Et tu vois, je crois que Takamat a compris sa leçon.”

L’homme réfléchit un instant avant de rire et de ranger son poignard dans les plis de son bernouz.
“Voilà femme. Nous sommes à égalité. Mais si tu fais un geste trop brusque, ce n’est pas une gifle que tu recevras…”

Il tourna la tête.
“Le thé !” aboya-t-il à la suivante d’Aberwas.

Cette dernière, presque pliée en deux et gémissante, sortit de l’ombre, apportant les breuvages en tremblant, avant de disparaitre à nouveau.

Hakku, dont le visage était toujours caché par son taguelmoust, fit un geste rapide.
“Buvez !”

Tin et Takamat avancèrent lentement la main pour se saisir de leur thé.

Quelle différence.

Juste auparavant, elle pensaient être tranquillement en train de partager le thé de la bienvenue avec un vieux chef fané par le temps et maintenant, elles étaient prisonnières d’un homme brutal et écœurant.

Hakku baissa un peu son taguelmoust et but son verre, le reposant d’un coup.
“C’est froid !” hurla-t-il.

Un gémissement lui répondit dans l’ombre.

Il allait pour se lever lorsque Tin se redressa en même temps que lui. Surpris, il mit la main dans les replis de son bernouz, cherchant son poignard.

Elle écarta les bras en signe de paix.

“Que veux-tu ?” lui dit-il.
“Te parler, si tu m’y autorises.”

Hakku plissa les yeux.
“Je vois que tu comprends vite. Parle.”

Tin se rassit.
“Pourquoi veux-tu nous garder prisonnières ?”

En deux pas, Hakku s’approcha de la princesse et lui donna une grande gifle qui l’envoya dans les bras de Takamat.
“Tu ne poses pas de questions. Tu obéis.”

Il allait pour se rasseoir lorsqu’il entendit le gémissement dans l’ombre. Changeant d’avis, il s’y dirigea, menaçant déjà la suivante d’Aberwas.

Tin et Takamat se regardèrent. La voie était libre. Elles n’hésitèrent pas et bondirent. En trois pas, elles atteignirent la porte et sortirent, heureuses d’échapper à cette brute.

Leur joie fut de courte durée.

Dehors, elles durent s’arrêter brusquement, tombant nez à nez avec un groupe d’hommes, qui patientait autour d’un feu.

(A suivre)

(Photo : rcameraw)

Commentaires

20 commentaires pour “Les 9 étoiles du désert (29)”
  1. AMie says:

    Soulagée de savoir que tu vas bien, Jean-Philippe.
    Mais inquiète pour Tin et Takamat. 😉
    Bonne journée à tous !

  2. Orphéa says:

    Quel suspens ! J’aime toujours autant ce récit, vivement la suite la semaine prochaine (et les suivantes…)

  3. ChrisToonet says:

    Hello ! je suppose que le commentaire de AMie ci dessus veut dire que tu vas bien après ce sinistre incroyable !
    En tous cas cette pensée pour te témoigner l’attachement d’un lecteur de Franche-Comté !

  4. Nathalie says:

    Peut-être qu’ils sont à leur recherche non? 😉 Quelle brute quand même celui là !! bon je vais devoir être patiente encore… :)

  5. Arkanciel says:

    Hi, JP peut-tu nous dire si tu vas bien ? il est des blogs ou les commentaires s’affichent sans modération, on prefererait lire quelques lignes de toi…
    Arkanciel

  6. AMie says:

    @ Chris Toonet : oui, mais les nouvelles étaient d’hier et depuis… ?
    @ tous :
    Si quelqu’un a d’autres infos concernant Jean-Phi, merci de les partager !
    Ce feuilleton-là est autrement plus inquiétant que les neuf étoiles du désert ou l’étrange école.

  7. DocG says:

    Jean Philippe
    donnes-nous de tes nouvelles
    j’ai bien cherché quelles connaissances j’avais au japon et il n’y a que toi que je connaisse

    alors envoies nous un petit mot…
    a +

  8. Arkanciel says:

    re,
    quelqu’un sait-il sur quelle ville exactement se trouve JP ? j’ai quelques contacts là-bas mais il me faudrait des précisions, au moins nous saurions si c’est un problème de réseau…
    a+

  9. AMie says:

    Les nouvelles dont je disposais venaient du Twitter de JP et datent d’hier…
    http://twitter.com/JP2zo
    D’après le blog, JP vit à Yokohama (info juillet 2009).
    A +

  10. Jean-Philippe says:

    Merci à tous et toutes pour vos commentaires. Nous allons bien ici à Tokyo et j’apprécie beaucoup vos messages. :)

    Certains d’entre vous me suivent sur twitter et facebook et connaissaient déjà ma situation. Le tout maintenant c’est de revenir à un rythme normal, ce qui va prendre un certain temps.

  11. ChrisToonet says:

    Le risque majeur vient du nucléaire, peu maitrisable hélas ! Alors ne faut-il pas envisager un éloignement provisoire ??
    Donnes-nous de tes nouvelles au fur et à mesure !

  12. AMie says:

    Ouf !
    Prends bien soin de toi et de ton entourage.
    Peut-on lancer une discussion sur ce que tu entends par “rythme normal” ?
    Ou en feras-tu un cours de mythoquelquechose ? 😉

  13. Arkanciel says:

    Heureuse de te lire ce matin ! oui reprendre la vie courante ne dois pas être évident, de toute façon j’imagine que lorsqu’on traverse de tels évènements la vie ne peut plus être la même. Prend soin de toi.
    Arkanciel

  14. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup à tous. :)
    Voici mon dernier article sur la situation :
    http://www.revolutionpersonnelle.com/2011/03/stupeur-et-tremblements-au-japon/

  15. mariam says:

    pas de suite??? :(
    dommage, j’appréciais l’histoire…

  16. Jean-Philippe says:

    Merci Mariam pour les compliments ! Si, si, il y a une suite… 😉

  17. libellule says:

    je n’ai pas trouvé la suite de l’histoire des 9 étoiles du désert…..y’en a pas????

    merci pour tout le début…..

  18. Jean-Philippe says:

    Merci pour ces gentils compliments libellule ! Et le plus beau de tous, je crois, c’est de demander s’il y a une suite. :)

    Il y en a une, écrite mais pas encore publiée. 😉

  19. Eric says:

    Bonjour,

    Pour information les liens suivants manquent :
    – chapitre 20 vers chapitre 21,
    – chapitre 28 vers chapitre 29.

    Et sinon la suite est-elle prévue prochainement ou pas ?

    Par avance merci de votre réponse et félicitations pour votre site et son contenu.

    • Merci beaucoup Eric pour votre commentaire ! …et merci surtout d’avoir pris le temps de lire les 29 premiers chapitres en notant ces oublis. 😉

      Chaque fois qu’on me demande, “A quand la suite ?”, j’ai toujours un petit noeud qui se forme en moi. Pourquoi ? Parce que d’abord cela me rappelle la raison pour laquelle je me suis interrompu si soudainement et puis, comme l’histoire est déjà prête dans ma tête, il me faut trouver le temps de l’écrire.

      Je viens de terminer une autre “saga”, celle de La femme sans peur et, j’espère donc, l’année prochaine, continuer les aventures de Tin, Takamat, Madani, Julien et de tous les autres. 😉

Commentez ce billet