Le trop d’info ne tue pas l’info, il tue l’intimité

Par le 14 October 2009
dans Changer les règles

Hou, la vilaine info!

Quelle est la première chose que vous faites le matin après vous être levé? Si vous allumez votre ordinateur pour voir les mails qui sont arrivés pendant la nuit, soit vous vivez seul, soit vous devriez passer plus de temps avec votre famille. Ce geste devenu naturel dans des millions de foyers fait partie de ce qu’on appelle le trop d’information, la bête noire des familles et de l’efficacité dans le travail.

De plus en plus de news

Je me rappelle quand j’étais petit, à table au petit-déjeuner, mon père avait l’habitude de lire le journal, ce qui limitait les conversations familiales. De nos jours, exit le journal et bienvenue aux nouvelles technologies qui nous permettent de rester connecté 24 heures sur 24. Est-ce que ce torrent de nouvelles nous est utile? Est-ce que cela modifie nos comportements en mieux?

Il y a ceux qui disent, oui, plus d’info est meilleur et ils ont de bonnes raisons de le dire. A tout moment on peut connaître la situation dans n’importe quel coin du globe. En cas de catastrophe, on veut peut-être savoir ce qu’il se passe, minute par minute. Il y a aussi ceux pour qui l’info continue est nécessaire dans leur travail. Je pense spécialement aux traders et autre professions qui ont constamment besoin de “news” fraîches. Et puis il y a aussi le frisson tout bête de vivre l’information en direct, comme quand il y a quelque part une révolution en cours, que l’on suit, en direct.

Ce constant besoin est presque devenu comme une drogue. Après tout, que sont les réseaux sociaux? A la minute seconde, on peut savoir exactement où sont nos amis et ce qu’ils font. En voilà de l’info fraîche! Est-ce vraiment utile? Est-ce vraiment de l’info?

Le gavage d’info dans notre vie quotidienne

Nous connaissons tous l’expression: trop d’info tue l’info. Noyé dans un déluge de nouvelles, très souvent négatives, nous ne pouvons plus assimiler tout ce contenu et y réagir. J’irai même plus loin. Ce qui tue l’info c’est aussi sa mauvaise qualité. Des petites brèves qui n’ont que pour but de nous tenir accroché à notre écran télé, à notre ordinateur ou à notre iPhone ne sont, en fait, que du “bruit”.

Moi je suis de ceux qui pensent (j’espère ne pas être le seul!) que l’info n’est pas vraiment nécessaire dans notre vie quotidienne. L’impact réel d’une info sur notre journée est proche du zéro. La plupart du temps, le seul effet que cela puisse produire est négatif à travers les mauvaises nouvelles qui semblent n’exister que pour les taux d’audience.

Vous allez me dire, “mais si je ne suis pas l’info, je vais être dépassé par les événements, je ne pourrai plus avoir de conversations avec mes amis et je vais apparaître comme quelqu’un de largué”. C’est vrai, vous ne connaîtrez plus les derniers ragots politiques, économiques ou sociaux mais d’abord, cela vous libérera du temps pour faire autre chose. Ensuite votre cerveau sera moins pollué par ces news absolument inutiles à votre bien-être, laissant de l’espace parmi vos neurones pour penser à des choses qui vous touchent directement.

Enfin s’il y a un événement majeur qui se développe dans le monde, cette information importante trouvera naturellement son chemin jusqu’à vous. Un ami bienveillant se chargera de vous mettre à jour par un grand “T’es pas au courant?” Également, le fait de ne pas recevoir l’info immédiatement permet à celle-ci de se développer, d’être corrigée, d’être plus précise. Les premiers flashes ont toujours des erreurs ou des estimations grossières. La durée donne plus de valeur à l’info.

Ne plus suivre l’actualité

Depuis maintenant des années, je ne regarde plus la télévision. Je le dis sans orgueil car je me suis rendu compte, en faisant le test sur un mois, combien de temps je pouvais libérer pour d’autres activités. Maintenant, je ne regarde la télévision que pour voir la coupe du monde de foot (tous les 4 ans, ça va), les Jeux Olympiques et des programmes précis qui vont m’apprendre quelque chose ou me faire réfléchir, comme les documentaires. Paradoxalement quand j’ai commencé à sérieusement utiliser internet en 1996, le temps libéré sur la télé est allé à l’ordinateur. :) Il a donc fallu quelques années plus tard que je me coupe aussi de l’information en ligne.

