Avoir la chance d’être timide

Elle est peut-être timide mais elle vous regarde quand même... elle vous jauge, laisse parler son ressenti avant, peut-être, d'aller vers vous. :)

Dès que vous prononcez le mot “timide”, immédiatement toute une série d’images vous vient à l’esprit. Et pas toujours des très bonnes. En tout cas, pas de celles qui vous parlent de succès. Allez sur n’importe quel forum, vous verrez bien. Et puis je suis fatigué d’entendre le sempiternel “Je suis timide mais je me soigne!”… non monsieur, on ne se soigne pas ! On est comme on est, c’est tout, et notre timidité est notre principal atout.

Timide ou pas ?

Il semble que dans le monde, il n’y ait que deux catégories de personnes : celles qui sont sociables et celles qui rasent les murs dans les soirées. C’est étrange, non? Donc après la naissance, nous sommes ainsi divisés en deux camps. Ceux qui parlent à tous sans problème et ceux qui s’excusent de déranger.

Dans quelle catégorie êtes-vous? Moi, je fais partie de la deuxième, de celle qui est née en rougissant, de celle qui finirait presque par s’excuser d’être venue au monde. En réalité, c’est vrai que les frontières ne sont pas aussi clairement tranchées. Chacun d’entre nous vit des situations où nous pouvons nous exprimer sans problème. Cherchez bien dans votre mémoire. Avec cet ami ou cette amie, vous avez pu mener le débat, exprimer avec conviction vos opinions et même faire rire votre interlocuteur.

Notre société elle, a été modelée pour ceux qui parlent haut et fort, pour ceux qui expriment avec force leurs idées. Les timides n’ont qu’à rester chez eux et tout ira bien. Ainsi, pour tenter de changer la donne, certains entreprendront des thérapies à la recherche de l’origine de ce soi-disant fléau. Cela prend du temps, beaucoup de temps et d’argent. Sans garantie de résultat. Et puis, il y a d’autres cultures où on sait apprécier la timidité. Je vous invite, par exemple, à venir au Japon où cette attitude est considérée comme une haute forme de politesse. Demandez à Amélie Nothomb.

Trésor caché

Chaque trait de caractère possède ses avantages. On parle toujours des qualités qui existent chez le meneur, chez le leader qui aboie ses ordres, ceci dit, j’entends rarement parler des qualités du timide, comme s’il n’y en avait pas. Mais en faisant des recherches on finit par trouver que ceux et celles qui sont réservés possèdent de biens beaux atouts. Bien sûr, on le savait, on le “sentait” mais, puisque chez nous les timides, on ressent les choses plus qu’on ne les exprime, c’était difficile à faire comprendre aux autres !

Et c’est bien ça la force du soi-disant timide. Le ressenti. Il ou elle peut très vite se connecter à une personne et la discerner, entrevoir ses émotions et pratiquement les ressentir. Ça s’appelle l’empathie. C’est une qualité très forte qui vous permet de parfaitement naviguer dans une conversation en tête à tête. Beaucoup de personnes recherchent notre compagnie parce qu’ils savent qu’ils seront compris et pas jugés. Parce qu’ils savent qu’ils trouveront une oreille amie. Ça ouvre de nombreuses perspectives pour les timides possesseurs de cette qualité formidable.

Cette empathie est aussi extrêmement utile dans de nombreux autres domaines. Que ce soit dans le monde de l’art, des affaires ou de la recherche, le fait de percevoir les choses un peu avant tout le monde doit vous permettre de trouver votre place dans la société. Maintenant, la balle est dans votre camp. 😉

Renaissance des timides

Ce n’est pas tout de savoir qu’on possède des trésors cachés encore faut-il les faire fructifier. Il faut ainsi évoluer. Et là, je ne fais pas de cadeau à mes camarades “réservés”. Il n’y a aucune raison de rester chez soi enfermé, le seul contact avec l’extérieur étant par l’intermédiaire de la télé. D’ailleurs, cette dernière ne fait que vous culpabiliser un peu plus en ne vous montrant que des gens souriants, qui s’expriment aisément face à des millions d’autres.

Il n’y a aucune excuse à se plaindre de sa condition. Le “pauvre de moi” ne vous mènera nulle part. Sachez bien que personne ne viendra vous aider. Sauf si vous payez. Et même là, comme je vous l’ai dit plus haut, vous n’avez aucune garantie de résultat. Alors ça dépend de vous. Nous sommes tous nés avec des qualités et des défauts. La solution n’est pas d’essayer d’effacer ses défauts mais bien de se concentrer sur ses qualités.

