Votre marque favorite, c’est vous!

Voilà votre marketing personnel. Quelle image essayez-vous de faire passer? Celle d'une personne qui est sérieuse? Ou alors êtes-vous VRP en rideaux de douche?

Je viens tout juste de terminer un article pour le très bon blog de Frédéric Canevet, ConseilsMarketing.fr, une mine d’or pour ceux qui veulent améliorer le marketing de leur site web. Vous êtes peut-être surpris de me voir écrire un article dans un domaine qui semble n’avoir aucune relation avec la révolution personnelle. Au contraire. Le marketing, tout le monde en a besoin car dans votre vie vous l’utiliserez au minimum une fois: pour vous-même.

Le marketing est partout

Tous les jours, vous faites du marketing, en quelque sorte du “self-marketing”. Chaque interaction, chaque personne rencontrée est l’occasion de mettre en avant vos points positifs. Imaginez que vous preniez l’avion. Vous n’entendrez pas la voix tremblante du commandant de bord annoncer: “C’est mon tout premier vol en solo et j’ai beaucoup de stress, alors accrochez-vous.” Non, d’une voix sereine et posée, il vous donnera les temps de vols et la météo de votre destination. Sa voix rassure. C’est du marketing. Dans ce même avion il sera rare, après avoir demandé à votre voisin ce qu’il faisait dans la vie, de l’entendre vous répondre: “Je suis docteur mais je ne suis pas doué pour ça. Je me trompe souvent. Et puis j’ai horreur des microbes!”

Ainsi, à un niveau personnel, vous pratiquez déjà le marketing sans le savoir. Lorsque vous êtes dans une soirée et que vous vous sentez très attiré par une personne, vous allez aussi faire votre propre marketing. Et vous allez exceller, on peut compter sur vous. ;) Il y a même maintenant des manuels extrêmement détaillés pour ce type de marketing (en clair, la drague) et Argancel, du blog ceclair.fr, m’a fait découvrir ce monde que je ne connaissais pas, en parlant d’un des livres qui l’avaient marqué. Même au niveau de la séduction, le marketing de soi est devenu très professionnel!

Il existe aussi dans vos relations, avec vos amis, vos connaissances. Vous ne leur vendez rien de bien particulier si ce n’est vous. Je sais que je suis en train de réduire la dimension humaine à une donnée économico-stratégique mais les faits sont là. A chaque fois que vous dites, par exemple, “Ah, j”ai bien travaillé aujourd’hui!” en public, vous faites votre marketing. “J’ai encore du travail”, ou, “En ce moment, je suis débordé” en sont d’autres formes, mais l’idée est la même. Le message, subtil, passe.

La marque qui s’appelle “vous” (dixit Tom Peters)

Avec l’émergence des nouvelles technologies et mon combat pour que chacun fasse sa révolution personnelle (Yeah!), il ne faut pas négliger son image. En anglais, on appelle ça, Personal Branding ou en français, marketing personnel. En gros, votre nom est votre marque. C’est la fusion du personnel et du professionnel. Nous entrons alors vraiment dans l’ère de l’information et lorsque vous vendrez quelque chose, c’est vous qui serez en première ligne.

Avec internet, le personal branding a pris une importance toute particulière qui en fait, malgré vous, a déjà commencé. Tout ce que vous avez écrit sur le net est sauvegardé, mémorisé et a peu de chance de disparaître. Tout ce que vous avez pu télécharger comme photos est amené à rester. Imaginez que quelqu’un face une recherche sur votre nom, il va trouver, pour l’instant, des dizaines, mais le temps passant, des centaines voire des milliers de documents, photos, vidéos sur vous. Ça fera partie, que vous le vouliez ou non, de votre marketing personnel. Alors autant maîtriser son image.

Comment apparaissez-vous sur ces supports? Qu’avez-vous dit sur les forums? Quelles idées avez-vous développé dans les commentaires des blogs? Leur impact dans le temps sera de plus en plus fort, d’où l’importance de bien faire attention à ce que vous dites par l’intermédiaire de twitter ou sur votre compte facebook. C’est primordial, déjà dans le cadre d’un éventuel entretien avec un employeur mais aussi, car vous savez qu’ici je vous encourage à travailler en solo, pour avoir plus de contrôle sur votre vie digitale. C’est de votre image dont je parle, image qui devient capitale. Dans quelques années, avec le monde entier engagé en ligne, ce sera tout ce qui vous restera pour établir votre personal branding.

