La volonté ne fait pas le bonheur

littleboysad Si vous parlez de quelqu’un et vous dites: “cette personne a beaucoup de volonté”, votre ton sera sans doute admiratif. Dans notre société, nous avons beaucoup de respect pour ceux qui décident d’entreprendre quelque chose et vont jusqu’au bout, sans fléchir.

D’un autre côté, il vous est souvent arrivé de vous dire que pour votre propre volonté était faible. Peut-être même, vous êtes vous persuadé, depuis longtemps, que vous n’en n’avez aucune. Si un des buts de votre vie est d’être heureux (selon votre définition du bonheur) alors ce n’est pas grave. Avoir de la volonté ce n’est pas le plus important.

La dictature des hommes de bonne volonté

Il faut démystifier la volonté. D’abord, qu’est-ce que ça veut dire? Avoir de la volonté, c’est décider d’attaquer un projet et de ne pas stopper jusqu’à ce que l’objectif soit atteint. En clair, coûte que coûte, une personne va travailler et faire tout ce qui est en son pouvoir pour réussir. Cela veut dire qu’elle restera fixée sur son but même si à un certain point l’idée de l’atteindre lui paraît moins intéressant. Fierté mal placée? Sa fixation sur cet objectif peut aussi rendre cette personne aveugle à d’autres possibilités bien plus intéressantes pour son bien-être.

Alors la volonté rend-elle heureux? Pas du tout. Quand on dit d’une personne qu’elle a une volonté de fer, on n’imagine pas quelqu’un de bien dans sa peau. Avez-vous envie de rencontrer une telle personne? D’être son ami ou amie? La volonté est un outil qui est très utile, par exemple pour les petites tâches quotidiennes, comme faire la vaisselle, faire ses comptes ou ranger son appartement. Là oui, une volonté de fer est nécessaire, et je sais de quoi je parle. 😉

Mais dès qu’on pense à de grands objectifs, on ne devrait pas les soumettre à une volonté de fer. Ou alors on risque de finir aigri.

Un désir ou une passion

Remplacez cette volonté par un désir ou une passion profonde et là tout change. Si vous faites quelque chose en ayant un désir profond, vous construisez car vous êtes passionné parce que vous entreprenez. De là naît une énergie insoupçonnée qui vous rend extrêmement efficace. Parce que vous le désirez vraiment, il vous est plus facile de persévérer, une des clefs de la réussite. On ne peut pas vous stopper parce que c’est votre truc. Vous appréciez toutes les phases qui vous rapprochent de votre but et il vous est plus facile de surmonter les moments de doutes. Vous êtes en parfaite harmonie avec votre désir ou votre passion.

Faites le test. Vous avez remarqué que parfois dans la vie, les choses avancent d’elles-mêmes, presque sans effort. A ce moment là, vous êtes vraiment en train de faire quelque chose que vous désirez vraiment. Si vous devez faire appel à votre volonté, vous verrez que ce sera beaucoup plus chaotique. Vous atteindrez sans doute votre but mais en luttant et en stressant.

Faire ses choix

La prochaine fois que vous allez vous lancez dans un grand projet demandez-vous avant de faire le premier pas, dans quelle mesure vous voulez vraiment atteindre votre but.

Vous pensez vous lancer dans la peinture. Très bien! Mais à quel niveau est votre désir de peindre? Si vous voulez taquiner le pinceau comme un loisir, le dimanche après-midi quand vous avez le temps, pas de problème. Mais si vous décidez, “je veux vivre de ma peinture”, réfléchissez bien. Si vous vous dites “J’ai la volonté nécessaire pour y arriver”, vous faites une erreur. Même si vous n’abandonnez jamais la peinture, vous avez peu de chances de réussir parce que vous axez votre réussite sur votre volonté. La volonté seule n’a jamais produit de chef d’œuvres. Des croutes oui. Par contre si votre désir de peindre est profond, si vraiment vous sentez que vous ne pouvez pas vivre sans peindre, alors là oui vous avez beaucoup plus de chances de réussir.

Demandez par exemple au peintre Henry de Groux. Débordant de volonté, sponsorisé par le roi des Belges, il réalisa son plus grand chef-d’œuvre “le christ aux outrages” en 1889, à 22 ans. Si vous n’êtes pas un expert en peinture, je parierai que vous ne connaissez ni son nom, ni son chef-d’œuvre. Par contre en 1890, scandalisé, il refusa que ses tableaux soit exposés aux côtés de ceux d’un autre peintre, peu connu, qu’il jugeait complètement nul. Son nom? Vincent van Gogh.