Il faut lire, rechercher, de vous-même, à bien comprendre ce qui se passe dans votre tête. Avec toutes les connaissances à portée de clavier, vous n’avez aucune justification pour ne pas trouver des solutions. Dès que vous en trouvez, vous pouvez tenter de petites choses bien dosées, pas trop difficiles. Vous voulez repousser vos limites. Vous vous lancez pour, bien sûr, retomber. Et puis vous tentez encore une fois, et encore, et encore jusqu’à ce que vous réussissiez à exécuter parfaitement le but que vous vous étiez fixé. Par exemple, comment engager une conversation. Ainsi, petit à petit, vous évoluez vers des activités qui vous conviennent mieux, celle que vous vous êtes choisies.

La maîtrise de soi

Soudain, le mot “timide” qui est trop chargé négativement disparaît. Il est remplacé par celui d’ “intraverti“. C’est une étiquette dont vous devenez fier, que vous chuchotez sur le ton de la confidence, avec un air mystérieux. Vos interlocuteurs sont surpris. Intraverti? Mais c’est quoi exactement?

D’un ton modeste mais assuré, vous pourrez leur expliquer que la différence entre le timide et l’intraverti est que ce dernier choisit d’éviter les masses bruyantes tandis le premier les évite par peur. Devant les “ah” de votre auditoire qui hoche la tête d’un air entendu, vous pourrez alors quitter la scène, drapé dans votre “intraversion“. Personnellement, c’est ce que j’applique et je vous recommande d’en faire autant. Ça vous change une vie. D’un coup, c’est vous qui décidez. Vous n’êtes plus l’esclave d’une étiquette qu’on veut vous faire porter. Vous contrôlez votre image. C’est important à notre époque.

Ainsi, je ne me force pas à faire des choses où je pense qu’il y aura trop de monde, où je me sentirai oppressé. Je ne recherche pas les grandes réunions. Les seules auxquelles je participe sont celles où j’ai vraiment envie d’aller, où j’ai un certain intérêt. La vie devient ainsi bien plus simple.

Vous rencontrez des gens qui partagent vos goûts (intravertis ou non) et vous vous forgez de nouvelles relations, si vous le désirez. Soudain, vous êtes étonné par votre confiance, votre façon de parler. Vous vous surprenez même à apostropher les autres. Vous êtes sur votre terrain, celui que vous avez choisi. Le tout, c’est de refuser ce qui ne vous convient pas. Les invitations qui ne vous plaisent pas. Personne ne peut vous forcer. Si quelqu’un essaye, demandez-vous quel est son vrai but.

La relativité des choses

Sereine, notre belle Terre tourne gracieusement sur elle-même. Le temps avance inéluctablement et si vous restez chez vous, enfermé à double-tours, la lune ne va pas s’arrêter pour vous attendre. Si vous sortez et tentez des choses judicieusement choisies, n’ayez crainte, les planètes continueront leur lente gravitation. Si vous essuyez, un jour, un “non” glacial, les étoiles elles, brilleront toujours. Même si vous êtes rejeté 10 fois, les galaxies poursuivront tranquillement leur expansion vers l’infini. Et quand enfin quelqu’un répondra “oui” à votre demande obstinée, l’univers lui, aura conservé sa progression inexorable vers le grand inconnu.

Mais entre temps, vous aurez changé, vous aurez progressé et vous serez fier ou fière de vous. Prêt à recommencer.

Le début d’un nouveau goût pour la vie.

Le début d’une révolution d’un big bang personnel. 😉

(Photo : tibchris)

Commentaires

71 commentaires pour “Avoir la chance d’être timide”
  1. Harry says:

    J’ai adoré ton article, cette timidité est effectivement un atout, peut être même l’un des atouts les plus importants d’un personnalité grâce à l’empathie qu’elle développe.
    J’ai moi même pu travailler sur cette timidité, qui n’existe plus pour moi maintenant. Avec du recul, je la qualifierais d’étape à franchir pour s’ouvrir aux autres, ou pour oser d’autres choses. Mais le plus formidable dans l’histoire, c’est que lorsque l’on perd cette timidité, on a encore le moyen de développer l’empathie, et c’est peut être le plus efficace des outils pour comprendre et s’adapter aux relations humaines ..