Les règles à connaître

Le marketing personnel permet alors de bien gérer comment les gens vous perçoivent. L’ego n’a rien à voir là-dedans car bien-sûr la règle de base est l’honnêteté. Ça commence par utiliser son vrai nom et une vraie photo. Ça continue en apportant des choses utiles et en aidant les autres. C’est évident. Également, ne mentez ni ne trompez les autres, car sur le net tout finit par se savoir. :)

C’est Tom Peters, le gourou américain du business management, qui en 1997, a sans doute été le premier à parler de personal branding dans un article de magazine Fast Company. Depuis, vous pouvez trouver un petit peu partout de bons guides sur le sujet.

Mais pour faire simple, il y a 5 grands principes à connaître:

  • Vous êtes, que vous le vouliez ou non le patron de l’entreprise qui s’appelle “Vous”
  • Parce que vous êtes indépendant, la confiance est fondée sur votre personnalité
  • Tout ce que vous faites, et ne faites pas, sert à communiquer
  • Le bouche à oreille au sens large est le moyen principal de faire parler de vous
  • Apprenez, pour constamment développer un savoir-faire exceptionnel, clef de votre réussite

Si vous suivez ces principes simples, vous allez pouvoir étendre votre marque, c’est-à-dire vous, et faire des rencontres passionnantes, connaître des gens intéressants et bien-sûr, vivre de votre savoir-faire. Le jeu en vaut la chandelle et de toute façon, dans notre société en mutation, nous n’avons pas le choix. Il n’y a pas à stresser car si vous restez vous-même, ça se fera naturellement. Alors autant commencer dès que possible, car il vous faudra du temps avant que vous ne deveniez une référence et une personne écoutée dans votre domaine.

(Photo: Evil Erin)

Commentaires

15 commentaires pour “Votre marque favorite, c’est vous!”
  1. Alex says:

    Même s’il nous arrive souvent de se vendre, de mettre en avant nos qualités plus que nos défauts, je ne suis pas pour systématiser ce comportement surtout hors de la sphère professionnelle.

    Car en faisant cela nous laissons de côté nos faiblesses, tout ce qu’on considère comme “mal” chez nous.

    Je ne pense pas que ce comportement soit bon. Renié une partie de soi parcequ’elle est moins reluisante ne risque pas d’aider les gens à avancer. Je pense que le mieux est de reconnaitre nos défauts en toute honnêteté, et de ne pas hésiter à les afficher -je ne parle pas de les mettre en avant – afin ensuite de décider de les accepter ou de les combattre.

    Car je me sens mieux d’être accepté, apprécié et aimé pour ce que je suis vraiment et non pour l’image de moi que je veux bien montrer.

    Mais il est vrai que dans le domaine professionnel, nous devons jouer souvent un rôle qui ne reflète pas forcément ce que l’on est vraiment. Ce qui je trouve est bien dommage.

    J’espère ne pas être compris de travers, et je dirais donc en résumé que je trouve dommage de vouloir mettre en avant quelqu’un qu’on est pas vraiment (on ne montre qu’une partie de soi) alors qu’on pourrait s’afficher complètement et faire en sorte de s’améliorer continuellement pour améliorer cette image.

  2. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Alex d’avoir pris le temps de bien expliquer ta position que je respecte. :)

    Ma démarche est d’essayer de partager ce que je pense être bon pour ceux et celles qui désirent faire leur révolution personnelle, c’est-à-dire changer des choses qu’ils n’aiment pas dans leur vie personnelle et professionnelle.

    Dans cet article sur le marketing personnel, je me penche sur le côté professionnel. Par exemple devenir un auto-entrepreneur, etc… Maintenant avec les nouvelles technologies, il devient très difficile de dissocier le côté professionnel du personnel. Notre personnalité est un tout, avec ses qualités et ses défauts et dans nos interactions par les réseaux sociaux, je suggère la prudence.

    Lorsque tu vends tes services, est-ce que tu es d’accord avec moi, tu vas mettre en avant ton savoir-faire, ton expertise? Tu ne vas sûrement éviter de montrer tes faiblesses, parce que ça ne regarde pas ton client et ensuite tu risques de le perdre. J’insiste beaucoup dans l’article sur l’honnêteté de la démarche dans son marketing. Honnête ne veut pas dire tout montrer mais seulement ce qui concerne le marché proposé.

    Mais si tu parles uniquement de vie personnelle, là je te rejoins complètement. Cacher ses défauts à son partenaire mène tôt ou tard aux problèmes. :)

    Enfin tu utilises le mot “renier” que je trouve un peu fort à mon goût. Si c’est de cette façon que tu as compris le sens de mon article, alors je m’excuse car ça veut dire que je ne me suis pas expliqué assez clairement.