Ne laissez pas les autres choisir pour vous

Je vous ai donné un exemple en peinture mais c’est la même chose quelque soit votre activité, artistique ou non. Un emballement précipité et une volonté de fer ne vous rendrons pas heureux. Pourtant, si vous faisiez un tout petit peu plus attention quand vous vous engagez dans quelque chose, votre vie pourrait être beaucoup plus épanouie.

Personne ne doit choisir pour vous. Il n’est pas un travail ou une activité qui soit obligatoire. Laissez tomber les trucs à la mode ou les projets qui vont vous faire bien paraître en société. Oubliez le bling-bling. Ne vous laissez pas non plus embarquer dans des activités où votre cœur, votre désir, votre passion ne sont pas présent à 100%.

Choisissez d’axer vos efforts sur les choses vraies auxquelles vous tenez vraiment, même si cela ne vous donne pas l’occasion de briller face à vos amis.

Choisissez la vérité, laissez tomber le paraître. A long terme vous y gagnerez le bien-être. 😉

(Photo: m.ART.)

Commentaires

14 commentaires pour “La volonté ne fait pas le bonheur”
  1. Nathalie says:

    C’est vrai que je ne connaissais pas du tout Henry de Groux. 😉

  2. Jean-Philippe says:

    Voilà donc un élément de plus dans ta culture générale. 😉

  3. SeBoun says:

    Très pertinent ! Tu pointes du doigt un des mécanismes fondamentaux de la réussite. Au final, si j’ai bien compris, le moyen n’est pas moins important que le but. C’est bien beau d’avoir envi de voir ses peintures être exposé au Metropolitan Museum of Art de New-York. Si c’est pour pleurer tous les jours en se demandant si c’est une bonne idée de barbouiller des toiles pour en arriver là… Il y a peut être un problème ! Au final, il faut faire ce qui nous fait sincèrement vibrer. (Et tant bien même que cette envie d’être exposé soit sincère, n’oublions pas qu’au Met, on n’expose pas seulement des peintures !) :)

    En tout cas, cet article m’a beaucoup interpelé !

    Ce cher Henry de Groux m’a été totalement inconnu et il m’a fallu faire usage de Google. (D’ailleurs, sur Google, Van Gogh a 1000 fois plus de résultats que son homologue belge.)

  4. Jean-Philippe says:

    Merci beaucoup SeBoun ! Oui, l’exemple du Met est très bon. Cela me fait penser que si on continue comme ça à parler d’Henri de Groux, il va finir par acquérir une petite notoriété sur le web… 😉

  5. Elie says:

    Ce texte en dit long sur ce qu’est la volonté. Et surtout qu’elle ne permet pas d’accomplir des objectifs à long terme.

    Vivre son projet, c’est l’accomplir avec envie et conscience.

    Merci pour cet article.

  6. Zarb says:

    Cette méthode a été efficace pour moi. Je vous remercie pour ce billet.

  7. Jean-Philippe says:

    @Elie Je suis bien d’accord, c’est ça qui est important, “vivre” son projet. 😉

    @Zarb Ah, ça fait plaisir ! Et c’était un projet difficile ? (Peu de gens viennent remercier ainsi après avoir utilisé une astuce ou une méthode, donc merci !)

  8. Le gazier says:

    Très bel article. D’un point de vue vécu, il me parle tout à fait (mais même si vous prêchez un convaincu une piqûre de rappel ne fait jamais de mal 😉 ). Merci !

  9. Bonsoir Jean-Philippe,

    Ce billet est très intéressant. J’aime beaucoup la polémique qu’il lance…

    Très cordialement.

    Catherine

  10. Jean-Philippe says:

    @Le gazier @Catherine Barbon Merci beaucoup pour vos compliments. Cela fait un moment que j’ai écrit ça, mais comme vous le dites, une piqûre de rappel ne fait pas de mal. Même pour moi qui en suit l’auteur ! 😀

  11. Jean-Marc says:

    Sujet très intéressant !
    La clé de la volonté est elle de trouver une motivation sans effort ?
    A l’heure de faire des choix, cette article est une vrai opportunité de réflexion
    Merci de nous éclairer en chemin
    😉

Commentez ce billet