    Ps: Magnifique Photo, comme d’habitude :)

  2. Jean-Philippe says:

    Merci Harry pour ton témoignage ! Tu es la preuve vivante (on est 2 pour l’instant ;)) que le fait d’être timide n’est pas un handicap. Bravo pour avoir travaillé sur ce qui est devenu un gros atout dans ta vie. :)

  3. Lancelot says:

    Franchement, je me demande comment tu arrive à écrire sur ton blog d’aussi bon articles et aussi long. ;o

    Et +1 Harry ! 😉

  4. Doomyflo says:

    voilà un billet qui m’a fait bcp de bien! d’abord de me retrouver dans l’intraversion ( c’est tout à fait ce qui est décrit que je vis) et dans la déculpabilisation de mes choix loins de ce qui ne me convient pas…
    Mon dernier effort d’intravertie a été d’assister à un concert avec pas moins de 5000 autre personnes… arriver à faire abstraction de la foule n’a pas été simple mais le defi fut gratifiant…

  5. Jean-Philippe says:

    @Lancelot Merci beaucoup ! et 3. 😉

    @Doomyflo Bravo pour ton challenge ! Tranquillement, à ton rythme ça vient… et de 4. :)

  6. Lanza says:

    Je suis timide, mais je me soigne. :p
    Il y a timide et timide. J’étais à un stade maladif, je pense.

    Je l’ai fait tout seul, par introspection, auto-analyse, méditation, réfléxion, appelons ça comme on veut. Et ça a marché.

    Oh, je ne suis pas devenu une grand gueule, et j’ai encore des accès de timidité quand je déprime un peu. Mais quand je pense qu’il y a deux ans, j’étais incapable de téléphoner, je mesure le chemin parcouru ; et ça me fait du bien, j’en souffrais trop.

    Donc j’ai un peu de mal avec cet article. Mais soit.

  7. Jean-Philippe says:

    @Lanza Félicitations pour tes efforts et merci de montrer l’exemple. :) et de 5? (Je n’ai pas compris ce que tu veux dire dans ta dernière ligne)

  8. mtalibi says:

    trés bon article. il ne faut pas oublier que des fois on confond la timidité avec la peur. la peur de l’inconnu peut-être? ou est ce le manque de confiance en soi?

  9. Rémy says:

    je pense également que la timidité (si pas maladive) n’est pas un handicap mais une force ^^

  10. Jean-Philippe says:

    @mtalibi Merci beaucoup ! En fait, tout est lié.

    @Rémy Nous sommes d’accord ! 😉

  11. Nicolas says:

    La timidité n’est que la manifestation apparente de l’attente d’un résultat qui ne correspondrait pas à nos attentes. Je m’explique. J’ai envie de parler à cette personne séduisante et j’ai peur qu’elle me rejette, parce que je sais que cela va induire un état négatif chez moi car j’émettrai à ce moment une pensée négative (automatiquement, car les patterns négatifs sont automatiques si l’on y fait pas attention, si l’on ne surveille pas ses pensées).
    Alors je ne vais rien faire, car j’ai peur de ressentir cet état négatif.
    Par contre, si je ne prends pas le rejet personnellement, si je ne me dis pas qu’elle ma rejeté à cause de mon apparence par exemple, mais parce qu’elle avait ses propres soucis, que je n’étais pas là au bon moment, etc., je m’en ressentirai beaucoup mieux. Ce qu’il f

  12. Nicolas says:

    Ce qu’il faut savoir est qu’il ne faut pas accorder, dès le premier instant trop d’importance à notre interlocuteur. Il n’est pas supérieur à vous et vous non plus. Vous êtes égaux. C’est cela qu’il faut se mettre dans la tête, même si l’on veut nous faire croire le contraire.
    Pour moi, timidité veut dire: rougeurs, tremblements, grande peur de parler aux autres. Je pense que beaucoup de personnes se considèrent comme timides alors qu’elles sont simplement introverties.
    Et quand à ces histoires de leaders, il y a 2 catégories de “leaders”:
    -Ceux qui n’ont aucune confiance en eux en réalité et qui veulent prendre un “ascendant” sur les autres pour se sentir sécurisés et confortés que les autres les aiment. Ces ont eux qui aboient à longueur de temps et qui font des pieds et des mains pour qu’on les remarque.
    -Ceux qui sont animés par un projet, une oeuvre, quelque chose de constructif qui apporte quelque chose à l’expérience humaine.
    Voilà mon point de vue qui n’engage que moi, mais j’ai déjà pu avoir quelques confidences de ces “leaders” qui m’ont avoué qu’ils étaient très timides en réalité et n’avaient aucune confiance en eux.