Quand je parle avec mes amis, parfois j’apprends qu’un grand acteur ou un homme politique est mort, il y a deux ou trois ans. Ou alors que le gouvernement a été remanié il y a quelques semaines. Bien-sûr, je suis surpris, mais le fait de l’avoir su plus tôt n’aurait rien changé à mon quotidien. C’est vrai, j’habite au Japon mais même ici, je suis rarement l’actualité et je m’en porte très bien.

Pour en revenir aux mails, c’est plus difficile. Les spécialistes de l’organisation recommandent de ne regarder sa mailbox que deux fois par jour et surtout de ne jamais commencer sa journée de travail par regarder ses nouveaux mails. Je suis d’accord et même si je n’y arrive pas à 100%, je vois bien la différence que cela fait dans mon travail.

Pas de télé, l’ordinateur est coupé, les téléphones portables sont rangés. Vous pouvez vous relaxer, seul, en famille ou avec des amis. Vous parlez, communiquez, faites des choses en commun, renforcez vos liens, écoutez les problèmes des autres, les aidez à les résoudre. Voilà quelques activités bien humaines que vous pourriez avoir avec moins de news. Est-ce que ça vaut le coup?

Le monde a longtemps tourné avant nous et il continuera à tourner sans nous après notre disparition. Le flash d’infos à 7h00 ce matin n’y changera rien. Si vous voulez vraiment laisser quelque chose d’utile derrière vous, à vos enfants, à votre famille ou au monde, concentrez-vous sur ce qui est important pour vous. Là, vous créerez une vraie différence qui sortira du bruit des infos.

(Photo by: martinhoward)

Commentaires

20 commentaires pour “Le trop d’info ne tue pas l’info, il tue l’intimité”
  1. mounaque says:

    Le progrès est bon, il faut juste ne pas en abuser et comme tu le dis si bien, si on passe à côté d’une info il ne faut pas avoir peur, elle sera rabachée.. (par les médias ou les personnes qui n’ont rien d’intéressant à dire).

    Pourtant autour de moi j’entends mes amis qui prennent également des distances avec les infos, comme s’ils avaient l’impession d’être manipulés par les journalistes.

    En ce qui concerne les mails c’est vraiment un progrès. Je me souviens du premier e-mail que j’ai reçu de ma fille qui partait toute seule, pour la première fois en Chine… quel soulagement..!

    Mais tu as raison,il faut prendre des distances face à ces moyens lorsqu’on peut communiquer avec sa petite famille ; les sujets arriveront d’eux-mêmes et on a toujours la possibilité de s’informer plus si nécessaire -au moment où on sera disponible- pour avoir une vue d’ensemble.

    En tous cas, merci encore pour cet article qui va me permettre d’être consciente lorsque j’allume la télé ou le PC et décider si j’ai vraiment du temps à perdre..

  2. Jean-Philippe says:

    Merci Mounaque!

    Le mail dans le cas que tu cites est effectivement très important.

  3. vrjbln says:

    c’est vrai que dans 99% des cas les infos de la télé ou radio n’ont pas de conséquences directes sur nous dans les minutes qui viennent, surtout qu’on ne les choisit pas.

  4. Jean-Philippe says:

    Merci vrjbln!

    On est d’accord. Il suffit de faire la simple expérience de couper radio et télé pendant quelque jours pour s’en rendre compte. Au début c’est difficile mais après, ça devient une habitude et ça ne manque plus du tout. 😉

  5. Stanislas J says:

    Je comprends tes motivations à ne plus suivre l’info.

    Pour autant j’ai une approche à la fois semblable et différente :
    Moi non plus je ne regarde plus la télé depuis bien longtemps.
    Les effets d’annonces, scandales and co ne m’intéressent pas non plus.

    Pour autant, je passe plusieurs heures par jours à m’informer.

    Mais bien sur, j’ai mis en place plusieurs outils (agrégateur de flux rss et médias sociaux) pour filtrer l’information et écarter le bruit qui ne m’intéresse pas et me concentrer sur les vrais sujets qui me passionnent …
    Je suis également quelques sites d’actu générale pour être sur de ne pas passer à coté de quelque chose, mais en vérité je ne lis que les titres 96,22% du temps 😉

    Le tout est de trouver le bon “réglage” entre info “de flux” et info “de fond”…

  6. Jean-Philippe says:

    Merci pour ce complément, Stan! Il est très judicieux.

    C’est vrai que moi aussi je suis certains flux RSS qui permettent de vraiment sélectionner l’info, comme tu l’as si bien dit. Ceci dit, je n’ai aucun flux sur l’actualité générale.