    Maintenant c’est mieux? ;)

  3. Renier est un mot un peu fort et qui ne correspond pas exactement à ce que je voulais dire, mais cacher ne me convenait pas non plus.

    Je suis d’accord avec toi sur l’utilité de faire du Personal Branding dans le contexte professionnel, même si j’en suis pas femme. Je militait plus pour le côté personnel

    Le problème de l’identité numérique par exemple est lié à ça car comme tu le dis il est dur de séparer le personnel du professionnel et il faut absolument savoir maîtriser son identité numérique. Il faut réussir à trouver le juste milieu entre avouer qu’on pisse dans la douche, et tout dévoiler sur soi ;-)

    Donc dans le milieu professionnel pourquoi pas, mais à éviter dans la sphère privée. Par contre pourquoi pas avec “juste des connaissances”. Le problème étant que c’est de plus en plus dur de séparer les 2 mondes.

    Bon je dois me forcer à allez à la piscine, j’ai vraiment pas envie, mais c’est pour mon bien :-s

  4. Je me suis pas relu avant de poster, donc au lieu de lire “j’en suis pas femme”, il faut lire “j’en suis pas fan”. Va savoir à quoi je pensais à ce moment là! ^_^

    Bon je retarde encore le moment de partir…

  5. Jean-Philippe says:

    Je crois finalement que, comme de toute façon les deux mondes (personnel et professionnel) fusionnent avec l’arrivée de l’ère de l’information, c’est à chacun de choisir où placer sa limite. Tu peux très bien complètement garder privée ta vie personnelle. Moi, j’ai choisi d’en dire beaucoup plus parce que je pense que ça permet aux lecteurs de mieux me connaître et ainsi de créer une relation de grande confiance. A chacun de faire son choix et ensuite d’assumer.

    Et puis, merci encore d’avoir donné ton point de vue avec franchise. Je viens d’apprendre que cet article a été utilisé lors d’une réunion de positionnement marché et tes commentaires ont permis d’enrichir le débat. :)

  6. Cool de la lecture en revenant de la piscine ;)

    Tu peux compter sur la franchise de mes commentaires :-) Et concernant la limite à placer ce n’est pas évident car elle est propre à chacun. C’est d’autant plus dur qu’internet ne pardonne pas l’erreur, il n’oublie jamais, empêchant ainsi la progression habituelle par cycles d’essais et d’erreurs.

  7. Jean-Philippe says:

    On est d’accord. :)

    C’est vrai que l’internet te donne une petite marge d’erreur mais si tu t’excuses lorsque tu commets une bêtise, ça passe bien, ça renforce ton image d’honnêteté. Tu pensais à quelque chose de précis comme exemple?

  8. Non pas d’exemple précis, mais supposons que quelqu’un fasse une bêtise comme tu dis qui puisse gravement nuire à sa réputation, que cette bêtise est buzzée à mort ou même juste un peu, ce sera toujours beaucoup plus facile de tomber sur sa bêtise que sur ses excuses. Les excuses sont moins buzzées.

    De mon côté j’assume ce que j’écris sur le net, et tout particulièrement sur mon blog, et j’ai choisi ma limite. Je dévoilerais plus sur moi dans des conversations avec mes amis, ou ma famille, que sur internet. Je n’aime pas Internet pour ce côté sans pitié, mais pour le reste j’adore cet outil.

    As tu de ton côté fait des choses que tu regrettes dans ton activité en ligne?

  9. Jean-Philippe says:

    Non pas de regrets depuis 1996!

    En conclusion: Sur le net, soyons honnêtes et passionnés, fixons nous une limite concernant la vie privée et en cas de bêtise, excusons-nous le plus rapidement possible. ;)

  10. Christine says:

    Salut tout le monde, je vous remercie pour la haute qualité de l’article et de vos interventions,franchement je trouve ça très interessant pour améliorer l’image de soi.

    je suis tout a fait avec les propos de jean philipe, et pour Alex ilfaut juste mettre en t^te qu’il existe toujours un décalage entre l’image réel, l’image voulue et l’image perçue ( c’est à dire entre ce que nous sommes réellemnet, ce que nous voulons véhiculer aux autres, et comment les autres nous aperçoivent).

    Je trouve que c’est le bon moment pour commencer ma propore révolution, je vous demande de m’encourager et de m’aider la dessus.

    Merci les amis !

  11. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Christine ! Nous sommes tous et toutes avec toi. En avant ! ;)

Commentez ce billet