  13. Jean-Philippe says:

    Merci Nicolas pour ce long exposé et surtout d’avoir pris le temps de l’écrire !

  14. Sarah Roy says:

    Encore un article génial sur ce blog, et dans lequel je me reconnais totalement. Je me revois le premier jour de mon petit boulot d’étudiante, caissière chez Gibert Musique, et toute rougissante dès qu’un client m’adressait la parole! Etre intraverti se travaille en effet, et j’ai pour ma part choisi la méthode forte puisque j’ai fait de la communication mon métier!!
    Mais même s’il y a du mieux, je ne voudrais pour rien au monde changer mon statut d’intravertie, qui me permet par exemple de ne pas “m’éparpiller” dans une soirée mais plutot d’avoir des conversations à batons rompus avec d’autres timides et jamais très loin des murs que je continue de raser :-)

  15. Jean-Philippe says:

    Merci Sarah pour les compliments et de partager votre expérience très personnelle ! Je suis d’accord, il faut garder son statut d’intraverti(e) pour continuer à avoir des conversations riches et privilégiées. 😉

  16. Lanza says:

    Tout à fait d’accord avec Nicolas. Et des leaders animés par une œuvre, je pense qu’il n’y en a pas beaucoup. On fait tout pour qu’il n’y en ai pas, sans doute parce que nos leaders ont depuis quelques centaines, voire milliers d’années, appartenus à la première catégorie. 😉

  17. Jean-Philippe says:

    Très intéressant Lanza. :)

    Je suis un peu curieux là mais alors, selon toi, à quand remontent les derniers “vrais” leaders ? Peut-être à la fin du paléolithique (environ -15000)? Ou après ? Merci d’avance pour ta réponse. :)

  18. Laure says:

    Bonjour,

    J’ai un peu de mal avec cet article dans le sens ou il dit : lorsqu’on est timide ,on est de ce fait dans l’empathie etc…perso, je ne le ressens pas forcément ainsi..j’ai remarqué pour ma part que les timides sont souvent des gens trop centrés sur eux…car justement ils ont tendance à se comparer à autrui et une part de leur intention ‘inconsciente ‘ est de ‘plaire’ et donc ce qui me gène avec les timides, c’est souvent cette façon de ne pas ‘oser ‘…ne pas oser dire non par ex…car dire non à une demande c’est risquer d’avoir une réaction qui nous déstabilise…on se rend compte par la suite que le timide a souvent des actes qui ne sont pas en rapport avec ses dires…et là, ça fait bondir la ‘grande gueule’ que je suis….car on ne sait jamais qui ils sont vraiment…à force de ne pas oser déplaire ils en perdre leur véritable personnalité ,parfois …donc j’associerais d’avantage le mot “empathie’ au mot “réserve’…dans le sens personnalité humble et réservée…que le mot ‘timide’…que j’associé (peut être à tort) à ‘trop gentil’ et donc pas assez lui-même….
    personnellement je me méfie d’avantage des timides que des grandes gueules…avec les grandes gueules on sait à qui on à faire…pas forcément avec les ‘timides’…

    enfin, voilà…j’sépère que mon côté ‘grande gueule’ ne vous aura pas trop saouler ! lol

  19. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Laure de nous donner le point de vue d’une “grande gueule” comme tu te définis. :)

    Voilà comment les conflits surviennent, quand on ne connaît pas l’autre, on donne des étiquettes, c’est normal. Le tout c’est de comprendre pourquoi l’autre agit comme il le fait. Je t’imagines en train de bondir face à l’indécision d’un timide… tu peux être certaine que cela ne l’encouragera pas à s’ouvrir. 😉

    Mais toi aussi tu as ta personnalité que l’on doit respecter, alors, le tout c’est de trouver un juste équilibre. Pas facile !

  20. Jean-Pierre says:

    J’ai été un grand timide en toutes circonstances. Je suis beaucoup moins timide dans beaucoup de domaines mais j’ai des rechutes quand je ne me sens pas en confiance dans la démarche que je veux entreprendre. À pondérer par l’importance du but qui la sous-tend.

    je peux aussi savoir affirmer haut et fort mon point de vue dans le cas inverse, quand je pense aussi que c’est utile ou nécessaire. Je ne vois pas d’utilité si je n’ai pas confiance à priori dans mon effet (ça, ça s’améliore !)

    mais ce que je sais c’est que j’ai toujours une très mauvaise écoute et l’empathie difficile.