    Mais l’important, c’est que chacun peut maintenant décider ce qu’il veut recevoir comme news. Il ou elle n’a plus besoin de rester devant la télé à recevoir une info monolithique, d’un seul point de vue. Dans mon article, je m’adresse plus à ceux qui sont dans ce type de cas.

    Tu as raison, chacun et chacune doit trouver son bon réglage! Un réglage qui évolue avec le temps. :)

  7. neuroloops says:

    Un des problèmes de l’actualité dans les médias traditionnel est qu’ils se servent des mêmes sources (AFP, reuter, etc). Ils nous présentent souvent les problème avec qu’un seul point de vue; ce pays “gentil” fait la guerre contre le méchant. Il devient très facile de prendre un partie avec ces source d’info sans même connaitre le réel problème.
    De plus les sujet d’actualité sont souvent les mêmes et ne me touche pas vraiment, je préfère connaitre l’actualité du développement du monde de linux, la recherche scientifique, ou simplement ce qu’il se passe autour de chez moi, que connaitre la nouvelle lois pondu par un ministre.

    Depuis environ 5 ans je ne regarde plus la télé, surtout a cause de l’imposition de programme. J’aime décider quand je veux regarder un film ou une série. Quand on suit une série a la télé on peux avoir peur de louper un épisode et refusé une sortie, ou enregistrer l’émission ce qui nous coupe pas vraiment du monde de la télé.
    Et maintenant je ne supporte plus de regarder quelque chose coupé par des pubs.

  8. Jean-Philippe says:

    Merci neuroloops pour ton témoignage! :)

  9. Fred says:

    Je suis en partie d’accord avec toi, le volume actuel d’informations étouffe les communications avec les personnes qui nous sont proches (personnes du foyer ou collègues).
    Deux points qui pourraient tempérer ton argumentation:
    – l’actualité permet de débattre sur des sujets variés, l’information est prétexte à la discussion, elle agit comme catalyseur;
    – l’actualité permet, de temps en temps, de faire des choix de société: vote dans le cadre de la démocratie, changement ou adoption de nouveaux comportements citoyens.
    Et je reprends ton commentaire: tout est affaire de réglages, en terme de canaux et de fréquences.

    • Jean-Philippe says:

      Fred, merci beaucoup pour ton excellent argumentaire. Nous sommes d’accord. 😉

  10. Nicolas says:

    Je suis convaincu que l’agression médiatique est un procédé très pernicieux pour ruiner le moral des gens. Il est aujourd’hui assez difficile d’échapper à l’information. Les unes des quotidiens sont affichées en grand format, les gratuits ont la cote, les nouvelles sont de plus en plus mauvaise. Tout ce flot de négativité a des conséquences très négatives, que l’on a du mal à mesurer, car on n’a jamais essayé de vivre sans l’info. Et quand on rentre chez soi, notre maison censée être un havre de paix redevient le champ de bataille des guerres de moyen-orient, le centre de la crise économique et autres balivernes, tout simplement parce qu’on a allumé la radio ou le téléviseur. On consent à cette agression permanente, et c’est cela qui est dramatique.
    Dorénavant, depuis que je me suis débarassé de la télé et que j’ai éteint la radio, ma réalité s’en retrouve extrêmement simplifiée, l’esprit est plus clair, moins embrouillé et redevient émetteur au lieu de récepteur d’informations inutiles, déprimantes, et jaillissant sous la forme d’un flot continu et néfaste. Le pire, c’était les SMS flash-info que je recevais sur mon téléphone portable du temps où j’avais un abonnement. Parfaitement inutile, et je considérai cela comme une agression gratuite.

  11. Jean-Philippe says:

    Merci pour ce témoignage qui va dans un sens très positif je trouve. La vie est bien plus agréable lorsque l’on coupe les agressions médiatiques. Bravo Nicolas !