    Moi aussi je trouve que votre raccourci n’est pas généralisable à tous les timides. parce que je pense qu’elle a des causes multiples et des effets pareillement divers 😉

  21. Jean-Philippe says:

    C’est vrai Jean-Pierre, une généralisation ne couvre pas tous les cas de figure. Donc merci pour cette précision et merci aussi pour votre long témoignage. :)

  22. Jean-Pierre says:

    J’ajouterai cependant qu’abandonner un combat ainsi que je le dis dans mon précédent message n’est pas LA solution, juste un paliatif. La difficulté est de s’économiser sans se compromettre (éviter les regrets).

    Avec plus de courage et moins de peur et d’appréhension (nuisible à notre but), l’action est souvent préférable, si ce n’est tout le temps. Agir apprenant à agir et diminuant ces angoisses, il faut agir.Je renverrai bien à quelques passages de l’art de la guerre de Sun Tzu où l’indécision et l’inaction sont décrits comme les défauts les plus inadmissibles d’un général.

  23. Jean-Philippe says:

    Jean-Pierre, votre 2ème paragraphe est très beau !… et il m’inspire un nouvel article pour le blog. Merci. 😉

  24. Laure says:

    “”Je t’imagines en train de bondir face à l’indécision d’un timide… tu peux être certaine que cela ne l’encouragera pas à s’ouvrir””

    oui, tu as bien raison…c’est pourquoi je fais souvent peur aux timides!!…(pas tous, heureusement !)…lol

  25. Jean-Philippe says:

    Ah ! Donc tu sais aussi les amadouer… 😉

  26. Nox says:

    La perspective proposée a quelque chose d’intéréssant et de vrai, dans la mesure ou oui, le timide regarde beaucoup les autres.

    Par contre, là ou je ne suis pas tout à fait d’accord, c’est de dire que la timidité est une qualité. Pour moi, cela s’assimile à la méthode Couet.
    J’etais autrefois un timide maladif.

    Mais la timidité, il faut le reconnaitre, est une forme d’égocentrisme. Le fait de dire quelque chose qui ne plait pas à notre interlocuteur peut paralyser. Tellement on s’inquiète de sa petite personne, de son image. C’est aussi une forme d’hypocrisie. Sourire niais, complaisance, manque de franchise.
    Toujours par peur du jugement. Quitte à etre faux cul. ” Surtout, sutout, ne pas montrer que j’ai des défauts !!! ”

    Quand à l’introvertie, c’est pour moi une personne qui ne s’occupe que peu de l’avis des autres. Il n’aime pas trop en faire, et maintien une forme de réserve, car il n’aime pas forcément faire du déballage comme ça. Mais parler à un inconnu ne le paralysera pas pour autant.

    Après, bien sur, il y a les apprentis seducteurs qui pense qu’il faut etre un male dominant. Qui veulent s’imposer. Mais quand ce n’est pas quelque chose que l’on fait naturellement, c’est plutot risible. Et j’ai vu faire ^^

    Pour moi l’arme absolue en terme de sociabilité est le naturel.
    Moi qui ai passé une grande période seul (après une deception amoureuse, le classique du genre !) j’etais trop renfermé.

    Puis le déclic, le ras le bol. Je suis moi, point barre. Et pour moi, le résultat est venu lui aussi…. naturellement :-)
    Ca me fait bizarre d’y repenser tellement je suis sollicité aujourd’hui.

    Et oui, meme un gros naze, s’il est sincère, dégage parfois du charme, ce qui est difficile pour un timide, pour peu qu’il n’ait pas un physique de beau gosse. Et souvent, les gens chercheront plus sa compagnie qu’un “gentil” timide.
    Car lui au moins, il est honnete !

    Voila, c’etait pour donner d’autres pistes et faire avancer le schmilblic !

    Bonne chance à tous les timides 😉

  27. Jean-Philippe says:

    Bravo Nox ! Ton expérience est enrichissante pour nous tous. Merci d’avoir pris le temps de la partager. 😉

  28. Nox says:

    Merci Jean-Philippe ! Et puis si ça peut aider…

    Etre timide par peur du jugement, donc peur de ne pas etre aimé, alors que les personnes les plus aimées, de manière générales, sont les gens francs du collier, pour peu qu’ils ne soient pas agressifs.

    Un comble, n’est-ce pas ? :-)

  29. Jean-Philippe says:

    C’est très bien dit Nox ! Une raison supplémentaire d’être soi-même. 😉

  30. Hugo says:

    Votre article et les commentaires sont intéressants car ils donnent un point de vue plutôt positif de la timidité, et donnent un peu d’espoir. Mais il faut bien avouer quand même qu’être timide ou introverti peut-être handicapant.. je suis tout à fait d’accord pour l’empathie, etc.. mais il y a bien des moments où l’on a besoin de s’affirmer un peu, de ne pas seulement écouter et regarder les autres mais aussi de participer et ce n’est pas toujours facile.. Sans aller jusqu’à vouloir “se soigner” de quelque chose qui fait partie de nous, il peut-être nécessaire de vouloir se libérer un peu de cette timidité qui nous empêche de faire certaines choses, non ?

  31. Stéphane. says:

    J’aime beaucoup cet article et les commentaires qu’il provoque. La timidité est quelque chose de complexe en fait. Elle revêt plusieurs formes ou manifestations selon les personnes. Je crois qu’elle est d’abord une manifestation physique d’une émotion. Les timides sont avant tous des hyper émotif. Pas forcément des hyper sensibles ou empathique. Je suis quelqu’un de timide ou réservé ou hyper émotif. Je ne suis pas empathique. Je suis à l’écoute mais je crois que cela n’a rien à voir avec ma timidité. J’aime les sons, j’aime entendre, écouter. Écouter parler les gens, mais amis, écouter les bruits… Je suis très contemplatif mais plus par “philosophie” ou rapport à la vie. Mais je ne peux pas dire que soit empathique. Vraiment pas même. Je dois avouer que je suis souvent complètement dans le faux. je ne capte rien des gens. D’un certain coté, je suis d’accord avec Laure. Nous sommes nombriliste ou égocentrique. Mais pas plus que les autres, pas moins non plus. Nous ne le gérons plutôt mal je crois. Et de fait l’exprimons de façon tordu.
    Mais je pense qu’il ne sert à rien de nous jeter la pierre ou de se jeter la pierre. Et c’est ce que j’aime dans cet article. C’est qu’il ne dramatise pas, qu’il bouscule un peu les idées reçues et qu’il nous apprend à faire d’un défaut une qualité. Mais attention. je ne pense qu’il existe des timides épanouis. Personnellement, ma timidité m’a gâché certains aspect de ma vie. Elle m’a aussi permis d’en développer d’autre. Et curieusement – comme quoi il n’existe pas règle – elle m’a rendu très provocateur. Je suis capable d’être une grande gueule pleine d’une mauvaise foi affligeante. Les raisons sont diverses mais j’ai cru comprendre que c’était aussi un trait de caractère courant chez les timides.
    Aujourd’hui j’en suis où avec ma timidité ? Je travaille pour qu’elle ne soit plus un problème. J’ai déjà commencé par l’accepter, à comprendre cet hyper émotivité, ses origines. Mais comme le démontre Jean Philippe, il n’y que l’action et bravo pour ces conseils qui sont très efficaces. Et puis, soyons un peu moins grave. Ne dramatisons pas. Sachons en rire parce que force et d’admettre que parfois tout cela est un peu ridicule. Et il ne faut surtout pas avoir peur du ridicule.

  32. kinthia says:

    Je vous remercie pour vos billets plein de sens. Tous font réfléchir et nous font parfois même changer d’avis, ou du moins permettent de se remettre en question.
    Enfin un site intelligent …
    J’y puiserais mes réflexions mais aussi mes thèmes de méditation prochaine !

  33. Jean-Philippe says:

    Merci Kinthia pour tous vos compliments… et bonne méditation ! 😉

  34. Yuca965 says:

    “intraverti“ –> intr-o-verti

    La timidité, ais-je lu autre part, -et je partage cette avis- est un manque de confiance en soi, on a peur des réactions des autres.

    J’aime bien l’avis de Laure aussi.

    Le Timide cherche constamment à savoir ce que pense l’autre… non, je ne crois pas, pas vraiment tout du moins : il imagine ce que pense les autres de lui, mais il est pessimiste et pense à toute ses défauts, et non ses qualités (“je suis moche, je suis ennuyeux, j’ai honte de moi”)

    Le timide se pose souvent la question: “Est-ce que je gène ?”
    Et y répond toujours par “oui”.