  12. Max says:

    Nous partageons cette planète, seulement les institutions crées et les valeurs quelles transmettent nous poussent à vivre individuellement dans un concept de partage tel les raisaux sociaux où même la définition de lamitier s’en trouve changer (des centaines d”amis” sur Facebook ). Du coup ces mêmes raisaux détruisent plus qu ils ne construisent (couple, confiance,etc..). J’ai une réelle crainte et une certaine impuissance face à ce changement … Surtout pour nos enfants puisque les médias et les valeurs qui en émanent sont formatrice du peuple ce qui signifie que la télé par exemple, incrusté dans la plupart des ménages prends la place des parents et éduque les enfants , imaginez ces enfants eduqués par cette télé lorsqu ils vont procréer a leurs tours … De plus les complexes liées a l’aspect physique sont de plus en plus ressentit dût a ces modèles artificiels que nous sert ces émissions mais ne vous inquiéter pas si vous ne vous plaisait pas ils vont nous sortir des crèmes! (problèmes ,solutions) nous sommes complètement prédestiné a vivre selon les mœurs des pubs. Je pense que si la télé ne sautoriserait à passer que des choses pour nous rendre meilleur et plus inteligent elle aurait autant daudiance cependant pourquoi rendre plus inteligent un peuple si l’on peut lui faire adhérer tout ce que l’on souhaite ? A 19 ans, je suis conscient de latrocite de l’homme face au profit et me demande de quoi demain sera fait mais j’adore vos article et votre façon de voir les choses donc ces moi qui vous remercie vous Jean-Philipe pour votre bonne action qui est de partager vos connaissances ainsi qu à tous!

  13. Jean-Philippe says:

    Merci Max pour votre long commentaire ! A 19 ans, vous avez déjà les idées bien arrêtées. :)

    Je suis d’accord avec vous sur la nouvelle influence qu’exercent les réseaux sociaux comme Facebook. Ils peuvent être utiles, j’y ai retrouvé des vieux copains d’école, mais peuvent aussi être néfaste dans le sens où le temps passé dans le vase clos qu’est Facebook, n’a que peu d’influence sur votre progression ou sur le monde extérieur. Twitter dans ce sens est bien meilleur car il ouvre des conversations en 140 lettres !

    Enfin, je suis comme vous, je me demande de quoi demain sera fait et j’essaie d’y apporter ma petite pierre. Possesseur d’un tel potentiel, je suis certain que vous aussi, vous y apportez déjà la vôtre. 😉

  14. Max says:

    Merci d’avoir pris la peine de répondre ! En relisant mon commantaire je me suis aperçu que je n’apportais pas de solution à ce problème(sans parler des fautes)alors tel sera mon ikigaÏ!
    J’avais inventé ce proverbe : « Il est préférable de se réveiller (naissance) les yeux ouverts plutôt que de se les faire ouvrir avant de dormir (mort) »…

    Il est évident que ces réseaux sociaux n’ont pas que des mauvais côté sinon ils n’auraient pas autant de succès mais je souhaitais insisté sur les effets secondaires !

    Sinon je viens de découvrir votre site et le fait découvrir à mes AMIS on adore la vision de la vie que vous abordez dans le document « réfléchissez bien avant de prendre un escalator ». C’est marrant tout le monde voit la vie différemment et le fait d’en faire part nous apporte une vision relativiste des interprétations de chacun pour ma part, la vie est comme une route, les problèmes tel des virages à négocier etc…
    Mais j’ai encore de la lecture c’est passionnant !!

  15. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Max ! Je savais que vous êtiez capable de grande choses. Eh bien oui, le fait amener vos amis à découvrir mon blog est fantastique et je ne parle pas seulement pour moi. En fait, vous les aider à s’ouvrir car, il n’y a pas que mon blog à découvrir, il y en a plein d’autres excellents ! et ils vont les rechercher tout comme vous, faire des choix, apprendre et changer des petites choses dans leur vie. L’étape suivante ? Ce sera pour vous et eux de repasser ces infos à d’autres qui en ont besoin. Tout un programme ! :)

  16. Thomas says:

    L’information n’est pas la connaissance

  17. Jean-Philippe says:

    Merci bien Thomas ! Vous avez parfaitement raison, l’information est temporelle et peu profonde. La connaissance, là est la vrai richesse. 😉

  18. Dousset says:

    @ jean-Philippe
    Le mail reste avant tout la base de la relation professionnelle surtout dans une boite à vocation internationale. Difficile de ne se brancher que 2 fois par jour. Est il envisageable de débrancher son téléphone et de ne le reconnecter que 2 fois par jour ?
    Pour le reste c’est affaire de dosage. Rester ouvert sur le monde oui mais rester vigilant sur les habitudes qui s’installent. Les flux d’info sont incessants et dans 99% des cas ils sont polluants. Reste le 1% , on peut aussi vivre sans ; probablement on vit mieux avec. Il faut apprendre à être sélectif et à cibler ses sources dans une démarche volontariste et non passive

  19. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup Dousset pour votre commentaire ! Effectivement, on peut se poser la question. Par contre vous semblez avoir trouvé une méthode qui vous conviennent bien. Le tout, comme vous le dites parfaitement, c’est d’avoir cette démarche volontariste et sélective. :)

Commentez ce billet