    On fait trop attention aux autres et pas assez à nous. Non, on se fait entendre nos défauts par la bouche des autres… on se les reproche en faites nous-même, je pense que le subconscient profite de la présence d’autre personne pour nous rappeler ce dont on n’est pas fier, la timidité est une sorte de lâcheté aussi… si on manque de confiance en nous, c’est pas par hasard : c’est pour une raison, et c’est à vous (et moi) de les trouver et de les corriger.

    La timidité, c’est un peu l’inverse de la mégalomanie (manque de confiance en soi, c’est pareil). Tout en étant de la lâcheté.

    Écrit d’après ce que j’ai trouvé en m’introspectant.

    Ps: merci pour cette article qui m’a fait réfléchir et qui me donne ma solution/clé pour détruire ce défaut !

    Si vous partagez mon avis, commencez par cette question : “Pourquoi je ne m’aime pas ?” (En partant d’une constatation et non d’une supposition, ça vous obligera à trouver des choses chez vous que vous vous reprochez–> Ne vous dites pas : Qu’est ce que je n’aime pas chez moi? car on peut y répondre par “rien”, et si vous avez de la lâcheté (surtout si vous refusez de l’admettre alors que vous en avez) alors vous prendrez la solution de facilité, la fuite, sois la lâcheté)

    Et bla bla bla bla , quand est-ce que t’arrête de parler ?! Désolé :s, je m’évertue à répondre à des mécompréhensions ou à des questions avant qu’elle ne soit posées :s. Navré de vous avoir fait lire un si long message ><'.

  35. Jean-Philippe says:

    Au contraire ! Merci Yuka965 pour ce long commentaire ! Je suis certain que cela peut aider d’autres à y voir plus clair dans leur propre cheminement. :)

    J’ai choisi à dessein le mot intraverti plutôt qu’introverti. Je sais qu’il n’existe pas officiellement dans la langue française mais pour moi, introverti possède une connotation négative que n’a pas le mot intraverti. Ce dernier me parait plus neutre voire positif. Mais c’est juste mon opinion. 😉

  36. Gilles says:

    Être timide n’est pas une force mais un handicap qui doit être vaincu le plus rapidement possible. C’est en cela que c’est intéressant, arriver par ses efforts à vaincre un de ses traits de caractères. La solution c’est le travail sur soi et avec les années ça s’améliore.

    Le commentaire de Nox est bien erroné (n’est pas psychologue qui veut …) car la timidité ce n’est pas de l’égocentrisme et un timide n’est pas un malhonnête.

  37. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Gilles d’apporter votre opinion au débat ! Vous avez aussi raison, la timidité peut être considérée comme un handicap. Cela dépend de votre perception. C’est un peu comme le verre que l’on voit, soit à moitié vide soit à moitié plein. 😉

  38. Nox says:

    Un handicap, oui. Mais Gilles, puisque que tu dis que mon avis est bien erroné, il serait intéressant que tu dises en quoi, en argumentant un peu ! Je ne suis pas psychologue, mais au moins j’explique pourquoi je pense cela 😉
    Amicalement.

  39. Amethyst says:

    Merci pour cet article.Je suis extrêmement timide depuis toute petite.Engager une conversation est un vrai combat,faire un exposé devant une classe entière est horrible.Je rougis,je ne regarde jamais quelqu’un dans les yeux,je ne parle pas fort.Je me demande souvent ce que les autres pensent de moi.
    Quand je prends mon courage à deux mains,il m’arrive de réussir à faire croire que j’ai confiance en moi et surprendre les gens qui me connaissent.En particulier pour un oral avec une note à la clé 😉
    Mais en même temps je n’ai pas envie de perdre ma timidité parce qu’elle fait parti de moi même et je sais que des gens qui m’ont vu une seule fois se rappelle de moi grâce à cette timidité !
    Je suis ravie d’avoir trouver votre site,les articles sont très intéressant,merci !

  40. lartus says:

    je venais de lire l’article sur le time-boxing, et la lecture de celui-ci me fait procrastiner… Mais c’est tellement intéressant ! Bravo et merci pour ce blog.
    Nous considérons-nous tous comme des timides, scanners, procrastinateurs ? Sont-ce des traits spécifiques à une certaine catégorie de la population ?

    Pour ma part, je suis très timide hors de ma zone de confiance, et absolument pas à l’intérieur de cette zone. La difficulté vient du fait que j’ai des idées et un tempérament rebelles, à contre-courant, et j’ai souvent le sentiment d’échouer à exprimer ce point de vue original, sauf dans le cadre intime. J’ai fait beaucoup de chemin, mais j’ai encore le sentiment d’être coupé en deux : la personne publique/pro, fade, superficielle et timorée vs ma vraie personne privée, aventureuse, originale et très sûre d’elle. J’ai remarqué aussi que je suis timide lorsque je joue un rôle qui n’est pas le mien, lorsque je fais semblant d’être une sardine… C’est comme au théâtre lorsqu’on se regarde jouer à la troisième personne et qu’on se demande si on joue bien. On tend un filet pour ne pas tomber, mais sans s’apercevoir que ce filet est en réalité tendu entre nous et la réussite…

    Continuez en tout cas !

  41. Acouphene says:

    @lartus : “la personne publique/pro, fade, superficielle et timorée vs ma vraie personne privée, aventureuse, originale et très sûre d’elle.” : il est clairement difficile (comprendre : risqué…) de s’afficher dans sa vie professionnelle. Bien souvent, les “bons petits soldats” qui savent manœuvrer en finesse et planter des couteaux dans le dos au bon moment sont ceux qui connaissent une progression rapide dans l’échelle sociale. A l’inverse, être “coupable de délit de grande gueule” reste pénalisant, parfois éliminatoire.
    Un ami y voit “le jeu de l’entreprise”. C’est probablement un jeu, le problème étant qu’on n’a pas toujours le choix de se retirer de la partie.

  42. lartus says:

    @Acouphene Merci ! Je n’avais pas vu les choses comme ça. Tant mieux si ma timidité peut m’aider dans ma vie professionnelle. Cela étant, il y a peut-être une différence entre suivre les codes malgré soi par timidité, et les suivre sciemment par stratégie. De même qu’il y a de bons moments pour être grande gueule et d’autres où c’est proscrit.
    Enfin, j’ai désormais la chance d’avoir trouvé une situation professionnelle qui n’entre pas en dissonance avec mes aspirations, et de ne pas être trop “coupé en deux”. C’est peut-être plus sain que de manoeuvrer en sous-marin en environnement hostile…

  43. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup lartus et Acouphene pour vos contributions ! Très intéressant. 😉

  44. Nox says:

    Cela dit, entre le timide et la grande gueule, il reste une marge !
    Les extrêmes sont rarement bons.
    Combiner finesse et affirmation de soi, en usant de discernement pour repérer l’attitude adéquate selon la situation vécue.

  45. Hello,

    Une bonne solution (que j’utilise moi-même) pour vaincre la timidité est de ne pas se poser de question: dire ou faire des choses sans vous demander si cela sera bien vu ou non.

    Si vous cela ne dérange personne, tant mieux. Mais si cela dérange, au pire vous serez embarrassé pendant quelques minutes: il est facile de le supporter.

    Agissez sans vous poser de question, et excusez-vous après si vous avez fait une erreur.

    C’est un état d’esprit que j’ai adopter et que je ne suis pas prêt de lâcher.

    Une autre chose qui m’a beaucoup aider à chasser ma timidité était le cours de communication que j’avais au lycée. Je détestais ce cours. Mais je n’avais pas le choix, je devais participer si je voulais avoir mon bac. Alors j’ai pris sur moi: j’ai participé aux différents débats et jeux de rôles…

    Je pense que cela a réduit ma timidité d’au moins 50% car j’allais plus souvent vers les gens, je donnais plus souvent mon opinion et surtout, je ne me laissais plus “marcher sur les pieds” !

    La timidité doit, soit être un atout, soit être inexistante.

    Amicalement,
    Karim

  46. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Karim pour tous tes conseils ! En plus, tu les a testés donc cela donne un exemple pour ceux et celles qui hésiteraient. 😉

  47. Mohamed says:

    Merci , pour cet article,
    les introvertis comme nous on de la chance que un des leurs écrit des articles comme celui ci .car ça nous met en confiance par ce que c’est difficile de trouver des gens qui comprennent notre personnalité complexe (timidité,respect des sentiments des autres et un besoin d’être respecter est compris par autrui) , Merci encore une fois et continue a brillé pour nos autre et a remédier a nos problème de communication avec ce Monde trop bruant et trop matérialiste.

  48. Jean-Philippe says:

    Merci pour tous tes compliments Mohamed ! et bonne continuation dans tes projets. 😉

Commentez ce billet